Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 4 décembre 2016
Antananarivo | 08h03
 

Coopération régionale

« Économie Bleue »

Au centre de grandes réunions

mardi 3 mars 2015
JPEG - 73.8 ko
Felix Kosgey, secrétaire du Cabinet de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, du Kenya, s’adresse officiellement aux participants lors du lancement de la « FishTrade pour un programme Better Future ».

Madagascar héberge depuis le 2 mars 2015 au Carlton Anosy (Antananarivo) un atelier international des pays de la sous-région Afrique de l’Est et sud-ouest de l’océan indien. Il s’agit de la 19è session de l’Inter-gouvernementale sur la sécurité et l’économie bleue. Plusieurs experts dans plusieurs domaines se penchent sur la sécurité alimentaire et sur la sécurité en mer dans l’objectif de faire des ressources que procurent les mers, une solide assurance pour l’alimentation mais aussi pour que ces ressources puissent apporter commercialement des bénéfices aux pays et aux populations riveraines. La ministre malgache des Affaires étrangères, Béatrice Atallah, fait constater le potentiel énorme des ressources marines de Madagascar, comme la pêche qui contribue à une meilleure nutrition et de meilleurs revenus. Elle se réjouit de l’opportunité de cette réunion et se félicite que Madagascar ait été choisi pour abriter le Centre de fusion et surveillance maritime contre la piraterie.

À propos de ce Centre de fusion installé à Antsiranana, on notera que beaucoup d’interrogations demeurent sans réponse vu le secret dont il est couvert par les autorités. Les récentes révélations d’exploitation illicite d’hippocampes et le déplacement du foyer de pirates vers l’Afrique de l’Ouest sous-tendent des questionnements qui méritent des éclaircissements et explications sur les stratégies qui sont développées dans la sous-région.

Il faut aussi avouer qu’une révision en profondeur des accords et conventions de pêche avec l’Union européenne est indispensable, notamment dans le cas de Madagascar où de plus en plus de leaders d’opinion et chefs politiques dénoncent un marché déséquilibré dont le pays est victime depuis plusieurs années.

Pendant ce temps se tient à Naïrobi au Kenya, une autre réunion au cours de laquelle a été lancé le projet intitulé « Le Commerce de la pêche pour un meilleur avenir (Fish Trade for a Better Future) ».

« Le continent produit 9,9 millions de tonnes de poissons par an, mais sa part ne représente que 4,9 % du commerce mondial de cette denrée précieuse », déclare Felix Kosgey, secrétaire du Cabinet de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche du Kenya, lors du lancement du projet. 12,3 millions d’individus sont directement employés dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture dans la sous-région.

Le commerce de la pêche dans la sous-région est limité en raison d’un marché et d’une infrastructure commerciale inadaptés ainsi que d’une mauvaise mise en œuvre des politiques. Des frais de transports élevés, des règles commerciales complexes et non alignées ainsi qu’un manque d’informations sur le marché empêchent également l’Afrique d’optimiser les bénéfices sociaux et économiques disponibles.

« Fish Trade for a Better Future » est un projet financé par la Commission européenne, mis en place par WorldFish, le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et le Bureau interafricain des ressources animales de l’Union africaine (UA-BIRA). Il permettra de renforcer les chaînes de valeur et, en se concentrant sur la durabilité, de donner un meilleur accès aux marchés intra-régionaux et par conséquent d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et les revenus en Afrique subsaharienne.

Le programme Fish Trade

Le programme Fish Trade travaillera selon quatre « axes » pour générer des informations sur la structure, les produits et la valeur du commerce intra-régional de la pêche et sa contribution à la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne. Il préparera des recommandations concernant les politiques, les lignes directrices de certification de la pêche et les normes de qualité et de sécurité, ainsi que la réglementation. Dans un deuxième temps, Fish Trade se concentrera sur le renforcement des capacités commerciales des associations du secteur privé, notamment celles des femmes chargées de la préparation et du commerce des poissons et celles de tous les producteurs aquacoles, afin de leur permettre de mieux exploiter les opportunités commerciales grâce à des petites et moyennes entreprises compétitives.

