Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 7 décembre 2016
Antananarivo | 20h45
 

Portrait

Une maire, un exemple de bonne gouvernance

Etre femme et maire en Androy : une gageure ?

mercredi 8 avril 2015 | Mireille Rabenoro

RALALARISOA Céline, maire de la commune rurale d’Ambanisarika, district d’Ambovombe Androy

« Maman Céline », 70 ans, mère et grand-mère, a un vœu : voir un jour ses arrière-petits-enfants. Une femme comme une autre, donc ? Sauf que tout au long de la Première République, elle a été l’unique femme chef de canton (à Nosy Be) de toute l’administration. Plus tard, elle a été félicitée par le Général Ramanantsoa, alors Chef du Gouvernement, pour sa bonne gestion de son Firaisampokontany.

Sa retraite, en 2003, après 40 ans dans la fonction publique, coïncide avec les élections communales. A son retour au village ancestral, six notables, les hommes « to teny », l’approchent pour lui faire une proposition : depuis l’accès d’Ambanisarika au statut de commune, en 1975, les maires successifs étaient analphabètes. Les jeunes instruits sont partis chercher fortune ailleurs. Ces notables allaient s’occuper de la faire élire, si seulement Mme Céline accepte de se porter candidate à la mairie.

Les hommes tinrent parole : arrivée au village seulement cinq jours avant l’élection, Maman Céline fut élue par 87% des voix face à 4 candidats masculins.

Et la tradition ?

Céline fut aussitôt rebaptisée « Sijamena », du nom de « Sija », une femme de grande sagesse dont le règne, au 19ème siècle, apporta la prospérité à Ambanisarika. Une convention fut passée entre Céline et les notables masculins : au cours des cérémonies traditionnelles, elle garderait sa place parmi les femmes, jusqu’à ce que les notables l’appellent pour siéger parmi eux en tant que représentante de l’Etat. Pendant les cérémonies officielles, par contre, elle allait occuper la place d’honneur qui lui revenait en tant que maire. Elle devait se garder d’utiliser son autorité pour porter atteinte à l’honneur des notables ; en retour, ces derniers devaient punir tout homme qui manquerait de respect à Mme la Maire parce qu’elle est femme.

Mme la Maire au travail

La maire fit alors le tour de chaque fokontany, le plus souvent à pied, alors que 4 des fokontany de son ressort se situent à 70 km du chef-lieu de la commune. A ses yeux, toute action, pour être efficace, commence par une bonne connaissance du terrain – et de ses administré-e-s.

Elle établit alors son plan de travail annuel, dans lequel elle accorde une attention particulière à la promotion économique et sociale des femmes : dans cette société dont l’ordre hiérarchique place les femmes derrière le zébu, Mme la Maire aide à la constitution d’associations de femmes, condition nécessaire pour obtenir les fonds et la formation en vue de l’élevage de dindes, ou pour mettre en place un programme d’alphabétisation des adultes.

Une leçon de gouvernance

Céline n’exige jamais sa part de dindes ni son pourcentage des fonds pour promouvoir un projet de développement. Sa récompense, c’est la confiance de ses administrés, condition d’après elle d’une bonne exécution des projets. Ensuite seulement, à force d’expériences, vient la compétence.

Aujourd’hui, « Sijamena » ou « Maman Céline » a assis une telle réputation de sagesse, d’intégrité et de compétence que ceux qui la connaissent s’accordent à dire qu’elle devrait briguer un mandat plus large – comme sénatrice.

12 commentaires

Vos commentaires

  • 8 avril 2015 à 08:55 | betoko (#413)

    Une belle leçon qu’elle donne à nos politiciens véreux

    • 8 avril 2015 à 09:24 | zaho (#699) répond à betoko

      Je suis d’accord avec vous, mais pas seulement à eux. Je dirai à nous tous car ce qu’elle a fait peut et doit nous servir de leçon. Je suis très content concernant cette GRANDE DAME. Puisse nos maires et tous nos élus, sans oublier les fonctionnaires corrompus(j’espère qu’ils ne le sont pas tous)de la Douane et de la Police Aux Frontières suivre l’exemple de cette GRANDE DAME. J’espère que l’Etat Malgache lui a décerné La plus Haute Distinction du pays.

    • 8 avril 2015 à 09:50 | FINENGO (#7901) répond à zaho

      Bonjour Zaho,

      Effectivement une fois n’est pas coutume.
      Oui il est de plus en plus rare de pouvoir trouver des personnes de l’envergure de cette Dame au Pays. Je dirais qu’elle soit Bénit pour l’éternité.
      Car pour une Grosse majorité de Malgaches que nous sommes, l’amour de la patrie et l’amour d’autrui est devenu rareté ou voir vain mot. Comme je le dis ici assez souvent, les malgaches, par la force des choses, sont devenus eux aussi à l’image des dirigeants ( Corrompus ). Pour ne pas dire Ma Gu.eule d’abord et les autres après. A Plus de 95% de nos élus ne sont que des usurpateurs, des spoliateurs qui ne voient pas plus loin que leur personne, pour un seul but de se faire une place au soleil, advienne que pourra pour le peuple, qu’ils considèrent comme des sujets en vers lequel ils s’octroient tous les droits pour leurs intérêts personnels.

