Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2016
Antananarivo | 09h37
 

Economie

Création d’entreprise

En majorité des commerçants avec de petits capitaux

lundi 3 novembre 2014 | Léa Ratsiazo

Il suffit d’aller dans n’importe quel quartier d’Antananrivo, notamment les quartiers populaires, pour constater que les échoppes et épiceries collées les unes aux autres poussent comme des champignons à tous les coins de la rue. Les dernières études statistiques sur la situation de mouvements des établissements formels d’Antananarivo-Analamanga le confirment : au deuxième trimestre 2014, la majorité des nouveaux établissements créés exercent dans le commerce.

En fait, il ne s’agit pas forcément de nouveaux établissements en phase de démarrage mais d’une formalisation des activités suite au contrôle fiscal fréquent des agents du fisc.

La proportion des commerçants détaillants augmente de 7 points, passant de 30 % au premier trimestre 2014 à 37 % au deuxième 2014. La restauration-bar et l’hôtellerie sont aussi des activités très en vogue depuis l’année dernière. Depuis le dernier trimestre 2013, le nombre d’établissements formels exerçant dans ces branches d’activité augmente considérablement : passant de 43 nouveaux établissements au quatrième trimestre 2013 à 89 au premier trimestre 2014 et 120 au deuxième trimestre 2014, soit une hausse de 34,8 % par rapport au premier trimestre 2014.

Par ailleurs, la proportion des nouveaux transporteurs augmente de 12,8 % au deuxième trimestre 2014 par rapport au premier trimestre 2014, plus particulièrement au niveau du transport de voyageurs (475 au deuxième trimestre 2014 contre 419 au premier trimestre 2014), ainsi qu’au niveau du transport de marchandises (117 au deuxième trimestre 2014 contre 106 au premier trimestre 2014).

Bref, la majorité de petits opérateurs privés enregistrés au deuxième trimestre sont des commerçants détaillants, des restaurants-bars ou hôtels et des transporteurs (taxi-be, taxi-brousse et transport de marchandises). Des activités que beaucoup considèrent comme n’ayant pas besoin de compétence particulière.

Au deuxième trimestre de cette année, 9 établissements sur 10 sont des entreprises individuelles et la moitié des entreprises individuelles démarre avec un petit capital, moins de un million d’ariary selon les dernières statistiques.

Au deuxième trimestre 2014, les nouvelles entreprises individuelles dominent nettement. Depuis le quatrième trimestre 2013, la proportion des nouvelles entreprises individuelles ne cesse d’augmenter : 73 % au quatrième trimestre 2013, 83 % au premier trimestre 2014 et 88 % au deuxième trimestre 2014. Après une baisse au premier trimestre 2014, l’effectif des nouvelles sociétés anonymes (SA) au deuxième trimestre 2014 augmente, passant de 4 établissements au premier trimestre 2014 à 7 établissements, soit une hausse de 75 %. De même, le nombre des nouvelles sociétés société à responsabilité limitée (SARL) augmente de 11 %, passant de 157 établissements au premier trimestre 2014 à 174 établissements au deuxième trimestre 2014.

Par contre, le nombre des entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL) diminue de 14 % (125 nouvelles EURL au premier trimestre 2014 contre 108 EURL au deuxième trimestre 2014).

Si l’on analyse les secteurs d’activité, 91% des nouvelles activités des établissements créés au deuxième trimestre 2014 se trouvent dans le secteur tertiaire. La part du secteur secondaire n’a pas changé par rapport à celle au premier trimestre 2014 (8,8 %). La proportion des nouveaux établissements opérant dans le secteur primaire n’est que de 0,7 % (soit 22 nouveaux établissements).

Au deuxième trimestre 2014, quelle que soit la forme juridique des nouvelles sociétés, leurs fonds de démarrage médians sont les mêmes qu’au premier trimestre 2014. En effet, la moitié des SARL et des EURL démarrent leurs activités avec 2 000 000 ariary ou moins et la moitié des EI avec 1 000 000 ariary ou moins.

Entre le premier trimestre 2014 et le deuxième trimestre 2014, les fonds de démarrage moyens des SARL et des EURL augmentent respectivement de 8 % et de 16 %. Par contre, le fonds de démarrage moyen des entreprises individuelles (EI) diminue de 3 % durant la même période.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 3 novembre 2014 à 12:57 | Jipo (#4988)

    Bonjour voilà des nouvelles ça qu’ elles sont bonnes...
    La politique tant attendue du père hery tant par sa transparence qu’ efficacité commence à porter ses fruits.
    Une réélection en perspective : assurée ...
    Pour relancer l’ économie, il faut commencer par exercer des contrôles systématiques, dans tous les secteurs qui lui permette de subsister, augmenter tous azimuts, les moyens de production en les taxant comme il se doit, augmenter les énergies comme l’ eau , le gaz et l’ électricité , la benzine, et hop le tour est joué et l’ économie de retour au beau fixe.
    Hery pourrait proposer des cours de rattrapage et recyclage à tous ces spécialistes en économie, et pseudo présidents Européens, qui sortis de leurs J 20 > ∞ n’ arrivent cependant à pas grand chose, comparativement aux prouesses exemplaires, réalisées par ce PMA qu’ est : Madagascar...

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 533