Enfin, « Fish Trade for a Better Future » soutiendra l’adoption et la mise en œuvre de politiques, procédures de certification de la pêche, normes et réglementations adaptées par les principaux acteurs du commerce intra-régional.

Grâce à ce programme, les gouvernements bénéficieront des capacités nécessaires pour mettre en œuvre le « Cadre politique et la stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture en Afrique » de l’Union africaine. Ce programme a également été élaboré afin de soutenir le travail des gouvernements dans le cadre de la mise en œuvre de la « Déclaration de Malabo sur une croissance accélérée de l’agriculture et une transformation pour une prospérité partagée et des moyens d’existence améliorés ».

Recueilli par Valis

8 commentaires

Vos commentaires

  • 3 mars 2015 à 11:01 | Paulo Il leone (#6618)

    Un monument de charabia qui vaut son pesant de cacahuètes !

    (respirez à fond avant de commencer :)

    "... mettre en œuvre le « Cadre politique et la stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture en Afrique » de l’Union africaine. Ce programme a également été élaboré afin de soutenir le travail des gouvernements dans le cadre de la mise en œuvre de la « Déclaration de Malabo sur une croissance accélérée de l’agriculture et une transformation pour une prospérité partagée et des moyens d’existence améliorés. »

    (reprenez votre respiration)

    Un slogan bien ronflant et vide de sens comme les aiment les Malgaches !

  • 3 mars 2015 à 11:10 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - « Madagascar »GRENIER DE l’OCEAN INDIEN et de L’AFRIQUE" !
    Occupons-nous ==d’abord==de « NOS POPULATIONS ».Point barre !

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 3 mars 2015 à 11:19 | Paulo Il leone (#6618) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Quand tu écris « occupons-NOUS de nos populations ... », c’est qui « nous », basile ?

      C’est toi et ton pote saint-jo qui a recueilli un tas de sinistrés chez lui ?

      ...ou bien les vazahas qui sont les seuls à faire quelque chose à Madagascar pour soulager la misère des pauvres ?

      un sacré rigolo le basile .... continue de plastronner du haut de ton HLM !

    • 3 mars 2015 à 12:56 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Paulo Il leone

      - "Les vazahas à Madagascazr ???
      Quel genre de « VAZAHA » ?
      En majorité,ils sont à Madagascar parce qu’ils ne se sentent plus chez eux,en France.Madagascar,un Pays DOUX et AGREABLE A VIVRE,avec un peu de moins moyen..N’est-ce-pas ?
      Et d’autres qui n’ont jamais vu..CETTE BELLE FRANCE !

      Cordialement,

      Le PADESM et ses héritiers

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 3 mars 2015 à 12:59 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      lire :
      - de moins de moyens qu’en France.
      Les places sont prises par des étrangers fortunés ou infortunes (-les clandestins de la Planète-pour aller en Angleterre-))

    • 3 mars 2015 à 13:22 | Paulo Il leone (#6618) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      « un Pays DOUX et AGREABLE A VIVRE » , surtout du côté de Mananara nord et Nosy be : "Tonga soa ! Lynchage et barbeque à toute heure ! réservez dès aujour’dhui !

  • 3 mars 2015 à 11:13 | Isambilo (#4541)

    Ateliers, conférences, réunions internationale ou régionales. Tout ceci c’est du bidon qui ne rapporte qu’aux organisateurs d’évènements.
    Mes félicitations aux commerciaux du Carlton qui ont gagné le marché.
    PS : le Centre de Fusion de Diego est très efficace parce qu’il a pratiquement mis fin à la piraterie maritime. Je pense que quelques éliminations physiques ont aussi eu lieu chez les pêcheurs somaliens.
    Mais aussi, c’est parce que le fond marin de la Somalie a été totalement dévasté que ces pêcheurs ce sont rabattu sur la piraterie.

    • 3 mars 2015 à 13:02 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      Cela fait marcher== le COMMERCE== DE LUXE et fait ==la fortune==des « ORGANISATEURS ».Point barre !

      Il n’y a pas de « GRATUIT » dans toutes ces réunions internationales..
      Beaucoup de Bling-Bling ;

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 155