Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2016
Antananarivo | 14h24
 

Communiqué

Sefafi

Entre deux sommets décisifs pour notre avenir

mercredi 18 novembre 2015

Le 25 septembre dernier, les pays membres de l’Organisation des Nations Unies ont adopté les 17 Objectifs du Développement Durable (ODD). Ils remplacent les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui ont encadré l’aide publique au développement durant les années 2000 à 2015. Les ODD, qui entreront en vigueur le 1er janvier 2016, ont pour objectif de mettre fin à la pauvreté d’ici à 2030, « tout en préservant la planète ». Un deuxième sommet mondial, toujours sous les auspices des Nations Unies, aura lieu à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015 : ce sera la 21ème Conférence des Parties (ou COP 21), dont l’objectif est un traité mondial sur le changement climatique.

Des enjeux planétaires

Ces deux conférences concernent toutes les nations de la planète. Beaucoup plus que pour les OMD, la lutte contre la pauvreté dans un contexte de durabilité comporte des dimensions environnementales, le but étant d’éradiquer la pauvre- té sans détruire la planète. Or les ressources que la planète est capable de renouveler chaque année ont été épuisées, pour 2015, dès le 13 août 2015 ! Et selon l’ONG Global Footprint Network, il faudrait 1,6 planète pour subvenir aux besoins actuels de l’humanité en eau, en oxygène et en ressources naturelles. Les Objectifs du Développement Durable visent donc une croissance économique et une éradication de la pauvreté qui n’épuisent pas davantage les ressources.

Plus précisément, l’ODD n° 13 consiste à « prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions ». Car le réchauffement de la planète provoqué par l’émission de carbone (voitures, avions, usines, déforestation) affecte le développement et accroit la pauvreté, provoquant des cyclones plus puissants, des inondations plus fortes, la sécheresse, la perte des biodiversités ainsi que la dégradation des terres cultivables.

Positionnement de Madagascar

Si le monde se mobilise en faveur du développement durable et contre le changement climatique, quelle est alors la posture de Madagascar ? N’ayant pas fait de progrès significatifs en ce domaine, il est l’un des rares pays à n’avoir at- teint aucun des 8 Objectifs du Millénaire du Développement. Si la planète a vu le nombre de personnes vivant avec moins de 1,25 USD par jour passer de 1.926.000.000 à 836.000.000 personnes, Madagascar a vu sa part augmenter. Si le monde a vu le nombre d’enfants non scolarisés diminuer de moitié, Madagascar présente des chiffres inverses. Par contre, Madagascar a la chance d’avoir une faible empreinte carbone, utilisant moins de ressources naturelles qu’elle n’en a à sa disposition. En effet, les deux grands pollueurs sont la Chine (en volume) et les États-Unis (par habitant), suivis par l’Europe. Vulnérable aux effets du changement climatique, Madagascar se trouve dans l’incapacité d’y faire face.

C’est sans doute pourquoi le MFB (ministère des Finances et du Budget) a rappelé les conclusions de la réunion de la Communauté Financière Internationale consacrée à Madagascar, le 17 octobre 2015 à Lima, Pérou : « Les intervenants ont encouragé le Gouvernement à tirer parti des négociations actuelles sur le changement climatique, notamment lors de la COP21, pour faire valoir la spécificité de Madagascar du fait de son appartenance au groupe des pays les plus vulnérables au changement climatique » [1]. Une remarque qui renvoie au manque d’orientation de la politique générale de l’État et du PND envers la question écologique et les nouveaux instruments de financement qui en découleront.

En effet, il est évident que la question écologique n’est plus uniquement environnementale, elle est devenue transversale et économique. Elle affecte certes les domaines classiques de l’environnement connus des Malgaches (conservation de la biodiversité par le biais, notamment, des aires protégées), mais va beau- coup plus loin. Elle touche à l’énergie et à la production d’électricité par des moyens moins polluantes (et coûteux) que les centrales thermiques à base de diesel ou de fuel. Elle concerne l’urbanisme et notamment la perte de nos rizières alors que leurs services éco-systémiques [2] font tampon contre l’inondation et as- surent la purification de l’eau ainsi que la décomposition de déchets. Elle a également un lien avec une urbanisation galopante sans création d’infrastructures, de lieux publics et d’espaces verts, comme en témoigne l’envahissement du By-pass à chaque fête de Pâques.

