::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 03h53  :  17°C  :  Clair de lune et nuages épars
jeudi 18 décembre 2014
 

 > Tribune libre

Dépasser le complexe post-colonial

lundi 23 août 2010, par sevane

NDLR : ce texte est proposé en réponse et en complément à l’éditorial Rajakom-bazaha écrit par Ndimby A.

Il s’agit là, Ndimby, d’un sujet d’actualité : la nation, le patriotisme, la langue, la culture et les traditions de son propre pays sont des valeurs adulées quand il s’agit de promouvoir ou de défendre l’indépendance d’un peuple en lutte. …Et c’est le cas, plus que jamais, à Madagascar. Ce sont les arguments fondateurs même de l’anticolonialisme. Le recours à l’identité nationale est même devenu un thème branché. On a vu, par exemple, l’enthousiasme des médias du monde entier devant le patriotisme d’Obama.

Mais d’où vient alors cet engouement des Malgaches pour l’Occident ?

Très probablement parce que Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du monde, et des plus instables politiquement aussi. L’Occident représente dans l’esprit de nombre d’entre nous la référence de la réussite. Ce qui n’est pas tout à fait faux car économiquement, si l’on ne doit citer que ce domaine, ils ont des décennies voire des siècles d’avance par rapport à nous. Alors, est-ce que les valeurs nationales à préserver valent à ce point l’abandon de certains objectifs qui se mesurent en cadre de vie ou même en espérance de vie ?

Mais il peut s’agir aussi d’un complexe post-colonial : l’ex-colonisé, qui a toujours cru qu’il est inférieur, de par ses origines et sa culture : en somme, un colonisé dans l’esprit. C’est donc un sentiment d’infériorité pour celui qui a été colonisé et qui a transmis inconsciemment ses inhibitions à sa descendance. Et ce, à cause du sentiment de supériorité de celui qui a colonisé. D’où les discours systématiques de ceux qui brandissent indéfiniment la colonisation : « Nous sommes les victimes et c’est la faute aux autres ». On déteste la France pour tous les malheurs qu’elle nous a infligés, on a envie de la mépriser, on la méprise mais dans le même temps on l’envie, on a envie de l’approcher, de l’imiter car on la croit supérieure.

Seulement voilà, si l’on se sent victime ou inférieur, c’est aussi parce que nous sommes incapables de nous organiser. La malgachisation sous l’ère de Ratsiraka a été un fiasco. Notre pays n’a pas fait grand-chose pour nous inculquer ces valeurs si importantes, ces repères identitaires (à travers l’école, les moyens de communication, l’art, la littérature …). A part notre « nature 5 étoiles » (que l’on ne protège même pas), qu’est-ce qui peut nous rendre fiers d’être Gasy sur le plan international ? Certainement pas le comportement de nos dirigeants actuels. Alors, à force de se négliger, on finit par ne plus s’aimer. Nous avons une représentation de nous-mêmes qui est dépréciative : parler en français ou mieux, en anglais (ou encore mieux : les 2 langues en même temps …. si, si, je connais quelque champions à ce jeu sur ce forum … suivez mon regard) est bien plus valorisant et tellement plus dans le vent que de parler en malgache. Comment les autres peuvent-ils alors nous respecter ?

Il faut donc que nous arrivions à nous émanciper, c’est-à-dire à nous dégager du joug de la tutelle en général : la famille, la société, l’Etat, l’Eglise, et aussi tous ces « autres » qui sont bien plus grands, bien plus puissants, bien plus dangereux que nous. Mais notre éducation ne va pas dans ce sens, hélas. On nous apprend à respecter et à craindre celui qui est supérieur à nous. Comment s’étonner, par la suite si nous manquons de décisions, si nous manquons de courage ? Comment s’étonner si nous avons toujours besoin de la direction d’autrui ?

