Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2016
Antananarivo | 16h25
 

Lu ailleurs

Déchéance de nationalité française :

Antidote crédible au terrorisme ?

jeudi 3 mars

La déchéance de nationalité en France suscite de nombreux débats dont beaucoup reposent sur des considérations idéologiques ou sur la passion. Cette mesure censée répondre au problème du terrorisme est-elle une solution idoine ?

Dans son article, Noel Blé, analyse le contexte français en ce qui concerne le terrorisme et le traitement des étrangers. Il s’inquiète d’un raccourci rapide entre terroristes et binationaux que ne manquerait pas de fortifier une loi sur la déchéance de nationalité. Selon lui, l’exclusion risque renforcer la violence au lieu de la combattre et il craint que l’Afrique ne devienne le réceptacle de cette violence alors même que le continent à peu de moyen pour lutter contre.

Les attentats parisiens du 13 novembre 2015 auront été les attentats les plus meurtriers jamais réalisés sur le sol français. Le bilan est estimé à 129 morts et 353 blessés selon les autorités françaises. Pour éviter que de tels actes ne se reproduisent sur son sol, le gouvernement français a entrepris une série de mesures. L’une d’entre elle est la présentation d’un projet de loi sur la déchéance de nationalité pour les binationaux ayant commis des actes terroristes. Ce projet de loi, déjà approuvé par le parlement français, a soulevé un tollé dans la presse, suscité de vifs débats, et conduit à la démission du Ministre français de la justice Christiane Taubira.

Pour l’histoire, la déchéance de nationalité n’est pas une mesure nouvelle dans l’arsenal juridique français. Elle a déjà appliquée en France métropolitaine en 1848 contre tous ceux qui au lendemain de l’abolition de l’esclavage, continuaient la pratique. Elle a ensuite été élargie et appliquée pendant la première guerre mondiale, sous le régime de Vichy, contre tous ceux qui complotaient avec l’ennemi contre les intérêts de la France. Il faut savoir que c’est la loi Guigou de 1998 qui a limité pour la première fois la déchéance de nationalité aux binationaux naturalisés depuis moins de 10 ans. La raison invoquée à l’époque était de préserver le droit de chacun à une nationalité suivant la déclaration universelle des droits de l’homme. Le gouvernement du Président Hollande, s’appuyant sur cette jurisprudence, a resserré l’étau davantage autour des binationaux. Si le droit à une nationalité est recevable, rien ne justifie cette discrimination envers les binationaux. Car les Français de souche déchus, s’ils deviennent apatrides, pourront toujours demander à l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) de bénéficier du statut d’apatride. La convention internationale de 1954, signée et ratifiées par la France, interdit à un État d’expulser une personne apatride tant que celle-ci n’a pas trouvé un État qui serait prêt à l’accueillir. Si le statut d’apatride lui est refusé par l’Ofpra, il peut faire un recours devant le Conseil d’État. Pendant ce temps là, l’apatride peut rester sur le sol français, mais il sera dépourvu de droits civils, politiques, qui sont attachés à la qualité de national. Il en ressort que l’argument de certains, justifiant la sélectivité de la déchéance, ne semble pas aussi solide qu’on le croit. Cela explique pourquoi les Français de confession musulmane, d’origine arabe ou africaine, peuvent se sentir visés et stigmatisés.

Par ailleurs, il serait aussi judicieux de s’interroger sur l’utilité et l’efficacité de cette mesure comme moyen de lutte et de répression contre le terrorisme. En quoi déchoir un citoyen de sa nationalité l’empêcherait de réaliser des actes terroristes ? La déchéance de nationalité concrètement ne résoudrait pas le problème, car il s’agit d’une mesure qui représente un déni de la racine du mal, une sorte de fuite en avant. Emmanuel Macron, ministre français de l’économie affirmait à cet effet : « qu’on ne traite pas un mal en l’expulsant de la communauté nationale ». Cela pour signifier qu’un jeune radicalisé n’aura aucun remords à perdre sa nationalité française car justement son acte est, dans sa perception à lui, une tentative désespérée de prendre sa revanche par rapport à son identité française. Un terroriste à qui on promet le paradis et les 70 vierges, ne sera pas dissuadé par la menace de perdre sa nationalité française. Pour revenir à la racine du mal, à savoir l’exclusion instrumentalisée par l’idéologie, les attentats terroristes de Paris traduisent bien un triple échec. D’abord, l’échec des politiques d’intégration et d’insertion professionnelle des jeunes issus de l’immigration. En effet, ces derniers, auraient été des proies moins faciles aux recruteurs des groupes terroristes, s’ils n’étaient pas exclus économiquement et socialement par des politiques mal pensées. Le second échec est celui des politiques de contrôle et de sécurité. Comment comprendre que toutes ces armes puissent librement circuler dans un Etat sérieux ? Enfin, le troisième échec est celui de la ségrégation identitaire dont sont parfois victimes ces jeunes issus de l’immigration. Même diplômés, ces jeunes, d’origine arabe ou africaine, ne reçoivent pas les mêmes traitements quand il s’agit d’accès à l’emploi à compétence égale. Cela explique, mais ne justifie pas, la création chez eux d’un sentiment de rejet de la société française à laquelle ils appartiennent. Ce constat ne dédouane aucunement les jeunes de leur part de responsabilités dans la mesure où ils doivent aussi faire les efforts nécessaires non seulement pour prétendre aux emplois qu’ils réclament, mais aussi à s’inscrire dans une démarche d’ouverture sur l’autre pour une meilleure intelligence du vivre-ensemble. Si la responsabilité des politiques est établie, la victimisation des jeunes n’est pas permise.

Le projet de loi sur la déchéance des binationaux, à défaut d’être efficace, risque réveiller les vieux démons sur l’identité nationale puisqu’il crée de facto un lien présumé entre terroristes et les autres musulmans d’origines arabes ou d’Afrique subsaharien. Le risque avec cette loi est que tous les binationaux, d’origine arabe ou africaine, deviennent des suspects potentiels. Le terrorisme n’a ni race, ni religion. C’est plutôt un comportement déviant qui doit être jugé et sanctionné indépendamment des origines, de l’appartenance ethnique, raciale ou religieuse. Ce projet de loi, une fois approuvé par le Sénat français, risque de provoquer de vives tensions sociales puisque vraisemblablement les binationaux se sentiraient attaqués dans leur patriotisme et leur citoyenneté. Le risque est à prendre au sérieux surtout que le climat ambiant est de plus en plus teinté de suspicion de défiance à l’égard des musulmans. En témoigne la recrudescence des attaques contre les lieux de culte musulman, notamment suite aux tragédies de Charlie Hebdo et du Bataclan et suite aux attaques d’églises bien que ces dernières soient peu médiatisées. De telles réactions, animées par la peur et la mécompréhension, exacerbées par la recherche de sensationnalisme de certains médias, sont un argument de choix pour les recruteurs qui arrivent à manipuler des jeunes sans repères en leur faisant croire que leur premier ennemi, c’est leur propre pays, la France qui les a abandonné.