L’accès à l’eau est un ODD en soi, dont l’importance est urbaine autant que rurale. La gestion durable des ressources naturelles, telle la pêche et la forêt, représente aussi un défi constant, alors que la pêche dans nos eaux territoriales constitue un domaine lucratif totalement inconnu du citoyen. Les politiques agricoles, l’irrigation et la réhabilitation des sols, qui ont une importance primordiale pour la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté, sont rarement des priorités gouvernementales [3]. L’éducation des citoyens de demain comprend une dimension écologique dont l’ODD n° 4 fait un droit universel « sur un même pied d’égalité » pour tous les Malgaches. Enfin, la justice et l’application de la loi par l’administration dans tous les domaines ont un impact majeur sur l’environnement (comme le montrent les trafics en tout genre) et sur la croissance économique.

Comment donc l’agenda environnemental est-il intégré dans les politiques publiques actuelles ? La loi de finances de 2016 nous donne-t-elle des indications de notre positionnement sur ces deux sommets ? Saurons-nous solliciter intelligemment les bailleurs ? On attend des responsables concernés qu’ils fassent connaître concrètement les engagements pris en la matière.

Pauvreté et écologie

Bien que le changement climatique résulte de la pollution industrielle de quelques pays de la planète, Madagascar et les Malgaches ont à contribuer aux solutions futures. En effet, si notre île se développe comme nous le souhaitons, il nous faudra renoncer à nos pratiques néfastes bien ancrées : déforestation et feux de brousse, absence de gestion des déchets qui obstruent les canaux d’évacuation d’eau dans les villes, consommation d’électricité « sale » générée par les centrales thermiques, envahissement de 4x4 et de poids lourds polluants. La généralisation des sachets plastiques en témoigne, la plupart des Malgaches ayant délaissé les produits biodégradables comme le papier ou les sobika au profit de plastiques douteux. Or le développement durable devra éviter la consommation de produits transportés sur des milliers de kilomètres, et promouvoir la bicyclette plutôt que les grosses cylindrées. Il faudra inciter les grandes surfaces à vendre des produits transformés localement, construire des routes avec pistes cyclables et développer les transports en commun.

Par ailleurs, il est important de noter que développement durable rime étroitement avec lutte contre la pauvreté. Dans sa « lettre sur la sauvegarde de la maison commune » [4], le pape François nous rappelle l’impact de la dégradation environnementale sur les pauvres. En milieu urbain, des millions de pauvres malgaches sont concentrés au bord de canaux et dans des zones insalubres sans aucune végétation, à l’inverse des îlots luxuriants de verdure à l’usage des classes aisées ou expatriées. En milieu rural, si l’air frais et la relative verdure semblent bucoliques, la vie quotidienne sans accès à l’eau, à une terre fertile ni aux autres nécessités de base témoigne d’une misère omniprésente et déshumanisante. Et les habitants d’Antananarivo se plaignent chaque année de la pollution causée par les feux de brousse provoqués par la pratique traditionnelle du tavy (culture sur brûlis), ou en signe de mécontentement face aux tracasseries de l’administration, des forces de l’ordre ou pour protester contre l’incurie des politiciens et de l’État.

Antananarivo, 14 novembre 2015


SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA
SeFaFi
Observatoire de la Vie Publique
Lot TR 41 Ampahimanga, Ambohimanambola 103
Tél. 032 59 761 62 Email : sefafi gmail.com Site Web : www.sefafi.mg

Notes

[1Communiqué du MFB, le 17 octobre 2015.

[2Les « services éco-systémiques » résultent des fonctions écologiques (les processus naturels de fonctionnement et de maintien des écosystèmes). Ces services sont par exemple la production de l’oxygène de l’air, l’épuration naturelle des eaux, la biomasse qui nourrit les animaux domestiqués, pêchés ou chassés, l’activité des pollinisateurs dans les cultures et celle des organismes qui produisent et entretiennent l’humus, la séquestration naturelle de carbone dans le bois, les sols, les mers et le sous-sol, ou encore le recyclage permanent des nutriments et de la nécro-masse par les animaux, champignons, bactéries, tous vitaux pour la santé des hommes et de la planète.

[3En témoigne la réduction drastique du budget de ce Ministère entre 2015 et 2016, L’Express, 7 novembre 2015.

[4Laudato si’, 24 mai 2015.

16 commentaires

Vos commentaires

  • 18 novembre 2015 à 09:35 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107)

    SEFAFI,c’est QUOI ??exactement !
    ou
    QUI ??en réalité !

    Le PADESM et ses héritiers.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 18 novembre 2015 à 10:59 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      C’est l’OBSERVATOIRE DE LA VIE PUBLIQUE à MADA.

