Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 22 septembre 2017
Antananarivo | 05h12
 

Editorial

Bâtiment ne fait pas réalisation

jeudi 7 septembre | Sahondra Rabenarivo

Un jour, l’Office National du Tourisme organisera peut-être un circuit « présidentiel » où l’on pourra faire le tour du pays en visitant les diverses infrastructures, des plus modestes au plus grandioses, inaugurées par nos chefs d’État depuis le temps de la 1ère République. Le plus souvent, une plaque de marbre est apposée quelque part aux alentours de l’entrée de l’édifice, qu’il soit public ou privé. Les années passent et la plaque est de moins en moins aperçue, mais pour une journée, c’était une grande fanfare.

JPEG - 38.9 ko
Le Palais d’Etat d’Iavoloha se trouve à la sixième place parmi les plus beaux palais présidentiels en Afrique

Il semblerait que l’engouement du « vahoaka » lors des manifestations de ce genre (inaugurations ou autres) ait plus à voir avec la curiosité et le divertissement qu’avec l’adhésion. Après tout, imaginez la vie campagnarde, un peu monotone, où il ne se passe pas grand-chose, et débarque ce spectacle de personnalités et d’équipements. Comme pour la propagande, où s’ajoutent les goodies, c’est l’aspect carnaval de l’évènement qui attire surtout les gens.

Le problème c’est qu’après la fanfare, on n’est pas sûr que l’édifice en question va vraiment nous changer la vie. Une ou deux salles de classe nouvelles sont importantes, sans doute, mais l’enseignement qui y sera dispensé sera-t-il à la hauteur ? Certaines routes sont construites de toutes pièces sans que les anciennes soient entretenues. La bretelle de la Francophonie n’a fait que déplacer les 30 minutes d’embouteillage au cœur de 67Ha/Andohatapenaka à Ampasika si on va vers Itaosy et entre le Combava et l’Ambassade US si on va vers Ambohibao. Entretemps, la vieille route se désintègre petit à petit. Les hopitaly manara-penitra attendent toujours d’être pleinement fonctionnels (chose faite, avouons-le pour les stades Maki et Coliseum). Le Mining Business Center dégèlera-t-il tous les permis en attente de traitement (qui, je note, ont financé l’édifice à travers le paiement des frais d’administration minière) ?

JPEG - 219.6 ko
Le nouveau Mining Business Center à Ivato

Comme les lois qui sont pondues mais qui ne sont pas appliquées ou qui n’ont aucun effet, comme les manœuvres et manifestations diverses qui ne changent rien à l’insécurité, que représentent les bâtiments et infrastructures en termes de croissance économique et dans l’amélioration du cadre des investissements ? La construction en dur est facile, ce sont les politiques et réformes en profondeur qui sont difficiles. Les réalisations que l’on veut vraiment sont sur le pouvoir d’achat, sur la sécurité (physique comme des investissements), sur l’enseignement, la santé et les statistiques de tous genres sur le niveau et la qualité de vie.

L’habit ne fait pas le moine. Bâtiment ne fait pas réalisation.

20 commentaires

Vos commentaires

  • 7 septembre à 10:08 | Turping (#1235)

    A Dubai, les building poussent comme des champignons, alors que chez nous on en compte par les dix doigts des deux mains. L’inauguration manara -penitra ne profitant même pas à tout le monde.
    - La problématique résiduelle se focalise sur le non avancement collectif, la pauvreté généralisée.
    - Force est de constater que les bâtiments gigantesques, en norme bien vitrés appartiennent aux franges des minorités comme les karanas, étrangers et quelques poignées de malgaches où aux alentours les misères, les bidonvilles pullulent.
    Construire, au lieu de détruire quelque soit le niveau d’avancement devrait être aussi le reflet, l’image d’un pays en général. Donc, les infrastructures, l’état des routes, l’urbanisme, etc....sont mis en cause pour l’avancée collectives. Valeurs communes pour des intérêts communs.

    Répondre

    • 7 septembre à 10:15 | atavisme premium (#9437) répond à Turping

      Turping,
      Pourquoi tant de précautions oratoires .
      Qui président depuis plus de 15 ans aux destinées de ce pays ?
      Qui sont les vrais décideurs ?
      Tu les connais bien ,car tu fais partie du cercle de la caste dirigeante !
      Donc adresse toi directement à ces gens là ,pour qui, il était facile de critiquer l’incurie des années rouges .
      Maintenant qu’ils ont le pouvoir ,qu’en font-ils ?
      Rien ,rien de bien ,juste profiter à la mode des tropiques !!!!