Enfin, que faire des binationaux, auteurs d’actes terroristes, une fois déchus et rapatriés dans leurs pays d’origine ? Il n’est pas sage de rapatrier des terroristes en Afrique, car c’est le meilleur moyen de leur donner l’occasion de se venger et de faire encore plus de mal. D’où la nécessaire coopération entre la France et les pays africains afin de gérer ce dossier, pour que l’Afrique ne se transforme pas en une « décharge » à terroristes. Loin de nous l’idée de justifier ou cautionner le terrorisme, mais il est primordial de ne pas se tromper d’ennemi. La France a le droit de se protéger, mais elle a aussi le devoir de bien réfléchir aux mesures idoines pour le faire, sous peine d’alimenter le processus produisant le terrorisme qu’elle cherche justement à combattre.

Noel Blé.

Article publié en collaboration avec Libre Afrique

73 commentaires

Vos commentaires

  • 3 mars à 09:48 | Noue (#2427)

    La France a le droit de se protéger, mais elle a aussi le devoir de bien réfléchir aux mesures idoines pour le faire, sous peine d’alimenter le processus produisant le terrorisme qu’elle cherche justement à combattre.

    Qu’elle se débrouille ! samia mijinja ny nafafiny !

  • 3 mars à 09:51 | Gérard (#7761)

    Il n’y a pas plus imbécile, populiste et démagogique que ce gadget « hollandais » de la déchéance de nationalité

    qui concerne bien peu les malgaches en vérité, sauf à vouloir démontrer que la « grande ile » n’a pas le monopole des lois stupides !

    d’autant que protection du « tanin-drazana » oblige, bien peu d’étrangers peuvent espérer la nationalité malgache, un exemple flagrant de mépris du principe de réciprocité entre états

    bonne journée

  • 3 mars à 09:54 | Isambilo (#4541)

    Ce n’est qu’un coup politique foireux qui ne passera pas au congrès.
    Petite magouille électoraliste de Valls pour se constituer une personnalité centriste en vue des présidentielles de 2022. Cet opportuniste qui voulait plus de « Blancos » dans sa ville. Il sera atteint par « le principe de Peter ».

    • 3 mars à 10:14 | vatomena (#7547) répond à Isambilo

      Plus il y aura de « blancos »en France ,plus la France sera la France conforme à la vision du général de gaulle : La France est une nation blanche ,chrétienne et de culture judéo grecque

      Idem pour nous ,plus il y aura de malgaches à Madagascar plus Madagascar sera malgache

      Avoir une identité forte est un garant de soi meme

    • 3 mars à 11:54 | Isambilo (#4541) répond à vatomena

      Celui qui parlait de « blancos » est un Catalan.
      Quant au « chrétienne et de culture judéo-grecque », il ne faut pas oublier qu’avant d’être stoppés à Poitiers, les musulmans ont eu largement le temps d’essemer quelques graînes pas très judéo-grecques.
      Je doute que De Gaulle aient fait une déclaration de ce genre.

    • 3 mars à 12:01 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Bonjour Vatomena,
      On peut avoir et protéger une identité forte sans pour autant devenir xénophobe. Rejeter l’autre est toujours la pire solution. Celle de la haine.
      Si plus de 20 millions de Malgaches vivant sur le sol de Madagascar ont peur de quelques milliers de vazahas (blancs, jaunes, rouges ou verts à pois bleus) c’est que les Malgaches sont faibles, très faibles même.
      La déchéance de nationalité, en France, ne concerne que des terroristes CONDAMNES pour terrorisme et ayant effectué au moins 25 à 30 ans de prison ferme. En France on ne fait pas de procès d’intention. On ne condamne que des faits avérés, pas des intentions de les commettre.
      Bonne journée à vous
      PS - La nation française puise ses racines dans la culture judéo-chrétienne (et grecques et latine) mais n’est pas, par définition même de sa Déclaration des Droits de l’homme de 1793 ( ’’Tous les hommes sont égaux par la nature et devant la loi’’, article III), une nation « blanche » c’est à dire excluant les autres pigmentations de peau. La France n’est pas raciste même si des Français le sont, malheureusement (tous les êtres humains ont le même sang rouge et, à quelques exceptions près, des neurones pour réfléchir un peu).

    • 3 mars à 12:19 | kartell (#8302) répond à Isambilo

      @ Isambilo

      Voici pour votre information ce que vous semblez ignorer mais qui est une réalité historique, en dehors de toute polémique qu’une telle phrase pourrait déclencher…

      http://www.pointsdereperes.com/articles/charles-de-gaulle

    • 3 mars à 13:23 | Babah (#9347) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe. Toujours aussi alerte et vif. Vous lire est un plaisir.

    • 3 mars à 13:57 | Dadabe (#9116) répond à Babah

      Bonjour Babah,
      Merci de votre réponse. Cela fait toujours plaisir, sans fausse modestie. Et puis, à la vérité, je dois le dire haut et fort encore une fois : je HAIS les nationalistes comme tous ceux qui rejettent l’autre en raison de sa « race », de sa religion, de sa sexualité etc, etc... Et j’en veux à ceux-là de me faire éprouver le sentiment détestable de la haine. Bonne journée à vous.

    • 3 mars à 16:15 | Cylab (#9448) répond à Dadabe

      Je ne pense pas que la déchéance de nationalité sera un antidote accessoire au terrorisme. Au moins cela enlèvera au terroriste des droits qui le protège en tant que français.

    • 3 mars à 17:48 | Babah (#9347) répond à Dadabe

      C’est vrai qu’aucun peuple n’a le monopôle de la bêtise. Exemples « anecdotiques »mais révélateurs de cette mentalité : la complaisance de l’opinion (journalistes et lecteurs compris) à mada, ces derniers temps, à identifier toute une communauté avec des faits ou actes individuels. Il y a eu cet accident criminel à moramanga et on en appelle à tous les karana. Il y a eu ces assassinats d’antandroy fournisseurs de bœufs pour les bouchers de tanà puis, hier, cette affaire de cristal d’anjorobe et on incite à en faire la lecture ethnique pour solution... A croire que nous n’avons pas encore goûté au pire avec nos malheurs pour en appeler encore à des confrontations tribales ou communautaires. Cela n’est d’ailleurs pas nouveau, souvenons-nous de l’enthousiasme de certains lors du massacre de vazaha à nosybe. Et cette haine de l’autre est présente aussi dans le domaine religieux : l’obscurantisme ambiant conduit les juges à condamner des suspects sous l’inculpation de sorcellerie (Tokanono, Cohen Rivolala) et trouvent un consensus apaisant au sein de l’opinion. Il est tellement facile d’exclure l’autre et devenu insupportable de réflechir ou douter.