    • 19 novembre 2015 à 13:10 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107) répond à plus qu'hier et moins que demain

      - « Observatoire de QUOI » ????

  • 18 novembre 2015 à 11:01 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    oPourquoi quand un ou une musulman qui a choisi l’apostasie est condamné à mort ? betoko(413)
    oPour qu’il puisse rejoindre le paradis au lieu de l’enfer à cause de son apostasie : C’est accorder la priorité à l’au-delà. PQMD (6149).

    Si les chrétiens ont empêché/dissuadé par tous les moyens possibles et imaginables leurs fidèles de se convertir à l’Islam, les attentats de PARIS du 13/11/2015 auraient pu être évités.

    Une pensée pour MALCOM X

    En novembre 1963, après l’assassinat du président Kennedy, toutes les divergences éclatent sur la place publique, après une déclaration controversée de X. Celui-ci déclare en effet que la violence que Kennedy n’avait pas pu arrêter se retournait contre lui. Il ajoute « Chickens coming home to roost never made me sad. It only made me glad » (« les poulets revenant au perchoir (au poulailler) ne me rendent jamais triste, ils me rendent seulement heureux » - En français, « Chickens coming home to roost » a une signification proche de « qui sème le vent récolte la tempête » c’est-à-dire « puisque la société américaine et son président ont opté pour la violence, il n’est pas étonnant que celle-ci fasse effet boomerang ». Cette phrase pouvait se comprendre comme une approbation de l’assassinat.

    Il écrit ainsi à propos de son pèlerinage : « Il y avait des dizaines de milliers de pèlerins, de partout dans le monde. Ils étaient de toutes les couleurs, des blonds aux yeux bleus aux Africains à la peau noire. Mais nous étions tous les participants d’un même rituel, montrant un esprit d’unité et de fraternité que mes expériences en Amérique m’avaient mené à croire ne jamais pouvoir exister entre les blancs et les non-blancs. L’Amérique doit comprendre l’islam, parce que c’est la seule religion qui efface de sa société le problème des races51. »

    Dans le même discours, il déclare : « Si l’homme blanc ne veut pas que nous soyons contre lui, qu’il cesse de nous opprimer, de nous exploiter et de nous dégrader. Que nous (les noirs) soyons chrétiens, ou musulmans, ou nationalistes, ou agnostiques, ou athées, nous devons d’abord apprendre à oublier nos différences. […] Nous allons être forcés d’employer le vote ou la balle. […] Je ne me considère même pas comme un Américain. Je ne suis pas un Américain. Je suis l’une de vingt-deux millions de personnes noires qui sont les victimes de l’américanisme […] Il y aura des cocktails Molotov ce mois-ci, des grenades à main le mois prochain, et autre chose le mois suivant. […] Ce sera la liberté, ou ce sera la mort53. C’est la liberté pour tous ou liberté pour personne. »

    • 18 novembre 2015 à 11:55 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Les attentats !
      N’en parlons plus !
      - "LES ISLAMISTES (- ??-) SERONT BALAYES.

      La France vaincra !

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 18 novembre 2015 à 12:57 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Chassez le naturel, il revient au galop.

    • 18 novembre 2015 à 13:40 | Menalahy (#9072) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Aleikoum salam,

      « Si les chrétiens ont empêché/dissuadé par tous les moyens possibles et imaginables leurs fidèles de se convertir à l’Islam, les attentats de PARIS du 13/11/2015 auraient pu être évités ».

      Si je vous comprends bien, les victimes de ce dernier attentat commis par vos« coreligionnaires » étaient des chrétiens convertis à l’Islam ?

      Par conséquent, c’est par « charité islamiste » qu’elles ont été tuées sauvagement pour que leur âme rejoigne le paradis d’Allah où les attendent les 72 vierges promises ?

      Parmi ces 72 vierges, il n’y en a que deux (02) qui sont originaires des Jardins des Délices d’Allah, les 70 autres proviennent des Enfers.

      Et je ne parle pas des éphèbes qui serviront de serviteurs qui seront mis à disposition des croyants reçus dans les Jardins Célestes. Ce qui nous ramène à une description d ce Paradis à faire un parallèle avec la conception du paradis grec de Zeus et la légende de Ganymède (suivez mon regard).

      La page de l’Histoire contemporaine n’est pas encore tournée que vous commencez à la réécrire.

      Pire, ces victimes innocentes ne sont pas encore enterrées que vous salissez leur mémoire avec des raisonnements dignes d’un révisionniste de l’histoire des fours crématoires et de la Shoah.