Le jour où nous serons suffisamment émancipés, le jour où nous serons suffisamment organisés pour être responsables de nous-mêmes, le jour où nous nous accepterons, le jour où nous serons fiers de ce que nous sommes, bref, le jour où nous serons enfin « grands », nous cesserons de singer le Vazaha, nous abandonnerons cette posture défensive qui tend à accuser toujours l’autre de tous nos malheurs (l’ex-colon, la CI, la SADC, l’UA, la Banque Mondiale, le FMI, …., la météo, le karma …) et d’être de mauvaise foi. Car cela revient finalement à être partisan de la médiocrité. Réduire l’identité nationale à de la simple xénophobie, c’est faire peu de cas de l’héritage historique que nos ancêtres nous a légué.

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 5 réactions Lire les commentaires
  • Dépasser le complexe post-colonial
    23 août 2010 10:53, par hafatra (#1895)

    Nankaiza ny kolotsainantsika ?

    Ka ilay maha-gasy sy izay rehetra miaraka amin’izany anie no efa nolavintsika ,natsipy sy natakalo , hany ka tsy misy mahalala intsony ny tena soatoavina malagasy.Izay kely nianarana tany an-tsekoly dia lasa vako-drazana (folklore) fotsiny fa tsy natao hampiharina amin’ny fiainana an-davanandro.

    Etsy an-danin’izany koa dia tsy mahavaha ny olana misy eo amin’ny tsirairay sy ny fiaraha-minona ary ny firenena ny fomba fisainana tena malagasy .
    Ohatra tsotra : moa ve ny fihavanana dia afaka mandrindra sy mamaha ny olana politika ?

    Kolotsaina sadasada no misy ankehitriny : tsy tena malagasy intsony kanefa tsy ho vazaha mandrakizay ... izay kolotsaina safiotra izay ve afaka hanampy antsika ?

    Afaka mampiditra kolotsaina vahiny isika ,satria tsy misy na iray aza eto an-tany kolotsaina « madio », kanefa mila fototra matanjaka sy tsara petraka izany.

  • Dépasser le complexe post-colonial
    23 août 2010 13:33, par ramanankasina (#3023)

    Hafatra,

    Miombon-kevitra aminao aho amin’ny hoe tsy tokony ho vakoka na folklore fotsiny ny kolontsaina malagasy, raha sanatria ka izany no izy dia mitovy amin’ireo pygmées natao tao anaty vala (zoo) tamin’ny exposition universelle teto Frantsa tamin’ny fiandohan’ny siekla faha-roapolo isika.

    Efa telo-polo taona no nipetrahako taty Frantsa. Na inona na inona ezaka nataoko hiaina amin’ny fomba vazaha, hatramin’izao mbola petaka ny oroko ary mbola bronzé ny fihodirako. Mirindra ny fiainako eo amin’ny mpiara-monina sy ny mpiara-miasa, saingy mbola sarotra amin-drizareo vazaha foana ny manonona ny anarako ary mora amin’ny kokoa ny manonona ny anaram-bazaha frantsay-poloney hoe « Czrdensky » ...

    Tsy hiamboko fa raha mifampitaha amin’ireo mpiara-miasa mitovy laharana amin’ny fitantanana aho dia matetika mahazo fankasitrahana na avy amin’ny olona feheziko, na avy amin’ny lehibeko ary indrindra avy amin’ireo orinasa mpanjifa. Mitovy ihany ny mari-pahaizana, ny fiofanana amin’ny fitantanana niarahana, saingy ...
    Rehefa manontany ahy ny vazaha hoe inona no mampiavaka ny fitantanako sy ny fiarahako amin’ny orinasa mpanjifa dia tsotra no avaliko azy : satria aho Malagasy, ary manampy ahy betsaka ny taiza sy ny kolontsaina malagasy lovako. Arakaraky ny anasongadinako ny toetra maha-malagasy ahy no hanajan’ny vazaha ahy.

    Mahavaha ny olana politika ve ny Fihavanana ? ENY !