    • 3 mars à 18:31 | Dadabe (#9116) répond à Babah

      Aucun peuple, vous avez bien raison de le préciser. Pour le reste, nous sommes aussi d’accord et cela me soulage après avoir lu pas mal de grosses bêtises, aujourd’hui, comme hier et sans doute demain... Bonne soirée à vous !

    • 3 mars à 18:46 | Dadabe (#9116) répond à Cylab

      Bonsoir Cylab,
      je n’ai évidemment pas dit que la déchéance de nationalité, si elle est inscrite dans la Constitution française à l’issue du congrès réunissant députés et sénateurs à Versailles, est un « détail » de l’Histoire. Bien au contraire. C’est un acte grave dans une démocratie comme la nôtre où prime le droit du sol et non le droit du sang.
      Je précisais simplement qu’il n’a jamais été question d’ôter la nationalité française à un Français ou à un bi-national (quelle que soit son autre nationalité) avant qu’il n’ait commis un acte terroriste avéré, qu’il n’ait été jugé et condamné définitivement après les recours légaux et qu’il n’ait accompli sa peine qui, dans un cas de terrorisme avec mort d’homme, ne sera jamais moindre que 20 à 30 ans de réclusion criminelle, voire la perpétuité réelle.
      La déchéance, en ce sens, n’aura a-priori aucune influence sur la volonté de tel ou tel individu de provoquer un acte terroriste. De même que la peine de mort de dissuadait en rien les assassins et que l’abolition de cette peine de mort n’a pas provoqué de recrudescence significative des crimes de sang.
      En revanche, la portée symbolique de la déchéance (qui pose tout de même le problème de la création illégale d’apatrides en ce qui concerne les Français n’ayant pas de bi-nationalité) est forte. En d’autres termes, il s’agit là de ré-affirmer que d’être Français veut dire partager certaines valeurs et les respecter et que certains peuvent se montrer indignes à vie d’être Français. J’espère vous avoir éclairé sur une question sensible qui ne concerne pas que la France. Bonne soirée à vous.

    • 3 mars à 19:56 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Bonsoir Dadabe
      Ce n’est pas en s’opposant aux autres ,en méprisant les autres qu’on se construit une identité forte . Avoir une identité forte ,c’est une construction élaborée de soi meme ; C’est d’abord assumer un héritage historique puis renforcer sa personnalité propre .en se gardant bien de toutes influences délétères .

    • 3 mars à 21:36 | kakilay (#2022) répond à Dadabe

      Si j’ai bien compris,
      comme je me considère parmi vos k...ons,
      d’après le symbolisme devenu réalité,
      après un attentat terroriste,
      il y a des français qui sont dignes de rester français,
      et d’autre pas,
      parce que leur grand père avait une autre nationalité ?

      On revient à Vichy pour « inquisitionner »
      à partir de quelle génération
      on est « vraiment » français ?
      Car il faudra affronter la question,
      un jour :
      Mohammed et Destin,
      deux amis d’enfance,
      perpétuent un attentat,
      ensemble,
      comme des frères :
      l’autre est digne de rester français,
      l’autre pas :
      l’histoire ne dit pas cependant,
      qui des deux sera l’élu....

    • 3 mars à 22:09 | vatomena (#7547) répond à kakilay

      Celui qui a servi 5 ans dans la légion étrangère obtient la nationalité française à sa demande .C’est la France reconnaissante qui répond Oui à sa demande

    • 3 mars à 23:34 | kakilay (#2022) répond à vatomena

      Mohammed Ali,
      comme
      Destin Valérie,
      sont des français de naissance.

      Je ne vois pas en quoi,
      votre légion ETRANGERE
      vient faire dans mon histoire...

    • 4 mars à 08:34 | vatomena (#7547) répond à kakilay

      Le légionnaire est l’exemple de l’étranger qui s’installe en France avec aucune intention de faire du dégat mais d’y vivre loyalement

    • 4 mars à 09:22 | kakilay (#2022) répond à vatomena

      Effectivement,
      en touche bottons,
      et à chacun ses références...
      culturelles.

    • 4 mars à 09:28 | Isambilo (#4541) répond à kartell

      Merci pour le lien. Le site ci-dessous ne m’inspire aucune confiance.
      http://www.pointsdereperes.com/articles/charles-de-gaulle
      Ce que Peyrefitte rapporte ne compte pas pour moi. C’était un personnage trop réactionnaire pour être honnête.
      Réalité historique ou pas, même si De Gaule avait dit cela, il avait tort. A mon humble avis.

    • 4 mars à 14:51 | DIPLOMAT (#846) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabé,

      Je repense à la soeur d’un certain Mohamed Merah.
      Mohamed Merah, pour rappel vis à vis de lecteurs, est celui qui a entre autre , tué des enfants dans leur école .
      Ce lâche a tué des enfants, juste parce qu’ils étaient juifs....
      Des enfants ...

      Ma réflexion concernait donc, cette sœur, de nationalité Française et Algérienne, qui déclarait à la presse qu’elle approuvait les actes de son frère.

      Et de choisir d’aller vivre en Algérie avec ses 4 enfants, et de continuer , de là bas, à percevoir les allocations familiales ,en élevant ses rejetons dans la haine de la France et tout en clamant de la bas que son frère est un héros !

      Que fait on de cette merdhe ?
      Merite t-elle de rester Française ? Ne doit elle pas obtenir de la France, une déchéance de nationalité ?

    • 4 mars à 21:25 | Dadabe (#9116) répond à DIPLOMAT

      Bonsoir Diplomat,

      Bonne question et question embarrassante, avouons-le. A titre personnel, je considère qu’elle est objectivement complice de son frère par son attitude, ses propos, sa haine avouée de la France et son retour en Algérie. Disposant de la double nationalité, elle mérite à mes yeux de perdre la nationalité française (et ses droits français). En effet, la déchéance de cette nationalité française ne ferait pas d’elle une apatride, ce qu’interdisent les conventions internationales.
      Avouons aussi qu’il s’agit-là d’un cas d’espèce plutôt rarissime.

    • 4 mars à 22:28 | DIPLOMAT (#846) répond à Dadabe

      Merci Dadabé, je vais maintenant vous raconter le combat d’une femme magnifique qui a perdu son fils , militaire , tué par Merah. Il s’agit de Fatima Ben Ziaten.
      Cette dame a decidé d’aller dans les cités (dites sensibles) pour sensibiliser les « jeunes » sur le danger de l’intégrisme. Elle raconte ;
      J’arrive dans les cités, et j’approche un groupe de jeunes hommes adolescents. Je leur pose la question s’ils ont entendu parler de M. Merah ?
      Tous sont unanimes ; Oui Madame ! On le connait c’est un frêre , un héro , il est mort en martyre .

