Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 19h26
 

Diaporama

Intempéries

Alerte rouge en photos

samedi 28 février 2015 | Ra Bens

Un premier bilan effectué par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) fait état ce 27 février 2105 en fin d’après-midi de 14 décès et de 44 272 sans abris. La totalité des populations sinistrées ont dû être déplacé.

Le Premier ministre et le président de la République ont visité la localité de Soavina ; ils ont apporté des aides aux sinistrés évalués à quelque 300 individus. Ils ont survolé en hélicoptère la commune d’Ampanefy. D’après les sinistrés de cette dernière localité, les autorités n’ont pas daigné leur rendre visite alors qu’on y dénombre près de 6 000 sinistrés contre quelque 300 à Soavina, déplorent les sinistrés d’Ampanefy.

Portfolio

6 commentaires

Vos commentaires

  • 28 février 2015 à 09:59 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Photos prises en 2105,à Madagascar,paraît-il ?

    • 1er mars 2015 à 10:10 | Stomato (#3476) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile le devin !
      On peut se demander si en 2105 Madagascar existera encore, au train ou vont les choses...

  • 28 février 2015 à 10:06 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Et maintenant il faut soutenir le Ministre d’Etat Rivo RAKOTOVAO chargé des projets présidentiels,de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement !
    Des actes ,alors il faut virer le « DG » du Trésor Public,si c’est nécessaire !
    Foncez Monsieur le Ministre d’Etat Rivo RAKOTOVAO.
    Finie la politique politicienne.

    SEM Hery RAJAONARIMAMPIANINA
    - Président de la République Malgache
    - Chef d’Etat de Madagascar
    a des projets pour « SON » Pays,Madagascar,
    alors :
    =« FONCEZ POUR LES EXECUTER » !

    Bon courage !

    Le PADESM et ses héritiers.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 28 février 2015 à 17:29 | betoko (#413)

    oui Basile ce sont des photos arabes ce n’est pas vrai , il n’y a jamais eu d’inondation à Tana cette semaine
    Venez ici soutenir Rivodoza Rakotovao si vous avez des kouilles

  • 1er mars 2015 à 00:08 | ramaso (#7441)

    A voir ces photos,j´ai le frisson dans le dos j´ai jamais vu TANA dans une situation pareille,c´est l´APOCALYPSE,il y a quelqes annees il y avait eu une forte cyclone qui a frappe MADAGASCAR et le MOZAMBIQUE toute l´aide internationale etait concentree sur MOZAMBIQUE les Americains ont deploye une aide sans precedent,et vue dans le monde entier,MADAGASCAR etait oublie,cette fois LA CI est aussi muette,aucun pays europeen ou americain n´a manifeste aucune aide pour aider les sinistres malgaches,seule NANA MOUSKOURI donne un concert pour aider les enfants,c´est vrai qu´un malheur n´arrive jamais seul,et les voleurs en profitent pour vider les maisons delaissees par leur proprietaire,et ces DEPUTES solombava-mbahoaka ,qu´est ce qu´ils font pour leur VAHOAKA sinistres ? rien,rien du tout ils attendent tjrs leurs 4X4 !

    • 1er mars 2015 à 10:17 | Stomato (#3476) répond à ramaso

      D’accord avec vous cette inondation est terrible, surtout pour la population.
      Mais qu’elle frappe Tananarive est un moindre mal.
      En effet quand c’est une ville de brousse qui est frappée les réparations sont faites moins rapidement que celles de la capitale.
      Mais oubliez votre crise de jalousie !
      Cela fait 1/2 siècle que Madagascar vit aux dépends de la CI.
      Et ce qui est frappant c’est que plus le temps passe plus les critiques à l’encontre de la CI sont virulentes voire violentes comme si cela était un dû !
      Et un dû remboursé seulement par des insultes.
      Alors entre ceux qui mordent la main qui les aide et ceux qui remercient, vers où la CI a-t-elle tendance à aller ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 258