    Fihavanana = fifampatokisana x fifanajana x fifandeferana

    Ny fifandeferana tsy hoe omeo famotsoran-keloka ny mpanao herisetra sy mpanagadra fahatany sy mpamono olona sy mpandroba ny harem-pirenena sy volam-bahoaka. Tsia, ny fifandeferana dia miorina amin’ny fampanjakana ny rariny sy ny hitsiny. Fisaka ny rariny ... kanefa tsy maintsy karohina fa tsy ketsaketsaina fotsiny, tsy « compromission » velively. Izay mandika lalàna dia tokony iharan’ny sazy mifandraika. Misy fetra ary misy aro-fanina ny fifandeferana : fandavana sy fandavoana ny tsy rariny.
    Ao anatin’ny fikarohana ny rariny sy ny hitsiny, ny mpiara-midinika dia miezaka ny hihaino sy hamakafaka ny hevitra aroson’ny mpandray anjara tsirairay. Tsy mitovy ny lalana nolalovana sy ny traikefa, ny marina amiko sty voatery ho marina amin’ny hafa. Miezaka mihaino amin-kitsim-po fa tsy miziriziry sahala amin’ny ampondra. Mifanakalo hevitra hahatrarana ny tanjona iraisana. Rehefa samy afa-po amin’ny famosahan-kevitra sy fifanakalozana dia mandany izay heverina fa metimety kokoa. Izay metimety kokoa mifandraika amin’ny tanjona fa tsy izay mahametimety ny rehetra. Eo no isehoan’ny tena fahendrena malagasy, mety tsy lany ny hevitrao androany, tsy maninona fa efa ren’ny rehetra ary azon’ny rehetra ny tao amponao.
    « Obtenir un accord commun est une bonne chose, mais l’essentiel est l’effort de chacun d’écouter les autres et d’essayer de comprendre leurs points de vue ». Ny fifandeferana dia natao hampirindra ary eo vao mitombina ny marimaritra iraisana : mahay mandefitra aho rehetfa tsy lany ny hevitro.
    Fifampitokisana : izay rehetra nandray anjara tamin’ny dinika dia samy miezaka hampihatra ny hevitra tapaka. Omeo hasiny ny tenanao, ny teny nekenao, ny sonia nataonao : ny olona tsy mendrika fahatokisana dia olona very hasina. Raha mpanao politika tsy misy hasiny, mamarina an-kady ny Firenena.
    Fifanajana : fanajana tena no tena marina.Asehoy fa ny fanahy no maha-olona. Hainao ny mihaino ny hafa, hainao ny manaja ny tapaka niarahana. Raha mpanao politika tsy mahay manaja tena, mialà teo fa ny Firenena no afa-baraka.

  • Dépasser le complexe post-colonial
    23 août 2010 15:52, par hafatra (#1895)

    Hoy ny mpanoratra etsy ambony :

    « complexe post-colonial : l’ex-colonisé, qui a toujours cru qu’il est inférieur, de par ses origines et sa culture : en somme, un colonisé dans l’esprit. C’est donc un sentiment d’infériorité pour celui qui a été colonisé et qui a transmis inconsciemment ses inhibitions à sa descendance. Et ce, à cause du sentiment de supériorité de celui qui a colonisé. »

    Moa ve tsy vokatry ny toe-tsaina malagasy fahiny koa ny miondrika sy mandefitra eo anatrehan’ny be sandry sy tia setrasetra ka mampita izany amin’ny taranaka amam-para ?

    Tsetsatsetsa kely :
    tena variana mahita ireo olona antsoina tsigane na ny olona mpifindra toerana sy mpitety vazamototra ireto.Efa hatramin’ny taon-jato faha-14 no nipetrahany tao Frantsa ary dia tsy manaiky resy fa manohy ny fomba fiainany sy ny kolotsainany izy ireo, na dia mana-katao sy aleham-pananana aza izy ireo dia nifidy ny fifindra-monina lalandava .

  • Dépasser le complexe post-colonial
    23 août 2010 23:42, par Albatros (#234)

    Bonsoir Sevane !!!,

    Permettez moi de vous répondre en français et de vous dire que je souhaite de tout coeur à Madagascar de voir émerger un maximum de gens qui pensent comme vous pour la survie et le développement de votre pays.