      Fatima Be Ziaten
      + Et bien je suis la maman d’un des militaire qu’il a abattu lâchement d’une balle dans la tête !
      - Desolé Madame, on ne savait pas, on disait cela pour rire ...Désolé Madame..
      +Je comprends ! je ne suis pas venu seule , je suis venu avec la maman d’un des enfants qu’il a abattu ! Voudriez vous la rencontrer ?
      - Une feuj ? non Madame, c’est bien fait pour elles vu ce qu’ils (les Israéliens ) font en Palestine.

      Amalgame ... entre Israel, et Juif, racisme oubliant d’un coup d’un seul , que la France c’est la laïcité, l’Islam, le christianisme et le judaïsme , l’egalité, la liberté ... la fraternité.

      Dès 2012 , elle avait tiré la sonnette d’alarme sur le fait que des Merah , il y a une centaine voir des milliers.

      Mme Ibn Ziaten parcourt maintenant les banlieues de France, et a crée une Fondation pour parler , parler , convaincre, et encore convaincre ces jeunes de l’impasse dans laquelle ils sont enfermés.
      Certains ont une haine de toute la société Française qu’ils sont irrécupérables.
      On fait quoi de ces « certains » ? Ont ils encore une place dans l’humanité (au delà même du débat de la nationalité) ? Des rebuts certes, mais des humains, et au pays des droits de l’homme, c’est l’humain avant la nationalité... Une force ou un faiblesse. A l’instant où j’écris ces mots, et devant le massacre de 130 innocents en une nuit, c’est le réveil brutale qui me pousse à dire : nous sommes faibles.. . car l’humanisme face à des bêtes ... c’est vain !

  • 3 mars à 16:35 | kakilay (#2022)

    Comprends pas.
    La loi viserait l’attentat des français contre des français.
    Lors de la St Barthélémy, ce fut le cas, au Louvre particulièrement, Londres se mettait en deuil quand le pape faisait faire un Te Deum : pour une histoire de religion.
    Non, il y a eu pire...

    • 3 mars à 19:02 | Dadabe (#9116) répond à kakilay

      Bonsoir Kakilay,
      La Saint-Barthélemy date du mois d’août 1572... Ce fut affreux, mais le temps est passé et les catholiques et protestants français se sont depuis longtemps réconciliés. Fort heureusement. Le monde évolue, les lois également et la perception du monde et des valeurs à défendre aussi. Il ne s’agit pas de considérer, à tort ou à raison, qu’il y a eu pire. En ce domaine, l’homme est insatiable et le pire est toujours à venir...
      La déchéance de la nationalité, hors sa portée symbolique que j’évoque ci-dessus, traduit la volonté politique du président Hollande (et probablement d’une large majorité de Français ne votant pourtant pas pour François Hollande) d’exclure de la communauté française (et plus largement de la communauté des hommes libres et respectueux des autres quelles que soient la couleur de leur peau, leur religion, leur sexualité ou leurs opinions politiques et culturelles), des individus haineux qui ne savent que donner la mort. Cela me semble assez facile à comprendre et même à admettre.

  • 3 mars à 17:43 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Tout a été dit sauf la mention « Tout droit réservé » concernant la déchéance de nationalité bien sûr car au pays des lémuriens, on a la fâcheuse habitude de tout copier et coller même si les contextes ne sont pas les mêmes.
    Les candidats potentiels à la présidentielle de 2018 à Mada ayant ou pas la double nationalité risquent fort de se retrouver déchu de leur nationalité malgache avant la date de dépôt de candidature pour une raison ou une autre : Attention danger car c’est le plus court chemin pour éliminer des adversaires potentiels comme l’exigence de la résidence de six mois sans discontinuité dans le pays (un texte toujours en vigueur). Il en est de même de la diaspora privé des droits de vote (c’est le point commun entre les iles Comores et Madagascar mais pas les autres pays Africains comme le Sénégal, l’Algérie, etc...) : A quoi sert des Ambassades qui ne s’organisent même pas pour faire voter la diaspora ?

    • 3 mars à 18:00 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Evidemment à quoi sert la nationalité sans le droit de vote et de se porter candidat aux élections ?

    • 3 mars à 18:05 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      A l’exception des condamnés de droits communs qui ne peuvent plus exercer leurs droits de vote.

    • 3 mars à 19:07 | Dadabe (#9116) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Bonsoir,
      vous soulevez un vrai problème qu’il appartient aux Malgaches, et aux membres d’autres pays, de régler dans le respect des droits des citoyens. Mais cette question n’a pas de rapport direct avec la déchéance de la nationalité tel que l’évoque le projet français. La question me semble trop sensible pour qu’on mélange des sujets très différents. Le débat n’a rien à y gagner.

    • 3 mars à 19:16 | vatomena (#7547) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Celui qui jouit d’une double nationalité reste un personnage trouble aupres des autres.Il n’est pas extravagant de le mettre à l’écart de certaines responsabilités surtout de celles qui mettent en jeu la sécurité ou l’indépendance du pays.
      à l’écart aussi les franc maçons soumis à des obédiences extérieures

    • 3 mars à 19:40 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Re-bonsoir Vatomena,
      Je ne vous étonnerai sans doute pas en précisant que je ne suis pas du tout d’accord avec votre vision des « double-nationaux » qui peuvent parfaitement mériter et l’une et l’autre de leurs deux nationalités sans être à tout coup considérés comme des traîtres en puissance. C’est là un procès d’intention que je trouve particulièrement injuste et inacceptable, pour ne pas dire odieux
      Être franc-maçon n’est pas une nationalité mais une philosophie déiste (croyance en un être transcendantal, le grand « architecte » de l’univers, d’où les symboles maçonniques, entre autres, de l’équerre et du compas...). Faut-il aussi mettre à l’écart les chrétiens, les musulmans, les animistes ? Et pourquoi pas les juifs pendant qu’on y est ? Les nazis l’ont fait, eux, à l’égard des juifs, des francs-maçons, des Tsiganes, des homosexuels, des communistes, etc... Est-ce bien cela que vous défendez ?

    • 3 mars à 19:46 | Dadabe (#9116) répond à Dadabe

      PS - Je viens d’apprendre que l’écrivain d’origine russe Andreï Makine a été élu aujourd’hui à l’Académie française (le plus jeune académicien désormais). Peu importe sa nationalité simple, double ou triple. L’homme, intelligent et cultivé, est l’un des grands défenseurs contemporains de la langue française. Voilà, c’est tout. Et ça suffit pour dire la bêtise de la xénophobie et des frontières (surtout celles qui barrent les esprits).