    • 7 septembre à 15:08 | vatomena (#8391) répond à Turping

      ’’Sachez, que je fais partie de ceux qui éduquent ta petite race en France.«  »

      Oui ,il est loyal de rendre un peu à la France ce dont on a tant reçu de la France .sans oublier la mère patrie qui vous a donné le jour.

    • 7 septembre à 15:34 | Turping (#1235) répond à Turping

      Rectification ; Madagascar n’a jamais été une ex-colonie anglaise , désolé !

    • 7 septembre à 15:40 | Turping (#1235) répond à Turping

      Vatomena ,
      Il est loyal de rendre un peu à la France ce dont on a tant reçu !
      - C’est normal ,avec réciprocité . Dans la vie , c’est du donnant -donnant sans être de mauvaise foi !
      - Par contre ,la naissance avait eu lieu sur mon territorial royal .

    • 7 septembre à 15:50 | vatomena (#8391) répond à Turping

      ’’Mon territorial royal ’’ !? C’est quoi ça ;Où ça est ? C’est donné à tout le monde ?

    • 7 septembre à 16:14 | Turping (#1235) répond à Turping

      Vatomena ,
      - À Antananarivo, la capitale depuis l’époque royale comme similairement depuis l’ère mérovingienne en France, les rois tracèrent successivement la délimitation de leurs royaumes même sur les côtes. Êtes -Vous au courant de l’existence des 12 collines sacrées avant même la colonisation ?
      Un exemple parmi d’autres ?pourtant votre pseudo laisse présager aux lecteurs sur votre origine malgache ?est-il le cas ?j’en doute !

    • 7 septembre à 19:38 | vatomena (#8391) répond à Turping

      ’Bonsoir Turpin ’
      Il se fait que je n’ai jamais confondu le royaume Merina avec toute l’étendue de Madagascar . Ce royaume vous le datez à la prise d’Analamanga ou bien avant .Randriamanelo avait autorité sur bien peu de terres et pour épouses il n’avait pas 12 femmes venant des 12 collines sacrées .

    • 9 septembre à 01:51 | Turping (#1235) répond à Turping

      Vatomena bonsoir,
      Bien après Andriamanelo, plutôt au temps D’Andriamasinavalona (1675-1710) au règne de Ranavalona Iii (la dernière reine qui fut destituée lors de la mise sous protectorat en 1896).
      Les douze collines sacrées furent :
      - Analamanga (Antananarivo).
      - Ambohidrabiby.
      - Alasora
      - imerimanjaka.
      - Antongona.
      - Antsahadinta.
      - Ambohimanga.
      - Ilafy.
      - Namehana
      - Ambohidratrimo.
      - Ambohijoky
      - Ikaloy.

    • 9 septembre à 08:10 | vatomena (#8391) répond à Turping

      ’Bonjour Turpin

      Le royaume du Menabe fut longtemps concurrent du royaume merina ,n’est ce pas.Quel est aujourdhui le poids de la descendance royale ? Elle fait peu de bruit

  • 7 septembre à 10:12 | dafily (#9983)

    Peta-toko... De la poudre aux yeux, de l’inutile pour faire comme si, du clinquant qui veut se prendre pour du durable..

    Le réseau routier hérité du temps bénie des colonies (dixit Sardou), on est même pas fichu aujourd’hui de l’entretenir, alors que c’est la principale voie de communication dans notre pays : on pose les roues de la charrue, on sait pas sur quelle route on va l’y mettre, et on en est encore à chercher les boeufs. Au pays on dit « mbola ao an-kibon’ny omby ».