      Personne ne vous demande de faire repentance de quoi que ce soit que vous-même n’avez pas commis. Prenez exemple sur vos autres coreligionnaires modérés et sensés qui se sont mis sous le hashtag #Noussommesunis.

      PS1. 72 vierges pour toute l’éternité, cela fait combien de vierges par an ? Ou par millions d’années ?

      C’est trop peu au vu de l’appétit génésique de vos coreligionnaires.

      PS2. 72 vierges « qu’aucun homme ni aucun Génie n’a pas réussi à déflorer » selon un de vos textes sacrés ?

      La défloration mécanique va être douloureuse pour ces malheureuses et laborieuse pour les « heureux » bénéficiaires !

    • 18 novembre 2015 à 14:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Menalahy

      Objection votre honneur car ce sont les commanditaires (des français dits de souche convertis à l’Islam) mais pas les victimes.

    • 18 novembre 2015 à 16:07 | Menalahy (#9072) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Objection, Votre Suprême Honneur,

      Même en prenant votre mise au point comme une possible interprétation de votre phrase, qui est-ce qui a poussé ces islamistes convertis à l’islam radical si ce n’est pas la notion de djihad mal interprétée par vos coreligionnaires extrémistes, puis le titre de martyr et enfin la promesse d’une place dans le Jardin des Délices d’Allah ?

    • 18 novembre 2015 à 16:24 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Menalahy

      Vous avez oublié le contexte (le quotidien des laissés pour compte de la société à l’image de Malcolm x) et vous vous contentez simplement du texte : Vous l’avez ensuite interprété comme vous voulez en ne tenant pas compte de mon message (l’auteur de cette phrase) qui est loin du votre (tenir un débat de controverse).

    • 18 novembre 2015 à 16:40 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Voire discréditer à tout prix une religion : Cela resoudra-t-il le problème de la violence qui a goutté à toutes les sauces (lutte de libération nationale, guerre froide, etc.. jusqu’au peudo-jihadisme à l’heure actuelle) ? That is the question Sir.
      Si c’est OUI tant mieux et si c’est NON, il est grand temps d’attaquer le mal par sa racine.

    • 18 novembre 2015 à 17:25 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Le problème des banlieues et des jeunes issues de l’immigration de 2ème et 3ème génération en particulier et le chômage en général en France : Le PM Manuel Valls a levé le tôlé général en parlant d’apartheid et le Président Nicolas Sarkozy avant lui avait qualifié les jeunes des banlieues de racailles.
      Et ce n’est pas en bombardant l’EI/DAESH en Syrie ou en pointant du doigt voire en qualifiant de tous le nom l’Islam que de tel problème de société va se résoudre de lui-même : C’est traiter un faux problème et la solution éventuelle sera pire que le mal.
      Accorder la Nationalité est certes nécessaire mais pas suffisante sans l’égalité pour tous dans tous les domaines de la vie suivant la devise de la FRANCE : LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE.

  • 18 novembre 2015 à 15:02 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Le 21 février 1965 Malcolm donne un discours à l’Audubon Ballroom Dancing de Manhattan, mais des perturbations dans le public l’interrompt. Malcolm essaye de calmer la masse mais un instant plus tard il est assassiné de plusieurs coups de feu. Sa femme et ses enfants sont témoins de la scène. Les suspects sont capturés après avoir tentés de s’échapper. Plus tard, un porte-parole de l’hôpital fait une déclaration publique « La personne connue sous le nom de Malcolm X vient de mourir ».

    Dans des images d’archive on peut voir le Révérend Martin Luther King, Jr « L’assassinat de Malcolm X est une déplorable tragédie. Elle révèle qu’il existe encore bien des gens dans notre pays qui ont dégénéré au point d’exprimer leurs désaccords par le meurtre et que nous n’avons pas appris à exprimer de désaccords sans violence. »

    En voix off on peut entendre l’eulogie prononcée par l’acteur et militant Ossie Davis lors des funérailles de Malcolm X, sur fond d’archives et de photographies.

