Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 11 décembre 2016
Antananarivo | 01h41
 

Politique

Sénat

Aucune opposition officielle jusqu’ici

jeudi 25 février | Mirana Rabakoniaina

La place du 7ème vice-président du Sénat comme celle de l’Assemblée nationale reste vacante car jusqu’ici, il n’y a pas d’opposants officiels tels prévus par la loi à Madagascar. Le ministère de l’Intérieur chargé de déclarer qui est l’opposition officielle ne s’est pas encore prononcée sur le sujet pour la bonne raison qu’aucune formation politique ne s’est pas encore déclarée comme telle. Si l’opposition doit être représentée dans les institutions disposant des élus, cela devrait être soit le MAPAR d’Andry Rajoelina soit le TIM de Ravalomanana. D’ailleurs les membres de ces deux groupes ne cessent de critiquer le régime. Mais aussi bizarre que cela puisse être, aucune ne veut passer dans le camp de l’opposition d’une manière officielle. Ravalomanana vient d’ailleurs de déclarer que sa formation politique veut bien intégrer le nouveau gouvernement en cas de remaniement. La politique a ses raisons que la raison ne connaît pas, c’est sûrement la réponse.

21 commentaires

Vos commentaires

  • 25 février à 09:54 | Vohitra (#7654)

    La politique à Madagascar se limite uniquement soit à une entente cordiale soit à une mésentente prononcée entre personnalités dirigeantes de partis politiques, et de tout temps, les partis pourvus de structure qui arrivent à couvrir l’étendue du pays sont ceux qui ont reçu de manières occultes des subsidiarités ou subventions provenant de l’Etat ; ainsi, rien ne presse et rien ne sert de se positionner ouvertement en attendant l’opportunité de se placer au sein d’une Institution afin de pouvoir drainer les ressources étatiques au profit des crocodiles encore en état d’hibernation au sein des partis

  • 25 février à 10:08 | Eloim (#8244)

    Est ce que les politiques malgaches comprennent l’importance de l’opposition ou contre-pouvoir du régime en place ?
    Tout le monde de la politique pense que faire de la politique c’est de s’enrichir très vite. Donc, tout doit être orienté dans ce sens : le conflit d’intérêt. Une des raisons pour laquelle caractérise l’absence de l’opposition ; une opposition qui est synonyme d’opportunité perdue. C’est de l’anti-civisme en un mot, dit-on !
    L’absence de l’opposition dans un pays montre la fragilité de la démocratie « jeune pousse » de ce pays. Pour ne pas vexer nos politiciens, je parle de démocratie « jeune pousse » pour manifester qu’on est en phase d’initiation alors qu’en réalité ce terme démocratie est méconnue par la majorité du peuple malgache. C’est pourquoi, on se laisse aller avec ce régime qui a perdu tout repère, sans balise, sans contre-pouvoir. D’où, l’anarchie et la gabegie grandissante loin de tout dénonciateur.

    • 25 février à 10:28 | Tsisdinika (#3548) répond à Eloim

      On n’est pas en phase d’initiation mais d’extiction.

    • 25 février à 10:28 | Tsisdinika (#3548) répond à Tsisdinika

      Même le « n » d’extinction fout le camp.

    • 25 février à 10:50 | Eloim (#8244) répond à Tsisdinika

      Cher ami,
      J’utilise l’’initiation« pour nos hypocrites politiciens, éhontés. Mais j’insiste, la démocratie est méconnue par le malgache. Pourquoi ne pas réveiller l’esprit du fokonolona, du »tsy misara-mianakavy« , ... l’esprit qui animait la société malagasy à une certaine époque. Lorsqu’on fait l’analyse du concept de ce fokonolona basé sur les consensus, les »teny ieràna ou ifampieràna (du temps du Col Ratsimandrava), ça va plus loin que le concept de la démocratie plus formaliste et plus complexe.

    • 25 février à 12:22 | Isambilo (#4541) répond à Eloim

      A chaque époque ses institutions. Les fokonolona fonctionnaient quand existaient encore les foko. Le foko étant l’ensemble des individus se réclamant d’un même ancêtre (par le jeu des alliances et des adoptions sans considération du pseudo-caste d’origine) et d’un même lieu.
      Et le « teny ieràna ou fampieràna » se faisait entre personnes pouvant s’entendre. Les opposants déménagent ou sont marginalisés. N’embellissons pas trop le passé. Ratsimandrava avait beaucoup d’hésitations selon Roy (qui a beaucoup travaillé avec lui) sur le contenu du fokonolona qu’il imaginait. Ce qui était tout à son honneur.