    • 3 mars à 21:10 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Bonsoir Dadabe

      L"accusation de proximité avec les nazis est vite tombée . C’est décevant de votre part .On se croirait en France où tout ce qui n’est pas dans les opinions admises est aussitôt qualifié de nauséabond ,fasciste ,nazi ,populiste .Le répertoire est vaste ce qui donne l’impression que la France est un pays muselé.Je persiste à dire que le bi national est une anomalie .Quand on est fier de son pays natal on porte haut et loin son emblème . Ce qui suit est une exagération mais peut comprendre une part de vérité . Dites moi pourquoi je pense soudain à cette fable de la Fontaine où on voit un loup se couvrir de la peau d’un mouton pour s’approcher du troupeau .Cette ruse est à la portée de n’importe qui qui dénierait la civilisation française.Ces gens là existent et sont parfois tres déterminés .Ils savent parfois etre insoupçonnables.Quant aux Juifs ,Napoléon en a fait des français et meme d’exellents français qui lui ont approté beaucoup dans la médecine ,les sciences et les arts. Pour les francs maçons ,je ne sais pas trop ; Je les vois plutôt comme les membres d’une internationale plutôt sectaire ou plutôt tres enfermé dans leurs convictions. ils participent à des rites initiatiques à ce qu’on m’a rapporté. des rites et des projets qui les éloignent de la masse .J’en ai le soupçon .On dit qu’ils ont été nombreux dans les gouvernement et que beaucoup de chefs d’état africains étaient parmi les membres . et n’en disaient rien.

    • 3 mars à 21:52 | kakilay (#2022) répond à vatomena

      Blum,
      Mendes France...
      « La République juive »... ?

    • 3 mars à 22:15 | vatomena (#7547) répond à kakilay

      Les deux que vous avez cités n’étaient pas des bi-nationaux .
      Les Belkacem ,Khomeiri sont aussi des nord africaines

    • 3 mars à 23:07 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      En effet tous les media n ’ont pas manqué se souligner l’origine russe du lauréat .Pour chaque lauréat français il n’est jamais mentionné d’origine française.C’est à croire que les français n’ont pas d’origine ,eux . On est français ou on ne l’est pas
      Jamais on ne présentera d’Dormesson , comme académicien d’origine française

    • 3 mars à 23:28 | kakilay (#2022) répond à kakilay

      Mais vous parlez d’une suspicion de traîtrise sur les bi, et les francs-maçons si pas affinités, et beaocoup d’ignorance de votre propre aveu. On sort du coup du cadre nationaliste pour sombrer dans les convictions cultuelles ou philosophiques. Et l’expression « République juive », ce n’est pas moi qui l’ai greffée sur l’histoire de france. Il y a une tradition politique et culturelle qui vibre au diapason du complot internationaliste.

      Et la france, je crois, n’est pas encore sortie de ce débat.

      Ré-écouter tout débat qui tourne sur la place du front national dans la vie politique française.

    • 3 mars à 23:52 | kakilay (#2022) répond à vatomena

      C’est tout simplement pour souligner le mérite qu’il a d’arriver là où il est en n’« étant pas »français d’origine«  : c’est un label qui présente des handicaps quand on ne l’est pas. Et qui ne présente pas forcément un avantage : la preuve, c’est »pas un français d’origine" qui est lauréat. Ceux qui sont initiés à la question, savent combien l’intégration n’est pas un long fleuve tranquille. Les ghettos en sont les manifestations visibles.

    • 4 mars à 05:24 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Vous avez raison sur un point : monsieur Jean d’Ormesson (que je respecte au plus haut point) n’a évidemment pas besoin de faire valoir son identité française puisque celle de sa famille remonte à la nuit des temps et que nul ne l’ignore. En revanche, sans connotation « raciste » ou « xénophobe » d’aucune sorte, ni volonté discriminatoire, et il est intéressant de savoir les origines russes de Makine, comme celles d’Henri Troyat, ou les origines algériennes de Mme Assia Djebar (ancienne colonisée par la France, puis Algérienne de nationalité) ou bien encore celles de Joseph Kessel, né en Argentine mais citoyen de Russie et académicien français. Ces exemples prouvent s’il en est besoin l’ouverture d’esprit de la France et la dimension internationale de sa culture. Ne vous en déplaise, tous les pays, notamment Madagascar, ne peuvent en dire autant. C’est un fait, absolument pas une critique ou un sentiment de fierté mal placée qui me fait écrire cela.
      PS - A la réflexion, en tant que Français ou simple amoureux de la culture française, on peut être fier que la France sache ainsi accueillir ceux et celles qui servent la langue française. Cela fait partie de la grandeur de la France (qui a aussi, et ô combien, ses petitesses !).

    • 4 mars à 05:47 | Dadabe (#9116) répond à kakilay

      Je trouve particulièrement nauséabond ce genre de débat qui repose sur des on-dit, des rumeurs, des interprétations de l’Histoire. L’histoire des francs-maçons est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît et s’inspire en grande partie de la philosophie des Lumières, initiatrice de la Révolution française puis inspiratrice de la Déclaration des droits de l’Homme qui deviendra bien plus tard la Déclaration UNIVERSELLE des droits de l’homme reconnue par une forte majorité des pays du monde.
      Les propos que je lis ici s’inspirent, eux, directement de la « pensée » du Front national français qui est un parti d’extrême droite ne sachant qu’exciter la haine des autres. Libre à vous d’y adhérer, cela me fera quelques ennemis de plus, ce qui n’est pas grave. En revanche, cela est inquiétant pour l’intelligence du genre humain... Passons.
      Les régimes les plus bêtes et criminels du monde (les nazis, par exemple) ont toujours recherché des boucs-émissaires pour imposer leur force brutale et aveugle. Il y a eu les juifs, les francs-maçons, les apatrides bousculés par l’Histoire. Etc... Le nationalisme porte en lui les germes de toutes ces horreurs. L’Europe en a payé le prix, très cher, au 20ème siècle. Et ce n’est pas l’isolement de Madagascar, son caractère insulaire et sa situation dans l’hémisphère sud qui peuvent autoriser certains Malgaches à faire preuve à la fois d’ignorance, d’esprit sectaire et de refus des autres. Commencez donc par balayer devant votre porte et, petit conseil en passant, prenez le temps d’étudier un peu avant de parler de ce que à l’évidence, vous ignorez.
      Ps - La notion de « complot internationaliste » ou de « juiverie internationale », outre son caractère odieux et illégal en France, est une vieille lune des 19 et 20èmes siècles qui n’intéresse plus que les vieux réactionnaires d’ici et d’ailleurs. La jeunesse française (très multiculturelle) et européenne est passé depuis longtemps à autre chose. En clair, elle se contrefout de ces idées noires (et même brunes) qui marchent au pas cadencé. Il faut se tenir un peu au courant de l’évolution des mœurs et coutumes, chers amis...