    Répondre

  • 7 septembre à 10:40 | Mihaino (#1437)

    « Quand le bâtiment va, l’économie va » dit-on et inutile de rappeler les effets entraînés par les constructions ailleurs mais pas dans notre Pays .
    Je rejoins entièrement les analyses de Sahondra Rabenarivo et les remarques & observations de Turping , Atavisme et Dafily ci-dessus .
    Il est évident que tous ces bâtiments construits ici ou là , petits ou immenses , inaugurés avec une grande pompe car les élections de 2018 approchent ne représentent qu’une infime partie de tous les grands projets , dignes de ce nom !? Le vrai Peuple tirera-t-il vraiment profit de ces réalisations ?? Les routes délabrées , les écoles vétustes , les hôpitaux sont-ils rénovés depuis la 1ère République ??Qui sont ces grandes sociétés ou multinationales qui ont obtenu le marché ?? Qui sont les profiteurs locaux qui financent certains projets ?? Nos entrepreneurs nationaux n’obtiennent que des miettes de ces fonds que notre future génération devrait rembourser plus tard !Tous nos dirigeants successifs ont réclamé leur part , leur commission d’une manière visible et invisible etc, etc...Arema , Tim , Mapar , HVM actuel ne sont pas du tout pauvres comme les 90% de nos compatriotes .

    Répondre

  • 7 septembre à 11:56 | kartell (#8302)

    Bonjour,

    Un de mes amis s’est toujours beaucoup amusé à voir ces énormes affiches publicitaires décrivant cette société de jeunes cadres ou de privilégiés en train de faire la fête ou de vivre dans une société dont seuls, les publicitaires en ont une pareille vision, décalée et factice, au possible !….
    Aujourd’hui, le pouvoir tente par ces réalisations, prétentieuses, inaugurées en grande pompe, le plus souvent financées par des lobbys, de faire croire à son dynamisme économique et à sa volonté de sortir le pays d’une ornière profonde et durable !….
    Lorsqu’on sait que l’essentiel manque au pays, on a du mal à croire que de telles fanfaronnades officielles puissent mettre un terme à cette spirale de fuite en avant, devenue obsessionnelle !…
    Le pouvoir a toujours privilégié le paraître, le bling-bling, le tape à l’oeil parce qu’il est incapable de répondre aux demandes du plus grand nombre mais se plie, en quatre, aux désideratas du monde feutré de la finance et des affaires lorsqu’ils veulent bien s’intéresser à l’île !….
    La corruption d’hier appelle celle d’aujourd’hui et la perspective, que le pouvoir puisse s’en repaître demain, encourage de telles initiatives qui ne lui coute pas un kopeck mais va lui rapporter gros, bientôt !….
    Cette politique suicidaire, qui laisse les plus influents avoir les mains libres, pose questions sur notre société de demain qui risque de se ghettoïser encore davantage…
    Nous assistons à un tournant de notre histoire où, définitivement, le pouvoir, quel qu’il soit, a choisi son camp, celui qui permettra aux castes dirigeantes d’envisager un avenir radieux tandis qu’il enfonce, un peu plus, le plus grand nombre, dans un état de dépendance et de misère qui deviendront ingérables !….
    Le changement dans la continuité est notre avenir !….

    Répondre

    • 7 septembre à 20:25 | spliff (#5871) répond à kartell

      @kartell

      On peut voir en ce que vous décrivez une simple continuation de la logique libérale débridée qui s’emploie à « investir » la planète entière au détriment des groupes humains et au profit des quelques cercles qui « participent » à la structuration et la pérénisation de cette logique.
      « Réussir » de nos jours consiste à être assez malin pour intégrer ces cercles.
      Peu importe l’endroit de la planète, cela est partout pareil.
      Dans les pays comme Madagascar qui n’ont pas su construire - sur le temps long - un modèle de Société fonctionnel adossé à des mécanismes centrés sur la solidarité, les bras armés du libéralisme extrême y installent leurs tropismes multiples comme dans du beurre de telle sorte que lorsque l’on sait ces tropismes bel et bien existants dans les sociétés occidentales, on en fait que constater chez nous la « magnification » de leur présence (et de leurs effets dans le temps court et long) par des facteurs qui les rendent criards voire très grossiers. « L’amusement » de votre ami peut être vu comme un simple constat de cela...
      La corruption, qui est consubstantielle à ce libéralisme extrême, en prend alors les proportions que le terrain « facile », « mou » (donc conquis) l’autorise à prendre chez nous, la baisse de niveau des masses pour les empêcher de comprendre ce qu’il leur « arrive » et de réagir intelligemment est également une affaire qui roule facilement chez nous (le manque de moyens a tjs bon dos), la distraction par des artifices brillants de tous leurs feux et ponctuellements « séduisants » en contraste avec le quotidien réel des citoyens ordinaires est bien illustrée par l’article, c’est à dire tout dans le paraitre, l’artifice, rien en substance pour servir l’intérêt général... Ceux qui sont attentifs ce qui se passe aujourd’hui en Occident ne verront à Madagascar qu’un goût de déjà-vu magnifié chez nous au stade de la grossièreté... La comparaison est extrême, mais la logique est bien là...

