Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 4 décembre 2016
Antananarivo | 22h55
 

Evènement

Young African Leaders Initiative

Des représentants malgaches à Pretoria

mardi 23 août | Randria Maeva

Douze malgaches représentent actuellement Madagascar au Young African Leaders Initiative Regional Leadership Center Southern Africa (YALI RLC SA) à Pretoria en Afrique du Sud. C’est un programme de formation destiné aux jeunes africains, leur permettant d’acquérir des compétences sur le leadership. C’est la quatrième vague de formation, entamée le 15 aout et clôturée le 9 septembre 2016,

L’objectif est de soutenir les jeunes africains dans leurs projets pour qu’ils puissent contribuer à la croissance de leur pays et à participer à l’instauration de la paix dans le monde. 14 pays africains participent à ce programme dont Madagascar. Le programme offre trois filières au choix : Business and Entrepreneurship, Civic Leadership et Public Management. La filière Business and Entrepreneurship consiste à former les jeunes sur l’entreprenariat pour qu’ils puissent créer leur propre entreprise. La filière Civic Leadership concerne plus la citoyenneté et l’engagement des jeunes dans les services publiques, les Organisations Non Gouvernementales et dans les œuvres communautaires. Quant à la filière Public Management, elle consiste à former les jeunes sur les compétences utiles en gestion au niveau gouvernemental, au niveau des organisations internationales et régionales ou des organisations publics.

Les représentants malgaches se composent d’entrepreneur, d’organisateur évènementiel, de scientifique, de journaliste, de bloggeur et d’étudiant. Les participants de cette quatrième vague se focaliseront sur l’empowerment des jeunes, plus précisément sur la capacité des jeunes africains à réaliser leur rêve et à construire leur projet à partir de leur propre moyen et initiatives. Il y a aussi les projets de groupe axés sur les préoccupations de la société comme la lutte contre la violence envers les femmes, l’allaitement maternel, le travail des enfants…

Pascal Fanomezana Razafimandimby l’un des participants est étudiant et parallèlement assistant en communication au sein d’une ONG à Madagascar. Il témoigne de ses acquis durant cette première semaine. « Je trouve cette formation très enrichissante, c’est une opportunité pour découvrir la culture et les savoirs faire des autres pays africains. C’est une aubaine de pouvoir rencontrer des leaders africains, on se rend compte de cette diversité du continent. On acquiert des compétences tout en oeuvrant pour notre projet ».

Ce programme est l’extension de Young African Leaders Initiative (YALI), initié aux Etats-Unis en 2010, par le Président Barack Obama. Des forums et diverses activités ont été organisés au sein des ambassades américaines. D’où ont surgi trois programmes : le Mandela Washington Fellowship, le YALI Network et les Centres Régionaux de Leadership YALI. Les Centres régionaux de Leadership se trouvent dans les quatre capitales : Nairobi, Pretoria, Accra et Dakar. Le programme est soutenu par l’USAID, la Fondation MasterCard, le Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG) et ses partenaires. Le YALI RLC dure quatre ans et prévoit de former plus de 8000 jeunes, que ce soit en ligne ou en présentiel.

Les participants au programme ont soumis leur candidature en ligne, il n’y a pas de niveau minimum d’éducation ni de distinction de type de travail. Le principal critère est la maîtrise de l’anglais. Des tests et des interviews ont été effectués pour connaître les expériences des participants et leurs visions de la vie par rapport à la communauté.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 23 août à 14:24 | GADSDEN_FLAGIVANDRY (#8661)

    Ce qui est dommage c’est qu’ils vont devoir rentrer ,des potentiels tels que les leurs seraient tellement mieux exploités en Afrique du Sud.

    • 26 août à 11:57 | Vhery (#9697) répond à GADSDEN_FLAGIVANDRY

      Vous pensez donc que la fuite des cerveaux peut améliorer l’économie de leur pays d’origine ?

      On pille leur richesse naturelle, et maintenant vous voulez leur richesse intellectuelle ey vous trouvez que c’est dommage pour eux et pour notre pays.

      Après leurs études et leurs stage pratiques ils ont de quoi partager à leur compatriote pour l’avenir de leur pays d’origine.

      Arrêtons l’esprit colonial, on est déjà dans une autre époque « l’émergence des pays du tiers monde »

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 168