    • 4 mars à 06:32 | vatomena (#7547) répond à kakilay

      Bonjour

      La France ,écrivez vous ,n’est pas sortie de ce débat .A mon avis Si ,elle en était sortie mais elle y est retournée ; ...Avec l’avénement de « SOS racisme » qui a réveillé des cendres avec son tam -tam médiatique

    • 4 mars à 06:46 | vatomena (#7547) répond à kakilay

      Bonjour

      Kessel ,Zemmour ,Finkelkraut ,Sarkozy,par leurs origines appartenaient à de grandes civilisations.De condition modeste ils ont su s’élever par eux memes ,sortir du « ghetto ».C’est dans leur étrangeté qu’ils ont puisé la force ,la volonté et surtout l’ambition de devenir français et parmi les meilleurs

    • 4 mars à 08:02 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Ce sont effectivement « les lumières » qui ont porté les esprits vers la Révolution française ,les décapitations révolutionnaires ,les massacres de Septembre ,le génocides des vendéens, la persécution des prêtres non jureurs et les guerres de Libération contre les royautés européennes .Parmi « les » lumières il y avait un certain Voltaire particulièrement anti sémite .La Révolution russe comme la révolution des nazis ont ensanglanté tout un continent en n’oubliant pas de dévorer ses enfants qui ne restaient pas dans la bonne ligne . Etre considéré comme un ’cosmopolite "chez les soviets ,c était la déportation au goulag assuré et meme pire .

    • 4 mars à 08:28 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      « J’ai des origines » c’est ainsi que de nombreux français artistes ,écrivains ,acteurs ,sportifs se présentent au public dans des séances médiatiques .C’est un tour de langage qui n’existait pas autrefois .Est ce une façon de se valoriser aupres des français ou une volonté de marquer sa différence ?-Indiquer qu« on est français malgré soi parceque né en France de parents étrangers ? C’est pour moi une façon étrange de se présenter. -Comme ceux qui au premier abord vous disent : » je suis de gauche ".

    • 4 mars à 08:39 | vatomena (#7547) répond à vatomena

      Ps - le gouvernement algérien vient de décider qu’aucun poste de haute responsabilité sera accordé à un bi national.

    • 4 mars à 09:20 | kakilay (#2022) répond à vatomena

      Le ghetto de sarkozy : on connaît !
      Et pour en sortir, il fallait y être d’abord...
      Et heureusement, y en a qui s’en sorte !
      Et de grandes civilisations : ne devraient pas secréter pas de « sans abris », comme celles que vous sous entendez, ne devraient pas enfanter de « grands hommes » sans offenser votre ignorance.
      Et l’éternelle question : et vous le « malagasy d’origine », vous vous mettez dans quelle catégorie ?

    • 4 mars à 09:31 | kakilay (#2022) répond à Dadabe

      Qu’on se demande pourquoi tout ce touin-touin lors des dernières élections...

    • 4 mars à 10:39 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Le « malgré soi » est sans doute de trop. Évoquer ses origines autres que françaises pour dire sa fierté d’être à la fois Français et autre et donc doublement riche au plan culturel, pourquoi pas ? La question n’est pas de se « valoriser » (en tout cas ce n’est sans doute pas l’intention du plus grand nombre) mais d’ouvrir le champ des possibles. Il faut relever la tête, parfois, et se tenir debout pour voir loin et comprendre les autres comme soi-même et ses proches. C’est cela l’humanisme. L’attitude opposée est la xénophobie et la haine.

    • 4 mars à 10:55 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      L’antisémitisme de Voltaire, comme celui de 99% des chrétiens d’alors qui méprisaient les juifs « déicides », n’a rien à voir avec l’antisémitisme qui a prospéré au 19ème siècle et explosé au 20ème avec la Shoah et qui continue à pourrir quelques esprits au 21ème siècle.
      Maintenant, libre à vous de n’avoir qu’une vision négative de la Révolution française et, par abus intellectuel, du siècle des Lumières (je vous invite à relire Diderot, Rousseau, d’Alembert et quelques autres heureux fossoyeurs de la monarchie absolue qui réduisait en esclave et affamait son peuple).
      Il ne s’agit évidemment pas de nier les excès de la Terreur ni le « génocide » vendéen (qui n’est pas un génocide au sens propre du terme). De même il ne s’agit pas d’affirmer que les bolcheviks étaient des enfants de chœur (mais le tsarisme a tué bien plus de Russes). Il s’agit tout simplement de ne pas relire l’Histoire en la déformant pour l’adapter à ses idées contemporaines. Des idées qui, si je sais encore lire, sont celles de l’extrême-droite la plus haïssable et bête qui soit avec une petite touche de nostalgie monarchique à mourir de rire.
      PS - Je vous invite aussi à relire la Déclaration des droits de l’homme de 1793 et éventuellement sa petite sœur, la Déclaration universelle des droits de l’homme. Si vous préférez l’Ancien régime et les courtisans de Versailles ou les petits collabos de Pétain, dites-le. Cela m’évitera de perdre du temps. Bonne journée, tout de même.

    • 4 mars à 13:44 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Venir sur scène et annoncer tout en étant supposé français , ; j’ai d’autres origines " que la votre me parait maladroit ,provocateur,diviseur. Apres cela on comprend qu’une certaine méfiance envers les bi nationaux prenne de l’ampleur