    • 25 février à 14:05 | Eloim (#8244) répond à Isambilo

      Isambilo,
      Je ne suis pas un passéiste ni nostalgique des merveilles d’antan. Je veux tout simplement dire qu’on exploite si possible l’esprit du concept de ce fokonolona, malgré que le foko et assimilés disparaissent dans notre structure sociétale actuelle. En un mot, une inspiration afin qu’on puisse édifier un nouveau schéma typiquement malgache.
      Beaucoup de chercheurs travaillent sur la-dessus actuellement.
      Voyez, quand est-ce que vous entendez parler de la démocratie pour la première fois ? Depuis qu’on s’est engagé avec les gros monnayeurs de ce monde, le FMI et la Banque Mondiale, plus généralement nos PTF. La démocratie est devenue une des conditions siné qua non de ces bailleurs, dont ils dictent le concept de base et c’est à nous de nous adapter selon notre culture, notre esprit et tout ce qui est connexe à telle nouvelle inspiration.

    • 25 février à 14:42 | Tsisdinika (#3548) répond à Eloim

      Je vous rejoins dans votre idée d’un système politique et social qui serait davantage à l’image de l’esprit de notre nation au lieu du copier-coller bête qu’on nous a habitué depuis notre pseudo-indépendance.

      Prenons par exemple la Constitution. La Constitution des États-Unis est une des plus stables parce qu’elle a été établie sur la base d’idées précises du projet d’état-nation qu’ils rêvaient de mettre en place dans un contexte précis de leur histoire. Pourtant, même cette Constitution commence actuellement à ne plus être adaptée à ce que sont devenus les États-Unis en raison de changements majeurs de paradigmes dans la moralité et la religion. John Adams avait prévenu en 1798 : « We have no government armed with power capable of contending with human passions unbridled by morality and religion . . . Our Constitution was made only for a moral and religious people. It is wholly inadequate to the government of any other. »

      Le peuple Malagasy est-il un peuple de quoi ? Si on a la réponse à cette question, on pourra peut-être avoir une système politique adapté et peut-être davantange respecté ?

    • 25 février à 19:15 | rakotoson (#8023) répond à Eloim

      ### SENAT ; AUCUNE OPPOSITION OFFICIELLE JUSQU ICI ###

      Ceci est à l’ image même de ce qu’ on entend aujourd’ hui par Babakoto Land . Qui a décrété - au moment de l’ élaboration de la Constitution de la IV ème République source de nos problèmes actuels - que l’ Opposition ne peut pas siéger , au Sénat , sans un accord officiel préalable du ministère de l’ Intérieur ; et , partant , de son émanation directe le PRM et son parti HVM ??? !! Assurément , cette décision porte les griffes du HVM.

      D’ aucuns savent , que dans tous les pays démocratiques du monde , ce genre de diktat n’ a pas droit de cité .Que ce soit à l’ assemblée nationale ou au Sénat . Normal si on parle , ici , de Démocratie .Pas , comme chez nous , où la Démocratie ne sert qu’ à habiller les kabary des politiciens .Des kabary enrobés de promesses d’ ivrogne sans queue ni tête . Des promesses sans lendemain.

      La meilleure , c’ est que même Marc Ravalomanana hésite aujourd’ hui de s’ afficher officiellement comme opposant . Sait - il que - partout dans le monde - quand un parti et un homme politique perd une élection présidentielle , ils sont d’ office dans l’ opposition ? Les radios et les TV du monde entier font état à longueur d’ antenne . Il est très fort ce Hery Vaovao - peut on encore aussi de parler aujourd’hui de la sorte - pour empêcher ses adversaires politiques de porter officiellement leur casquette d’ opposant. Au lieu de cela le problème de Ravalomanana c’ est d’ entrer au gouvernement « si c’ est pour le bien du pays » ! Mais , croit - il qu’ avec un pelé et trois tondus TIM changeront grand chose dans le mode de gouverner le pays par le HVM ?

      Le pire aussi c’ est que les journalistes - toutes tendances confondues - ne comprennent pas les tenants et aboutissants sz l’ absence de l’ opposition au Sénat . Pas étonnant que les lois de Finance au Babakoto Land sont votées à 97, 25 % . Et les journalistes de renchérir « un vote ...sans amendement » Allons , en notre âme et conscience , accepterons - nous longtemps ces soi - disants élus du peuple ? !