    « Ici, en cette heure dernière, dans ce lieu paisible, Harlem est venu dire adieu à l’un de ses espoirs les plus radieux aujourd’hui éteint et qui nous a quitté pour toujours. De mémoire d’homme, cette communauté cernée par tant de malheurs et pourtant si fière, n’avait jamais trouvé de jeune champion plus brave et plus valeureux que cet afro-américain qui gît devant nous à jamais invaincu. Je repère ce mot comme je sais qu’il aurait voulu que je le fasse « afro-américain ». Malcolm l’afro-américain. Malcolm avait cessé d’être un Noir depuis des années. Le mot était devenu trop petit, trop faible, trop mesquin pour lui. Malcolm était plus grand que cela, Malcolm était devenu afro-américain et il voulait comme il voulait désespérément que nous tous, son peuple devenions afro-américains aussi. Il en est pour considérer aujourd’hui que leurs devoirs d’amis du peuple noir que de nous dire qu’il faut le rabaisser, fuir jusqu’à sa mémoire et assurer notre salut en le bannissant de l’histoire, de notre époque turbulente... Et à cela nous sourirons... Ils diront que c’est un homme de la haine, un fanatique, un raciste qui ne peut que faire du mal à la cause pour laquelle vous combattez. Mais nous leur répondrons en disant : « Avez-vous parlé avec le frère Malcolm ? L’avez-vous approché ? Touché ? Vous a-t-il souri ? L’avez-vous vraiment écouté ? Fut-il une seule fois impliqué dans des violences ? Troublait-il la paix publique ? Car si vous l’aviez connu, vous sauriez pourquoi nous devons l’honorer. » Malcolm était notre virilité, la vie même de notre virilité noire. Voilà ce qu’il représentait aux yeux des siens. Et en l’honorant, c’est la meilleure part de nous-mêmes que nous honorons. Quelque pu être les points de divergences avec lui ou entre nous à son propos, à propos de sa valeur humaine, que son départ serve seulement à nous rassembler aujourd’hui. En confiance et reste mortel à la Terre, notre mère à tous, nous savons que ce que nous déposons dans le sol n’est plus un homme mais une graine. Une graine qui passé l’hiver de notre misère resurgira et viendra à notre rencontre. Et nous le connaîtrons alors pour ce qu’il était, pour ce qu’il est : un prince. Notre prince à nous, notre Prince Noir et lumineux qui n’a pas hésité à mourir parce qu’il nous aimait tant. »

    • 18 novembre 2015 à 15:21 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      En remplaçant certains mots par d’autres et même sans autopsie par un médecin légiste voire un neurochirurgien ou un cardiologue, la réponse à toutes nos questions se trouve expliciter par les extraits ci-dessus : Ce que les millions de jihadistes ont derrière la tête, le cœur et la pensée.

      Il reste à trouver la meilleure solution pour éviter la multiplication de telles tragédies :
      - Est-ce encore et toujours l’augmentation exponentielle des budgets affectés à l’armement ?
      - Est-ce un changement de politique pour redonner de l’espoir à la jeunesse laissée pour compte dans nos sociétés respectives qui nécessite certainement de l’argent mais largement inférieur à ceux dépensés dans l’effort de guerre contre les jihadistes ?

      Le Pape François a déjà donné une piste de réflexion : la violence ne résout pas ce problème.

      Le débat est ouvert.

    • 18 novembre 2015 à 15:57 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Le débat est ouvert. La graine Malcolm x déposé au sol a engendré 50ans plus tard plusieurs millions de jihadistes non plus en Amérique mais dans le monde entier à des variantes près car certains pays comme l’Allemagne, les Etats-Unis et les pays nordiques ont sus à temps atténuer le développement à deux vitesses au sein de leurs sociétés respectives tandis que d’autres trop attachés à leurs privilèges ne se sentent pas concerner et les voilà rattraper par la réalité : Auront-ils le courage d’avancer vers la bonne direction/ de mettre de l’eau dans leurs vins ?

  • 18 novembre 2015 à 17:11 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107)

    SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA RAKOTOARIMANANA
    - Président de la République Malgache
    - Chef d’Etat de Madagascar
    - Chef Suprême de toutes les « INSTITUTIONS » de Madagascar,
    - « pourrait déclarer l’engagement sincère et loyal de Madagascar dans cette lutte contre le »TERRORISME"==en offrant==aux Pays engagés les installations maritimes Malgaches,en particulier== l’arsenal-port ==d’Antsiranana.
    Le « PORTE-AVIONS » Charles De Gaulle vient de quitter Toulon,ce mercredi 18 novembre 2015 pour se rendre au « FRONT DE LA GUERRE » contre le Terrorisme.

    Profitons de tous ces sommets pour annoncer au Monde entier que Madagascar est toujours pour la Paix.

    VIVE MADAGASCAR
    VIVE L’AMITIE France-Madagascar.
    - « VIVE LA PAIX ».

    Le PADESM et ses héritiers.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 398