    • 8 avril 2015 à 13:21 | Jacques (#434) répond à zaho

      « J’espère que l’Etat Malgache lui a décerné La plus Haute Distinction du pays. »

      J’ignore quels sont les honneurs et autres distinctions en vigueur à Mada. Ce qui aurait été juste en effet c’est d’avoir gratifié cette dame d’une décoration qu’elle devait mériter. Ça, c’est la perception du cartésien que nous sommes mais celle des décideurs corrompus est une toute autre affaire. Ils sont en général enclins à favoriser leurs pairs et non les personnes de la stature de cette dame.

      En tout cas voilà une nouvelle qui donne vraiment un peu de baume au cœur.

    • 8 avril 2015 à 20:15 | Beandroy (#3943) répond à betoko

      N’est-ce pas ?

      Je connais très bien cette grande dame, c’est une mère adorable avant d’être une excellente maire et j’ai une grande affection pour elle. Céline,naho mamaky ahy rehe, le veloma ty ambovokamba ao, ty zafy itompokolahy Paul (Durand), ty zafy i Tsiandrira. Mbe hirehake tika naho mifakatrea, veloma ty amao.

  • 8 avril 2015 à 10:35 | meloky (#637)

    Bravo !

    Telle histoire que tout le monde veut avoir !
    Bravo aussi a nos journaliste de metier !
    Je souhait bcp telle histoire qui fait valoir les efforts des citoyens de calibre !

  • 8 avril 2015 à 14:12 | rasoulou (#4222)

    Belle histoire d’intégrité, de probité, et d’humilité pour nos élus masculins qui ne pensent qu’à s’enrichir au dépens des citoyens !

    Vive la maîresse Sijamena !

    Et que beaucoup de femmes la prennent comme exemple et modèle !

  • 8 avril 2015 à 16:34 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Bonjour Mireille.. àORLY Aéroport..quand vous étiez==encore==étudiante à Strasbourg.
    - « Maman Céline »,si elle est « NOSY-Be ».elle était avec mon « GRAND FRERE D’ADOPTION » ==« JOSOA du TSF »==du temps de la Première République.
    Mireille il y a beaucoup de « FEMMES MALGACHES » capables et compétentes,mais elles sont très discrètes.
    Je ne vous cite que deux :
    - Monique Andréas
    - et Irène Andréas ;
    Et votre « tante » Rolande .
    Content de vous lire.

    Mes hommages.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 8 avril 2015 à 17:19 | kozobe (#7754)

    Selon le rappel du parcours de cette dame, notamment le passage à Nosy Be en tant que chef de Canton, je pense la reconnaître. J’entamais alors mon adolescence et, en plus d’être chef de Canton, elle était présidente du « Comité de Basket-Ball de Nosy Be », preuve déjà si besoin est de son engagement citoyen. Je me rappelle une femme de caractère, engagée et passionnée. Son mari était policier au commissariat de NosyBe. Les passionnés de basket-ball l’avaient beaucoup appréciée et , naturellement, avaient autant regretté son départ. Par conséquent ce que j’apprend dans cet article ne m’étonne guère et me conforte dans l’agréable souvenir que je garde d’elle. Si seulement on pouvait un peu plus parler des personnages (femmes ou hommes) de cette trempe et de cette qualité-là.

    Mes hommages madame et sincères remerciements à l’auteur de l’article.

  • 8 avril 2015 à 19:07 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    Dans « un monde en fuite ».
    Dans la « mondiallisation de l’indifference ».
    Cela fait du bien de lire le temoignage d’une femme de la prise de responsabilité d’une autre RENY de toutes et de tous.

    Bravo à « Maman Céline ».
    Bravo à la sagesse des 5 notables masculins clairvoyance.

    « Ny FAHENDRENA Malagasy tsy manana vala-parihy »
    C’est la vraie haute politique qui vaut la peine d’être pratiquée.

    - N’est-il pas temps de réhabiliter la politique au sens noble du terme ?

    • 8 avril 2015 à 19:12 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331) répond à LE VEILLEUR alias L'EVEILLEUR

      Lire : Bravo à la sagesse des 6 notables masculins pour leur clairvoyance.

      PS : mon arrière grand mère paternelle disait : « avelao hianatra ny ankizy vavy »

  • 9 avril 2015 à 19:42 | Benandro (#6318)

    Misaotra an’ilay nahita ny vaovao, mankasitraka, enga anie maman Celine mba ho toa anao koa ny taranakao. Hiadana mandrakizay anie ianao ary ahita fahasoavana lehibe eo anatrehan’ny Tompo !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 266