  • 25 février à 10:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Quels textes de lois instaurent et défendent ce statut de l’opposition ?
    La CONSTITUTION.
    Est-ce que le régime actuel respecte de A à Z les articles de la constitution ?
    La réponse est évidemment NON si on ne se réfère qu’à l’article 54 (dans le cadre de la désignation du PM et de la formation du gouvernement) et à l’article 72 sur le mandat impératif des élus : Peut-elle y avoir une opposition sans respect de la majorité parlementaire et du mandat impératif (voire dans une gouvernance à géométrie variable) ? Trouvez-vous normale qu’une personne ne disposant même pas d’un seul élu à l’AN soit nommé PM ou ministres ?
    La possibilité d’alternance dans le cadre des programmes de gouvernement n’est plus respectée donc la raison d’être même de l’opposition par rapport à un programme/à la manière de gouverner se trouve sans fondement logique et juridique.
    Il ne faut pas oublier que la CONSTITUTION forme un TOUT et tant que des articles liés ou interdépendants ne sont pas respectés dans sa lettre et son esprit, tout va de travers évidemment et c’est notre cas actuellement.
    KANEFA TSY TERENA HO MASAKA TAHAKA NY VOALOBOKA EO AMPELATANAN’NY ANKIZY NY RAHARAHAMPIRENENA.

    • 25 février à 10:45 | Tsisdinika (#3548) répond à plus qu'hier et moins que demain

      La constitution ne se respecte pas elle-même, comment voulez-vous qu’on la respecte ? C’est un constume taillé aux mensurations exactes d’une certaine personne passée de « sans qualité » à « disqualifiée ». Comme c’est une doublure ambitieuse qui a finit par l’enfiler, les retouches et les reajustements (avec des épingles à nourrice !!) étaient prévisibles.

      Le jour où la Constitution sera taillée aux mensurations du peuple de Madagascar, on aura beaucoup progressé.

    • 25 février à 11:22 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Tsisdinika

      « La constitution ne se respecte pas elle-même » C’est une affirmation de Tsisdinika à déposer à l’OMAPI.
      Donne-moi des exemples concrets confirmant votre affirmation ou son contraire ?

    • 25 février à 11:34 | Isandra (#7070) répond à Tsisdinika

      Vous avez tout à fait raison, seul un démocrate comme Rajoelina qui trouve cette constitution à sa taille, pourra la respecter, du fait qu’elle se base sur le principe de la répartition, et la déconcentration des pouvoirs,...Elle ne conviendra jamais aux dictateurs comme Ra8, Ratsiraka encore moins les apprentis dictateur comme Hery,...

    • 25 février à 12:07 | Tsisdinika (#3548) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Je ne vous donne rien du tout avant de déposer le brevet à l’OMAPI avec les tenants et les aboutissants de l’invention. Faut être un peu logique avec soi-même.

    • 25 février à 15:36 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Tsisdinika

      Dans le cadre de nos échanges sur ce forum de mt.com, je me permets d’attirer votre attention ainsi que celles des autres sur la supériorité de notre constitution actuelle par rapport à ses aînées.
      Pour ce faire, je vais prendre l’exemple de 2 maisons :

      Maison 1 : Une maison traditionnelle constituée d’une salle servant à la fois de cuisine, salon, de chambre à coucher et juste les toilettes qui sont à côté. Cette maison est éclairée par une seule ampoule et ne dispose pas de prise.

      Maison 2 : Une maison HLM constituée de plusieurs salles servant de salon, de chambre à coucher , de salle à manger et de toilette et équipée de plusieurs prise électrique pour la machine à laver, le chauffe-eau, la TV, etc..

      Pour la 1ère maison un seul disjoncteur comme coupe-courant suffit largement et les gens vivaient heureux et se contente juste de la radio avec pile wonder pour s’informer.

      Pour la deuxième maison, la mise en place de plusieurs fusibles s’impose afin d’éviter de faire tomber toute la maison dans l’obscurité totale en cas de court-circuit dans l’une de ses salles électrifiées seulement. Sur équipée les habitants de cette maison sont très exigeants et se chamaillent facilement concernant leur approvisionnement en électricité car ils sont trop dépendants de cette dernière dans tous les domaines de leurs vies : C’est pareil au slogan PAS UN PAS BATA concernant l’utilisation de l’électricité dans cette habitation donc ils ne sont pas heureux du tout en cas de coupure de courant.

      Fort de son expérience de DJ professionnel, le PHAT a fait appel à des électriciens (des constitutionnalistes chevronnés) pour équiper dans les normes requises cette maison afin d’éviter le mécontentement généralisé comme auparavant.
      Ces derniers ont équipés la maison de 2 compteurs (force et éclairage) disposant son propre disjoncteur et plusieurs fusibles propre à chaque dérivation voire chaque prise de courant.
      Seul ombre au tableau à l’heure actuelle, c’est celui de la JIRAMA qui n’arrive pas à satisfaire les besoins de ses clientèles.