    • 7 septembre à 20:39 | spliff (#5871) répond à kartell

      NB :
      J’entends que la corruption est constitutive de l’essence du libéralisme extrême en ce sens qu’elle n’est que traduction littérale de ce que tout s’achète, même « l’inachetable ».
      S.

    • 7 septembre à 23:22 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ spliff

      Il est certain que la mondialisation ne revêt pas le même aspect, ni les effets identiques d’un continent à l’autre…
      Les états précurseurs en limitent certaines conséquences dévastatrices tandis que les pays faibles en subissent tous les effets collatéraux sans grande compensation …
      Et prendre le train du libéralisme en marche pour un état faible est une circonstance aggravante en laissant son économie, déjà moribonde, sans aucune protection voir en l’exposant aux pires facettes de ce commerce planétaire ….
      Aujourd’hui, à voir ces cubes en verres fumés, modèle USA des années 1980 devenir un événement capital tandis qu’à quelques encablures de là, les taudis fleurissent d’une exode rurale incontrôlable, prête à s’interroger sur la priorité de l’urgence et de celui d’un pouvoir, champion de « l’inaugurationnisme » aigu !…
      Cette obsession de l’urgence, démontre combien les notions du développement par le pouvoir sont incohérentes sauf si elles sont réservées à la caste dominante !….
      La corruption est en terrain conquis, elle fleurit dans un terreau où toute autre forme de développement est anémiée parce qu’il n’y a pas de place pour que les deux puissent, tant bien que mal, cohabiter !...
      Le libéralisme n’a été qu’un facteur supplémentaire de son expansion car elle était déjà fortement enracinée à l’époque de la royauté entrainant sa chute à la suite sa défaite cuisante face au corps expéditionnaire ….
      L’écueil majeur est que nous avons toujours privilégié l’intérêt personnel, de clan, de caste à celui, normalement prioritaire de la nation en laissant la besogne aux aides internationales qui se sont vues subir la double-peine : aider l’état en nourrissant indirectement la corruption !….
      Cet épisode n’est qu’un palier supplémentaire à un démembrement programmé de l’état-nation en livrant, aux futurs intérêts miniers, un sous-sol, héritage galvaudé à nos ancêtres, par des élus de la nation qui se conduisent en usurpateurs !...

    • 8 septembre à 00:27 | spliff (#5871) répond à kartell

      « (...) Cet épisode n’est qu’un palier supplémentaire à un démembrement programmé de l’état-nation en livrant, aux futurs intérêts miniers, un sous-sol, héritage galvaudé à nos ancêtres, par des élus de la nation qui se conduisent en usurpateurs !...(...) »

      Exactement Kartell. Illustration typique de la poudre aux yeux qui masque la lame de fond...

  • 7 septembre à 19:00 | Isandra (#7070)

    Faute grave !

    Madame Sahondra a fait exprès de ne pas citer l’hotel de ville de Tana qui devient un lieu de fond de photo des plusieurs gens et touristes que ce soit etrangers ou nationaux,...devant lesquels plusieurs photograhes(pro ???) trouvent leur comptes,...

    Répondre

  • 7 septembre à 19:23 | ratiarivelo (#131)

    Salama hianao Rtoa-Be Isandra...ka nanao ahoana ny fakan-drivotra e !!! mba AMPITAMPITAO @ny Mpiray tanindrazana moa ny maresaka e ! Misaotra samy tsara o !

    Répondre

  • 10 septembre à 22:36 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    Là où l’auteure montre la lune, nous ne voyons que son doigt.
    Ces derniers temps elle pose dans son éditorial les bonnes questions qui interpellent et qui demandent des réponses pour le pays et sa population : Dommage mais au lieu d’y répondre positivement nous continuons à se servir sur ses écrits au lieu d’y apporter une vision conséquente.

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 141