    • 4 mars à 14:46 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      la monarchie absolue.Ah ! et la République absolue ? Les « ennemis du peuple » qui à des siècles d’intervalle sont persécutés que cela soit au temps de la grande révolution française ou sous Staline avec la révolution prolétarienne.
      Une incidente ,si vous permettez ...On a longtemps reproché aus rois de France d’etre trop souvent en guerre et notamment au grand Louis 14 ; guerres de successions ,de territoires ,d’héritages. Les guerres royales se faisaient avec peu de monde ,avec la Seigneurie ,des mercenaires et des engagés .L’immense peuple des paysans n’allait pas à la guerre .Il en subissait les effets malheureux .Par contre ,au temps des droits de l’homme ,c’est la république qui inventa « la levée en masse » ,la mobilisation générale pour aboutir à des guerres mondiales avec des millions de morts . Au temps des droits de l’homme n’est ce pas le socialiste Jules Ferry qui prone la colonisation par devoir d’apporter cette civilisation des droits de l’homme aux peuples africains tandis que les bons pères veulent arracher les memes hommes au fétichisme ou à l’animisme .Le seul résultat bénéfique fut l’abolition de l’esclavage . Là au moins l’esprit des droits de l’homme eut un caractère bénéfique .Que de crimes furent commis pour imposer les droits de l’homme à tous.
      Je n’ai pas entendu dire que Pétain était un acharné contre les droits de l’homme .Après avoir connu les horreurs de Verdun il était devenu pacifiste et c’est pourquoi le gouvernement du front populaire réfugié à Bordeaux le missionna pour signer un armistice avec les allemands . Etant un ancien militaire il obeit . C’est ainsi que l’histoire peut etre lu depuis l’étranger.Parmi « les collaborateurs » à Vichy ,il y avait un certain François Mitterand ,nommé secrétaire d’état ,décoré de la Francisque ,si je ne me trompe pas . Les affaires françaises sont difficiles à lire pour l’étranger .Que vaut cette extreme droite qui fait si peur aux tenants du pouvoir ? Est ce un nouveau Communisme ? la promesse d’une nouvelle révolution , un mouvement contre mondialisme ,un regret de la France éternelle ? Le message est brouillé . Les ténors qu’on entend le plus souvent semblent farouchement contre mais les murmures du peuple nous sont inaudibles . De toutes façons ce sont des affaires françaises !

    • 4 mars à 16:11 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Dadabe ,je n’écrivais pas au hasard d« une humeur ’ : »français ,malgré soi « .Je vais vous entretenir d’un certain Enrico Macias ,chanteur connu .Il appartient à une famille juive d’Algérie ,du temps des pieds noirs . Grace au décret Crémieux Tous les juifs d’Algérie accédèrent soudainement à la nationalité française à la grande colère des indigènes musulmans écartés de cette mesure.La famille Macias fut une des premières à fuir sa terre natale ravagée par une guerre d’indépendance suivie d’ une révolte des musulmans islamistes du FIS .Le séjour en France fut une belle réussite pour la famille Macias . Enrico devint une célébrité de la chanson .Mais il gardait une certaine nostalgie de son enfance algérienne . Il entretenait le reve de chanter devant une foule algérienne et aussi de visiter la tombe de ses grands parents . Trois fois il fit une demande de visa .Trois fois il essuya un refus . C’est pour plaider sa cause qu’un jour il déclara : » Mais je suis un enfant de l’Algérie . Je suis français par hasard ..malgré moi .Je n’ai jamais demandé à etre français . C’est le décret Crémieux qui a fait de ma famille une famille française ."Malgré cette belle déclaration opportuniste Enrico Macias n’a pas obtenu cette fois encore son visa pour Alger .

    • 4 mars à 17:54 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Qui a dit « antisémitisme » ? faut raison garder

      Le danger est il si grand en France ’ cette mère des arts ,des armes et des lois"

      L’hystérie qui s’est emparée des media prouve « l’influence puissante et nocive du lobby juif », pour reprendre l’expression de feu François Mitterrand, aussi bien outre-Atlantique qu’en France où l’on voit de l’antisémitisme partout, et surtout où il n’est pas. Comme en témoignent les fausses agressions antisémites. Ainsi un professeur d’une école juive marseillaise, qui assurait, mi-novembre, quelques jours après les attentats ayant ensanglanté Paris, avoir été agressé par trois hommes antisémites a été entendu fin février pour « dénonciation mensongère » et placé en garde à vue. « Le 18 novembre dernier, raconte La Provence, alors que la France est en pleine sidération post-attentats, un professeur d’une école juive de Marseille assure avoir été blessé à coups de couteau par trois hommes à scooter, dans le 13e arrondissement de Marseille. Selon son récit, ces derniers auraient proféré des menaces et des insultes antisémites, avant d’exhiber un tee-shirt estampillé Daech. Le soir des faits, le préfet de police des Bouches-du-Rhône rassure, précisant que de très importants moyens policiers avaient été déployés pour en retrouver les auteurs. La victime, blessée aux bras aux jambes et au ventre, est hospitalisée, mais son pronostic vital n’est pas engagé. Il s’en sort avec quelques plaies et quitte l’hôpital le soir même. Hollande avait appelé à une réponse impitoyable. L’affaire avait suscité une pluie de déclarations politiques et associatives. François Hollande avait vivement condamné cette agression, en appelant à une « réponse impitoyable ». L’enquête, confiée à la sûreté départementale, a finalement mis en lumière les incohérences du récit de l’enseignant » manifestement mythomane (voir plus de détails dans la chronique de Robert Spieler page 5).

      Cette mythomanie n’est pas un cas unique. On se souvient de Misha Defonseca qui dans Survivre avec les loups, livre publié en 1997, avait prétendu avoir survécu à la Shoah grâce à des loups et ayant notamment tué un soldat allemand. Defonseca avait admis en 2008 avoir inventé toute l’histoire en déclarant, de manière délicieuse : « Ce livre, cette histoire, c’est la mienne. Elle n’est pas la réalité réelle (sic), mais elle a été ma réalité, ma manière de survivre. » Et que dire des plagiats et de l’usurpation du titre d’agrégé perpétrés par le rabbin Gilles Bernheim ? Et de la fausse agression du rabbin Gabriel Fahri ? Les rabbins violeraient-ils impunément le huitième commandement de Dieu « Faux témoignage ne diras, Ni mentiras aucunement » ? Dieudonné aurait-il raison lorsque, dans son spectacle interdit Le Mur, il s’interroge tout haut sur les liens entre mensonge et judaïsme ? On n’ose le croire de crainte de sombrer dans un antisémitisme sanctionné par la loi ! Ces dernières années se sont multipliées des affaires aussitôt présentées par la presse écrite et audiovisuelle, par les milieux politiques, le gouvernement, le président de la République et les représentants des différentes religions, comme une abominable résurgence de l’antisémitisme. Or, à chaque fois, sans la moindre exception, l’enquête policière a prouvé, et en général assez rapidement, que les divers incendies et agressions criminels n’étaient ni de près ni de loin liés à une quelconque haine des juifs. Il s’agissait soit de déséquilibrés qui dans notre société déstructurée sont hélas de plus en plus nombreux, soit d’individus avides de faire parler d’eux dans les grands media, soit carrément de juifs eux-mêmes désireux de susciter une intense émotion populaire en se faisant passer pour des victimes de la Bête immonde.