      En s’inspirant des exemples ci-dessus, on peut facilement comprendre la supériorité de notre constitution actuelle qui sépare la fonction de PRM (courant éclairage/souveraineté nationale) et celui du gouvernement (courant force/administration interne du pays) pour la bonne gouvernance et l’état de droit avec les fusibles qui sont l’AN, le Sénat, la HCC et la HCJ et d’autres qui peuvent être mise en place en cas de nécessité.
      Le PRM peut s’installer dans son salon pour recevoir les visiteurs sans aucun risque de tomber dans le noir et de recourir à la bougie en cas de cour-cuit éventuel dans la cuisine donc il peut aisément terminer son mandat même en cas de mécontentement de la population. Et cette dernière ne doit plus exprimer ses mécontentements dans la rue voire par la grève ou la ville morte car il y a le disjoncteur du courant FORCE (AN-SENAT-HCC et HCJ) qu’elle peut actionner en cas de besoin d’où une certaine stabilité politique pour tous (POPULATION/CI/OPERATEURS ECONOMIQUES).
      Je sais que tout n’est pas parfait mais c’est tout de même un grand pas en avant dans la bonne direction pour ceux qui comprennent et qui aiment notre pays.
      En résumé la constitution actuelle adopte la séparation du pouvoir du PRM (souveraineté nationale) et celui du PM et du gouvernement (Administration locale). Donc en cas de problème dans la gouvernance locale, seul le PM et son gouvernement qui sont mis à l’épreuve de la motion de censure ou du vote de confiance et le PRM peut terminer son mandat à la tête du pays (il n’y aura plus de vide constitutionnel ou de vacance de pouvoir nécessitant une transition) s’il comprend la subtilité constitutionnelle qui lui demande d’abandonner sa fonction de chef de parti pour se mettre au-dessus de tout et de tous.

    • 25 février à 17:02 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      lire ....se contentaient.....

    • 25 février à 17:08 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Le courant et le pouvoir sont presque pareils car ils ne se voient qu’à travers leurs manifestations entre autres la lumière et l’électrocution pour le premier et le garde à vous des forces de l’ordre et le gyrophare pour le second.

  • 25 février à 11:14 | Isandra (#7070)

    En attendant,...le TIM de Ra8 étant dans la recherche de la formule magique pour arriver le plus vite possible au pouvoir, fait le grand écart,..change de position tous les jours, et cela dépend des intérêts de son Président :

    Tantôt, prêt à basculer dans la position : http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2016/02/22/opposition-officielle-le-parti-de-ravalo-pret-a-sauter-le-pas/

    Tantôt, prêt à participer dans dans le nouveau gourvernement, http://www.madagascar-tribune.com/Le-clan-Marc-Ravalomanana-est-ret,21874.html

    Et pendant ce temps, les assainissement et les nettoyages d’Antananarivo avance à l’allure de mille patte,...

  • 25 février à 11:31 | Vohitra (#7654)

    Rien que le fait de donner attribution au Ministère de l’intérieur de désigner et déclarer qui est l’opposition officielle à Madagascar est déjà ridicule et stupide : c’est la ligne politique d’un parti et le pouvoir des urnes qui doivent désigner ça, le ministre nommé fera tout pour désigner un parti malléable à souhait truffé de nombreux transfuges capables de changer de camp à coup de mallettes ou de pression ou de menaces de poursuites judiciaires.
    Tant que la justice et le système judiciaire à Madagascar restent des outils à la disposition d’un régime politique, on ne pourra jamais s’attendre à une vraie expression de la démocratie et une saine pratique politique, la dualité et l’équilibre pouvoir/opposition ne serait qu’un mascarade et un espace de jeu destiné à montrer et démontrer les capacité de nuisance et de prédation des partis politiques

    • 25 février à 12:27 | Isambilo (#4541) répond à Vohitra

      Tout à fait d’accord. Mais c’est aussi significatif de l’absence d’opportunisme de beaucoup. Je ne réside pas à Dago actuellement, sinon je me serais présenté en tant qu’opposant. Juste pour avoir un poste de sénateur et la paie qui va avec. Je serais aussi inutile que les autres...mais payé.

    • 25 février à 13:17 | Vohitra (#7654) répond à Isambilo

      Mais avant, vous devriez d’abord créer votre parti politique et recruter quelques tontakely et autres jiolahimboto pour siéger au sein de votre bureau politique et qui seraient votre relais capable de haranguer la foule et chauffer à blanc la plèbe, et vous devriez aussi apprendre à faire des récitations sur l’unité nationale, l’équilibre ethnique, et la lutte contre la pauvreté, et vous devriez aussi être capable de danser et trémousser votre derrière en public, et le tour est joué...

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 103