::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 09h51  :  15°C  :  Très nuageux
mercredi 30 juillet 2014
 

 > Politique

Un système de partis

Changement de mentalité : un faux débat à Madagascar ?

mardi 17 juillet 2007, par Alexandre L.

Récemment, le président de la République Marc Ravalomanana, a parlé de changement de mentalité dans la manière de faire la politique à Madagascar. Bien sûr, plus d’un jugent qu’il s’agit là d’une bonne initiative qui mérite d’être poursuivie. Le premier chantier habituellement évoqué est celui de « normaliser » le système de partis pour éviter justement la multiplication à outrance de ces structures partisanes.

L’AKFM a déclaré que le moment est venu pour que le pays adopte un système de parti moderne. On a évoqué la possibilité d’adapter, pour Madagascar, le schéma classique français Gauche - Droite. Déjà, des partis comme l’USDM se déclarent d’être de Gauche dans la mesure où, pour eux, c’est le social qui doit primer. Mais cette dichotomie pose un énorme problème. En effet, si ce schéma largement théorique peut s’appliquer aisément dans la plupart des pays développés, il est douteux qu’il le sera à Madagascar.

Gauche - Droite : une notion historique

Le clivage gauche droite date historiquement de la Constituante française (1789-1791), les députés y adoptèrent une disposition spatiale en fonction de leurs affinités politiques. Bien qu’elle ne reflète en rien la complexité des options politiques possibles, l’opposition gauche - droite s’est perpétuée dans la plupart des pays.

Pour l’électeur moyen, il importe de se positionner de manière claire dans un espace politique simple : un axe gauche - droite. Toutes les tentatives de positionnement en dehors de cet espace linéaire (ni gauche, ni droite…) donnent une impression de flou qui déplait à la plupart des électeurs : les classements multicritères ont toujours posé des problèmes logiques difficiles à résoudre, même pour des scientifiques chevronnés, il est donc normal que le commun des mortels ait besoin de se raccrocher à un système simple, même insatisfaisant.

La possibilité d’une réelle alternance politique, en fonction du résultat des urnes, est une caractéristique de la démocratie. Or tout système où le gouvernement se fonde sur une majorité parlementaire a toujours tendance à provoquer une bipolarisation, majorité contre opposition. L’axe des clivages varie en fonction des problèmes de l’heure. La bipolarisation est particulièrement perceptible en cas de scrutin majoritaire (France, Grande-Bretagne…) du fait de la logique binaire que ce système induit.

Place de l’opposition

Mais à Madagascar, est-ce qu’un tel clivage a une quelconque réalité ? En effet, depuis la mise en place du multipartisme dans le pays, plus d’un ont remarqué qu’il a eu une atomisation des structures partisanes. Déjà, les vrais partis au sens juridique de ce terme se comptent par centaine sans parler des associations politiques. La question qui se pose est : sur quel critère ils se situent sur l’échiquier politique malgache. Car il ne s’agit pas seulement de dire qu’on est sensible à la question sociale donc on est de la Gauche. Il s’agit de savoir si la question sociale constitue vraiment un critère permettant de déterminer la place d’un parti dans le paysage politique. En effet, étant donné que Madagascar reste un pays pauvre, tout parti politique qui veut avoir une chance d’accéder au pouvoir doit se préoccuper, en priorité, du social. C’est pour cette raison, sans doute, qu’aucune structure politique, pour le moment, n’a déclaré qu’elle est de Droite.

Ainsi, pour mettre en place un quelconque système de partis, préalable à la réduction de leur nombre, il faut définir sur quel axe et critères il va être créé. Mais pour le moment, le clivage parti majoritaire - parti d’opposition semble le mieux adapter pour le cas malgache.

Il sera ainsi intéressant que la loi définit un statut pour chacun de ces deux éléments. Pourquoi ne pas mettre en place des platefomes dites de l’opposition regroupant tous les partis de cette tendance. Et la même chose pour ceux qui choisissent de soutenir le pouvoir ? Ce sera un beau début.

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 441  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360