Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 06h16
 

Société

Confectionneur, tailleur-couturier

Des métiers en voie de disparition

mardi 19 avril | Yvan Andriamanga

Dans toutes les villes de la Grande île, le commerce de la friperie ne cesse de prendre de l’ampleur. En effet, on en trouve plusieurs, ne serait-ce qu’à Antananarivo : d’Andravoahangy à Ambodivona, d’Isotry à Ambodin’Isotry et même sur les marchés hebdomadaires comme à Ivato le samedi et à Mahamasina le jeudi. Les vêtements fripes sont une aubaine pour la population car ils sont à la portée de tous, de tous les goûts et n’ont pas besoin de centaines d’essayages. De plus, comme il y a de nombreux vendeurs, ils donnent donc du travail.

Pourtant, l’existence de la friperie handicape le travail de certaines personnes : ceux qui font de la confection artisanale et les tailleurs-couturiers qui font du sur-mesure et/ou du prêt-à-porter. « Nous sommes très nombreux à encore faire ce travail, ne serait-ce qu’ici près du CENAM-67ha. Depuis l’existence de la friperie, il n’y a plus grand monde qui achète nos produits car nos produits coûtent plus chers, et ça, c’est un argument prépondérant de nos jours », a fait remarquer madame Vony, vendeuse de broderie. Quant à monsieur Mamy, tailleur il affirme que « seul les habitués en temps de fête viennent me voir. Les tailleurs-couturiers sont désormais hors-jeu dans le commerce à Madagascar. Madame Vony ajoute : « Le seul moyen pour nous d’éviter de mettre la clé sous la porte c’est l’exportation car les produits artisanaux y sont très demandés, ce qui est triste. Nous, nous consommons leurs déchets et on leur envoie nos trésors. Par ailleurs, pour ceux qui veulent faire de l’exportation, seuls ceux qui ont des relations peuvent se le permettre et là, je ne parle même pas de ces odieux spéculateurs qui se disent artisans en étant seulement des revendeurs ».

Faut-il toujours que l’apparition d’une activité en tue un autre ?

2 commentaires

Vos commentaires

  • 19 avril à 08:52 | Noue (#2427)

    « Faut-il toujours que l’apparition d’une activité en tue un autre ? »

    c’est à cause du mal d’organisation ! Mais comme nombres de personnes n’ont pas le moyen de voir les couturiers (es) on accourt à la friperie !

  • 20 avril à 08:32 | sanois (#8546)

    .Toujours a pleurnicher !

    Il n y a pas de droits de douane ni de TVA sur l importation de friperie
    S il en etait de meme pour le materiel solaire ( panneaux) on aurait plus de problemes jirama !!

    il y a toujours le lamba

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 200