Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2016
Antananarivo | 17h49
 

Portrait

Idah la bédéiste

Bercée par l’art visuel

samedi 18 juin | Randria Maeva

Aussi fraîche et dynamique, Idah s’exprime à travers ses dessins, en dessinant et en coloriant le monde à sa façon. Agée de 23 ans, c’est une bédéiste, une illustratrice, un peintre, une passionnée de la danse contemporaine, une étudiante en Lettres et Sciences Humaines…autant de spécialités à la fois que nous trouvons chez Idah, la jeune artiste. Connue sous le pseudo d’Idah, son vrai nom est Razafindrakoto Idah Holiarisoa.

L’art qui a forgé sa personnalité

Depuis sa tendre enfance, c’est à dire dès l’âge de 5 ans, elle s’amusait déjà à faire des petits croquis. Puis, elle a avancé pas à pas et a commencé à maîtriser les techniques de base du dessin et de la narration. Idah n’a pas suivi de formation particulière, c’est une autodidacte, qui a su se perfectionner à travers elle-même avec ses talents et ses choix. En 2011, Idah entre dans la cour des grands et découvre réellement son identité en tant que dessinatrice.

Les ateliers lui ont permis d’acquérir plus de connaissances sur les normes, d’être plus ouverte en travaillant en équipe. « D’une part, le monde de l’art visuel a forgé ma personnalité et d’autre part, j’ai pu me trouver dans mes œuvres et conjuguer mes inspirations avec ma vision sur le monde », déclare Idah.

Entre la réalité et le monde imaginaire

Idah dessine pour des valeurs particulières : l’environnement, la préservation de l’espace verte et l’agro-écologie. Par ailleurs, elle voudrait que la participation citoyenne soit mise en avant et priorisée. C’est pour cela qu’elle s’inspire des faits réels dans ses dessins. Cela n’empêche qu’elle mette parfois une touche de fiction.

Idah conserve un peu son côté enfantin ; elle a un goût pour les Bandes Dessinées depuis toute petite, d’ailleurs, sa source d’inspiration est Skydoll, une Bande Dessinée dans laquelle l’histoire se déroule dans un univers extérieur. Ainsi, dans ses œuvres, Idah s’inspire de ses souvenirs d’enfance. Elle se baigne dans le monde de l’imaginaire, dans lequel elle agrandi.

La littérature, l’éducation et le plurilinguisme

Etant une littéraire, elle est très stricte sur la structure des histoires dans les Bandes Dessinées, sur le respect de la rhétorique et de toutes les normes y afférents. Dans ses œuvres, chacun peut s’identifier car ce qu’elle produit concerne avant tout chaque membre de la société. « A part le côté artistique, je veux exprimer dans mes œuvres des contenus fondés et réfléchis, incitant à la réflexion et non des choses persistant à abrutir les gens. Ainsi, chacun peut s’enrichir », affirme-t-elle.

Idah Razafindrakoto poursuit actuellement ses études pluriculturelles et didactiques des langues étrangères. Elle se spécialise sur le plurilinguisme, l’enseignement, sa préférée et la société. D’ailleurs, Idah est hispaniste. Autant de richesse chez un si jeune personnage.

La promotion de l’art et de la culture à Madagascar

« A part les difficultés en ressources financières et matérielles, je trouve que l’art ainsi que la culture ne sont pas assez promus et percés en tant que tel à Madagascar. Concrètement, il y a l’insuffisance de centre culturel permettant aux artistes malgaches de cultiver leur talent et de s’épanouir, par conséquent, les jeunes sont désorientés et se perdent dans des passe-temps éphémères », avoue-t-elle. Ce n’est pas facile de s’épanouir dans une telle situation mais il y a ceux comme Idah qui ont su trouver le chemin, leur clé : le courage et la confiance en soi mais surtout la persévérance.

Récemment, la dessinatrice a présenté son exposition ou la plateforme d’échange l’Imaginarium d’Antananarivo, plus précisément du 6 au 20 mai 2016, à l’IKM Antsahavola. « L’Imaginarium » raconte la prise de conscience sur l’appartenance sociale et environnementale. C’est l’histoire d’une petite fille Aina, qui se rend compte de l’importance de l’environnement dans le monde où elle vit. Les dessins présentent les réalités malgaches, valorisent l’environnement, exceptionnellement les plantes vertes.

Idah participe également au festival Gasy Bulle, surtout dans les ateliers pour les enfants et fait partie du projet « Ho avy an-tsary » qui a été présenté à l’Institut Française de Madagascar le 15 juin 2016.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 221