    Cordialement.

  • Dépasser le complexe post-colonial
    24 août 2010 09:18, par maminah (#2788)

    Ce texte, qui n’était donc qu’un post et nullement destiné à un édito, méritait évidemment plus d’argumentation et d’approfondissement. Et certaines notions, plus d’éclaircissements.
    Notamment, ce « fiasco » de la malgachisation sous l’ère Ratsiraka. A quoi jauge-t-on cet échec, et où a-t-elle pu faillir ? Mais également, cette notion d’émancipation. Parler de joug à propos de repères aussi sacrés pour le Malgache que la famille ou la foi aux ancêtres ou en l’église…, n’est-ce pas justement aller à contre-courant de cette identité qu’il nous faut restituer pour affirmer notre fierté et aller définitivement de l’avant ?

    Je partage néanmoins cet avis sur « l’artifice » de la malgachisation première mouture, son manque de véritable enracinement. Et pas seulement en l’absence d’une longue expérience éprouvée.

    Je ne parlerai pas de l’école, qui s’est efforcée de façon continue, quasi expérimentale, de réajuster la réforme pour pallier l’absence d’une véritable assise (un long passé d’enseignement en malgache, des outils rationnels car il a fallu réinventer tous les concepts, des manuels idoines… voire, et c’est un comble, un manque de maîtrise de la langue chez les enseignants eux-mêmes).

    Pire, il y eut beaucoup de duperies et de mystifications dans les médias, qui nous abreuvaient à longueur d’antenne d’un rata infâme de lavage de cerveau aussi idéologique que basique, arrosé inlassablement de « hira vokatry ny tany » dont on sait pertinemment l’identité yankee ( le country, qui descend lui-même du blue-grass irlandais…). Et, cerise sur le gâteau, des sempiternels tubes de Mireille Mathieu, Mike Brant ou Alain Barrière qui, curieusement, sont passés au travers des mailles du grand ménage idéologique. Comme si l’univers mental du Malgache ne devait pas dépasser cette trinité indigente. Toute une génération a été ainsi spoliée, et l’avenir confisqué…

    Pour ce qui est de cette « émancipation », un séjour aux Etats-Unis, plus encore qu’en Angleterre, m’a fait prendre conscience d’un travers qu’a transmis la culture française sur un peuple déjà porté sur l’intériorité : le doute permanent, le questionnement, le cartésianisme en somme. Les Américains sont à fond dans l’affirmation et l’action. En visitant l’exposition « A Song for the Horse Nation » au Musée national des Indiens d’Amérique, une exposition d’une grande poésie et qui donne la mesure de l’anéantissement de tout un peuple, j’ai dit au gardien du musée combien ce pan de l’Histoire était triste. Remarque qui l’a étonné, et qu’il n’a évidemment pas relevée. L’essentiel étant le présent : comment le magnifier encore et toujours. En France, le moindre gramme pris plonge dans un abîme de doutes et de privations. Aux Etats-Unis, être grosse est mal vu mais n’empêche pas d’affirmer sa féminité : elles restent persuadées de leur séduction et ne renoncent pas à la coquetterie. Et pour contrebalancer la surcharge pondérale qui gagne de plus en plus toutes les couches, ils font beaucoup de sport. On les voit courir, faire du roller ou du vélo partout : à Central park évidemment, mais aussi dans la rue, sur les parvis et multiples parcs que compte Manhattan, voire sur le pont de Brooklyn. Des pères font leur jogging tout en poussant la poussette de leur enfant sur Hudson park…

    C’est dire la prééminence de l’action dans l’optique anglo-saxonne. C’est ainsi qu’on fait des vainqueurs. Mais cela fait aussi beaucoup de déchets : ceux qui n’arrivent pas à tenir le rythme restent sur le bord du chemin. C’est un peu la jungle. Mais cela relève aussi d’un choix de société.

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 113  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360