Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 6 mai 2016
Antananarivo | 19h43
 

Politique

Le parti TIM

Dans la tourmente de la division et de l’éclatement

samedi 14 août 2010

Le parti TIM est concrètement divisé. Le membre du Bureau politique, l’ancien député TIM Raharinaivo Andrianatoandro est aujourd’hui traité de tous les noms par certains pour avoir adhéré au processus initié par l’ « Espace de concertation ». C’est la suite logique de ce premier pas fait par une partie des responsables TIM à Iavoloha voici quelques mois, déclare un cadre jeune TIM. Vyvato Rakotomaditra lui aussi est qualifié de traître. L’ancien député TIM, Rasomotra également. En tout cas, Raharinaivo Andrianatoandro a entraîné avec lui une partie non négligeable des responsables régionaux du TIM. L’avertissement de l’ancien groupe parlementaire TIM ne l’a pas fait broncher et encore moins les déclarations de Guy Rivo Andrianarisoa, porte-parole de la mouvance Marc Ravalomanana. Ni même les avertissements déguisés ou voilés du fondateur du parti TIM, Marc Ravalomanana.

Devant la débandade, le moins que Fetison Rakoto Andrianirina, chef de la délégation de la mouvance Marc Ravalomanana, puisse faire c’est d’arrondir les angles. Le TIM est un sous-ensemble de la mouvance Ravalomanana, c’est une affaire interne au TIM dit-il. Il ajoute : « Marc Ravalomanana est le chef de la mouvance, il ne peut pas se perdre dans les détails ; le plus important pour lui c’est le sort du pays et la lutte des trois mouvances. Mais la mouvance Ravalomanana n’a mandaté personne pour la représenter nulle part ».

De l’avis de Fetison Rakoto Andrianirina, les trois mouvances sont une force de frappe légitime qui est issue des urnes ; par contre Andry Rajoelina est issu de la rue. Toujours est-il qu’il admet que si jamais la communauté internationale change d’avis et reconnaît l’accord du CCI Ivato, il ne peut que se plier car, explique-t-il, l’objectif de la lutte des trois mouvances est de sortir le pays de la crise et d’extraire le peuple de la pauvreté. Dès lors qu’il y a reconnaissance internationale, les aides et financements sont débloqués et on peut penser développement et lutte contre la pauvreté.

En tout cas, une partie du TIM s’est déjà mué en MAMAFISOA, l’association politique conduite par l’ancien sénateur, aujourd’hui ambassadeur à Genève, Rajemison Rakotomaharo. Une autre partie a déjà elle aussi adhéré au parti MAMAN, dirigé par Yvette Sylla épouse de feu Jacques Sylla qui avait rejoint avec un certain nombre de parlementaire le camp Rajoelina depuis la Place du 13 mai.

2 commentaires

  • 15 août 2010 à 09:36 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    TIM,ayant comme Secrétaire Général le regretté Jacques Sylla, est un des GRANDS PARTIS POLITIQUES malgaches du XXIième siècle.

    Il ne faut pas s’étonner de la crise de croissance et de la « notoriété ».

    A.K.F.M et PiSoDia (PSD) sont passés par là.

    Bonne route au TIM,comme force politique à Madagascar.

    Cordialement,

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 15 août 2010 à 11:51 | vorondolo (#4135)

    Les dés sont jettés les gars ! même Fetison se dit prêt à se plier si la CI reconnait l’accord politique. On a quand même oublié une chose, quid du statut des anciens Présidents de la République une fois la reconciliation faite MAIS seulement après jugement et aveu public pour demander le pardon du Peuple Malagasy pour mériter de l’amnistie de leur part. Sinon l’impunité va continuer et les fanonganam-panjakana vont être plus fréquents car les malgaches ont compris qu’il ne faut plus attendre 8, 9 voire 20 ans pour déboulonner un Président à la tête d’une équipe de voleurs comme pendant ces 50 ans.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 294