Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 septembre 2016
Antananarivo | 20h19
 

Energie

Transition vers l’énergie solaire à Madagascar

Entre moyens et initiatives

jeudi 25 février | Randria M.

L’électrification à Madagascar a connu des crises considérables depuis les dix dernières années. A commencer par le délestage, les coupures de courant mais également le problème au niveau de la société JIRAMA. Cela a affecté les ménages, nombreux ont fait connaître leur mécontentement, surtout à partir de l’année 2014 où les coupures ont duré 4 heures jusqu’à 6 heures de temps.

Actuellement, le pays commence à exploiter d’autres ressources en énergie renouvelable comme l’énergie solaire. En effet, elle se présente comme une alternative face à cette crise mais également face aux problèmes environnementaux. Sur ce point, les projets autour de l’énergie solaire se multiplient mais est-ce que cela suffit pour permettre réellement à chaque ménage de bénéficier de cette énergie. La situation diffère encore au sein de chaque famille et selon les régions.

Les sources hydrauliques menacées

L’énergie hydraulique, qui est une énergie renouvelable, est la principale source de d’électricité à Madagascar, à noter le central d’Andekaleka et de Mandraka. Le pays compte environ 300 sources hydrauliques qui peuvent être exploitées. Malgré les différents projets, 3% sont seulement utilisées, selon les données du Ministère de l’environnement, 8,7% sont exploitables depuis l’année 2000. Cela est dû à l’assèchement des rivières à cause de la raréfaction de la pluie pendant une longue période de l’année.

Les versants sont ainsi menacés si bien que le pays commence s’ouvrir à d’autres sources d’énergie comme l’éolienne, le biogaz ou aussi l’énergie solaire. Cette dernière est vulgarisée, surtout dans les zones rurales, où le taux d’électrification est moins de 5%.

Les kits solaires anti-délestage attirent plus

Les marchés sur l’énergie solaire exposent une diversité de produits, que ce soit dans les stationnements ou dans les grands magasins. Les panneaux solaires se présentent sous différentes formes comme les kits et sont combinés avec d’autres matériels comme les lampes. Les prix sont également variés, ceux qui intéressent les gens sont les kits anti-délestage au prix de 20.000 ariary chez les marchands ambulants ou 90.000 ariary dans les grands magasins. Cela dépend de leur puissance mais également des besoins et des consommations des ménages ou des utilisateurs. Le prix peut atteindre jusqu’à 2.000.000 ariary ou 10.000.000 ariary pour les utilisations en grande entreprise.

Ces kits solaires sont des matériels importés de Chine ou d’Allemagne, en général. Effectivement, le gouvernement malgache a libéralisé les échanges autour de l’énergie renouvelable en 2010, ainsi il a supprimé les droits de douane pour tous les équipements liés à cette dernière.

Mais est-ce que les familles malgaches sont prêtes à cette transition ?

Ceux qui sont séduits et ceux qui hésitent

L’énergie solaire concerne plusieurs utilisations : cuisson à partir des fours solaires, chauffe-eau, électrification…Les panneaux solaires peuvent durer 20 à 25 ans.Il fut un temps où ils ont été représentés comme des produits pour les grandes résidences, produit de luxe tout comme l’électricité au début de son apparition. De nos jours, les kits sont disponibles pour chaque usage : pour charger les téléphones, pour l’éclairage, pour les radios carte…Les habitants des milieux ruraux sont les plus séduits. « Nous habitons loin de la ville et cela fait des années que nous avions voulu électrifier notre maison, mais peine perdu. Les paperasses nous ont posé difficulté, le prix est fort élevé et notre activité agricole ne nous permet pas d’assurer nos factures chaque mois. Ainsi, nous avons pris le risque d’opter pour ce panneau solaire. »confie Rasolo, un père de famille habitant à Alakamisy et utilisant le panneau solaire depuis deux mois déjà. « Il assure l’éclairage des 4 pièces de notre maison et également de la télévision. Malgré cela nous régulons notre utilisation en limitant notre consommation, il vaut mieux peu que rien. »

Cependant, les opinions sont divergentes, il y a ceux qui hésitent encore, comme Mamy, une mère de famille habitant en ville.« Après les dépenses alimentaires, ce sont les factures d’électricité, qui nous font payer 50.000 ariary par mois. Opter pour les panneaux solaires ne nous a jamais traversé l’esprit. Peut-être que nous ne considérons pas cela comme une priorité, malgré que nous savons que les panneaux solaires semblent être une solution, que ce soit pour l’environnement ou pour économiser plus en ne dépendant plus de personnes. »

Quoi qu’ils en soient, il reste encore différents paramètres à considérer pour permettre à chaque famille de satisfaire ses besoins en énergie.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 25 février à 10:28 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Un régime digne de ce nom et soucieux du bien-être de sa population dans le cadre de l’approvisionnement énergétique aurait dû depuis longtemps détaxer voire subventionner les kits solaires au lieu de subventionner un gouffre sans fond comme la Jirama.

    • 25 février à 11:34 | sanois (#8546) répond à plus qu'hier et moins que demain

      ..Supprimer les droits de douane sur le solaire car il n y a pas besoin de taxes pour defendre les constructeurs malgaches de panneaux solaire, vu qu il n y en a pas !! Ces taxes empechent le développement du solaire et ne font qu appauvrir les citoyens au profit de la douane.

  • 25 février à 12:17 | Stomato (#3476)

    Je suis un peu navré de lire et voir des choses étranges dans cet article.
    « Les panneaux solaires peuvent durer 20 à 25 ans » C’est vrai que la durée de vie physique des panneaux est facilement de 20 à 25 ans. Mais entre 20 et 25 ans ils ne fournissent plus que 50 à 70% de l’énergie qu’ils peuvent produire quand ils sont neufs.
    En outre la photo de l’article me fait penser à une installation faite dans un pays dont la latitude est plus au nord, ou plus au sud de Madagascar. Et si elle est faite à Madagascar le rendement de la conversion lumière/électricité est bien réduit.
    De plus il est certain que les panneaux de la photo ne prévoient pas de refroidissement de la face arrière des panneaux. Sans refroidissement le rendement est réduit de 30 à 40% et sa durée de vie est réduite de moitié.
    L’utilisation et la mise en place de panneaux photovoltaïques n’est pas à la portée d’écolos rêveurs ou de bricoleurs de génie, fussent-ils malgaches. C’est du ressort de gens qui ont eu une formation sérieuse et qui savent faire appel à des compétences qu’ils ne peuvent avoir car étant du ressort d’autres métiers.
    Mais bien entendu les Malagasy ne peuvent pas (c’est fady) faire appel à ceux qui ont déjà fait des erreurs et qui donc savent ce qu’il faut éviter.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 212