      Retour sur quelques faits troublants (parmi tant d’autres) : en janvier 2003 le rabbin Gabriel Farhi prétend avoir été blessé d’un coup de couteau dans sa synagogue et indique que son agresseur lui a crié : « Allahou Akbar ». L’enquête prouvera que le couteau de cuisine venait directement de la synagogue et qu’il s’agit d’une automutilation. Quelques mois plus tard, Alex Moïse, le porte-parole du Likoud en France, qui a été en pointe dans la campagne anti-Dieudonné, menaçant de faire sauter les théâtres où l’humoriste devait se produire, affirme recevoir sur son téléphone portable des appels anonymes avec menaces de mort et insultes antisémites. Là encore, les policiers qui ne s’en laissent pas conter — ils sont habitués aux affabulateurs ! — s’aperçoivent très vite que c’est A. Moïse lui-même qui s’envoyait ces messages haineux. Le mythomane (et/ou provocateur) a d’ailleurs été condamné le 4 mai 2004 par le tribunal correctionnel de Paris à une (faible) amende et à deux mois de prison assortis du sursis.

      En décembre 2003, l’école Marzaka Thora de Gagny en région parisienne prend feu. Les media s’enflamment, le Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin, sans attendre le résultat de l’enquête, connaît le mobile du crime : l’antisémitisme bien sûr. Et sur-le-champ le chef du gouvernement crée un Comité interministériel de lutte contre l’antisémitisme. Quelques semaines passent et Le Figaro puis L’Express laissent clairement entendre qu’il s’agirait d’une escroquerie à l’assurance. Les responsables loubavitch de l’établissement sont en effet perclus de dettes ; l’incendie est providentiel.
      .
      .

    • 4 mars à 21:36 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Vous choisissez bien vos exemples... Mais, soit ! Cela dit, vous répondez de vous-même à un point qui me dérange : l’opportunisme. Ce n’est pas très difficile de comprendre un refus d’une autorité qui a devant elle une personne opportuniste et donc nullement sincère. Vous oubliez aussi de préciser que l’Algérie est gouvernée par une mafia FLN particulièrement raciste, antisémite et haineuse (même si elle trouve très bien de laisser ses enfants les plus instruits s’expatrier en France pour y vivre plus ou moins bien mais certainement mieux que dans ce pays « socialiste » où d’insolentes richesses côtoient une extrême pauvreté (j’ai l’impression de parler de Madagascar, là...). Bonne fin de soirée.

    • 4 mars à 22:41 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      la victoire du FLn en Algérie a quelque chose de remarquable.Ses troupes ont perdu la bataille d« Alger et la bataille des frontières.Paras et légionnaires avaient balayé toutes les katibas. Et pourtant au sortir des accords d’Evian ,c’est le FLN qui faisait figure de vainqueur .En faisant tirer sur les pieds noirs Rue d’Isly puis en laissant massacrer les civils français et les harkis dans les rues d’Oran tandis que nos soldats restaient consignés dans les casernes,De Gaulle semblait etre passé directement sous les ordres du FLN.La victoire psychologique du Fln avait été si grande que toute notre intelligentsia , de J P Sartre à Henri Janson, applaudit cette victoire à grands cris.. .Du nouveau gouvernement en Algérie on attendit alors des miracles . D’autres opportunistes ,les ’pieds rouges ’ s’empressèrent d’apporter leur aide et leurs talents pour la réussite de l’Algérie indépendante .Le rayonnement de l’Algérie fut mondial . Les aides et les conseillers venaient du monde entier . Et quand fut lancé le grand plan ’des industries industralisantes »,la commercialisation du pétrole saharien, on cria par avance au miracle algérien.Vous savez ce qu’il advint par la suite.Une tyrannie insolente écrasa le peuple /Les ’pieds rouges ’ furent expulsés à leur tour .La misère populaire fut le menu de chaque jour .Et la jeunesse fut la génération des ’Harragas ’’,celle qui se jetait à la mer pour gagner la France. Madagascar ,Algérie : deux pays martyrisés par les incompétences et l’avidité de ceux qui gouvernent...

  • 3 mars à 23:01 | Albatros (#234)

    N’y a-t-il pas à haut niveau, à Madagascar, des Bi-nationnaux qui profitent de cette double nationalité suivant les résultats des élections.
    Quand ça va bien pour moi, je suis malgache. Quand le vent tourne, je suis français !.

    • 3 mars à 23:10 | Albatros (#234) répond à Albatros

      Si je comprends la double nationalité pour les mineurs, je ne l’accepte pas pour les adultes !. Si l’influence d’une double culture est une bonne chose pour l’épanouissement d’une personne, le choix d’appartenance à une « nation » en est une autre.

    • 4 mars à 05:58 | Dadabe (#9116) répond à Albatros

      Bonjour Albatros,
      Joli pseudo qui fait songer à Baudelaire... Bref, comment imaginer une double nationalité pour les mineurs qui s’effondrerait à la majorité ? En France, le droit du sol prime sur le droit du sang. Un enfant né sur le sol français (à Mayotte comme à Paris ou en Guyane), même de parents étrangers n’ayant pas la double nationalité, sera Français, s’il le souhaite, à sa majorité. C’est là un signe d’ouverture vers l’autre qui me rend fier, en tant que Français d’origine qui n’a pas eu à choisir sa nationalité... Naturellement, si cette personne se rend indigne de sa qualité de Français (du fait d’un acte de terrorisme visant la France) elle sera déchue de sa nationalité française (si la loi est votée en Congrès à Versailles). Simple et finalement clair.
      Ps - Je précise que mon appartenance à une nation est le cadet de mes soucis. J’essaye tout simplement d’être digne d’appartenir au genre humain et cela me suffit bien.
      ,

    • 4 mars à 07:35 | vatomena (#7547) répond à Dadabe

      Bonjour

      A mon sens ,le malgache appartient davantage à sa famille qu’à une patrie malgache .Il en est peut etre autrement pour les français qui à chaque génération sont partis en guerre parceque la patrie était en danger .Il semble toutefois que ce sentiment de devoir envers la patrie disparait . Avec une France portes ouvertes il n’y a plus de conflits de voisinage .

    • 4 mars à 11:15 | vatomena (#7547) répond à Albatros

      Prenez l’exemple de ce promoteur immobilier franco-israelien.Il monte une superbe arnaque à plusieurs dizaines de millions ;Et quand il est découvert ;il se réfugie avec le magot en Israel .Là bas il est inexpugnable ,hors d’atteinte car Israel ne remet jamais un de ses citoyens entre les mains d’une justice étrangère .

    • 4 mars à 11:15 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Peut-être avez-vous raison en ce qui concerne les Malgaches. Et cela tient sans doute pour beaucoup au culte des ancêtres qui demeure très ancré malgré les efforts des religions, notamment chrétiennes.
      S’agissant de la défense de la patrie (la terre de ses pères), il n’est point besoin d’être un nationaliste borné pour cela. Bien au contraire, si j’en crois ce qui s’est passé durant la Seconde Guerre mondiale. Les collabos et pro-nazis étaient en grand nombre issus des mouvances nationalistes (mais pas exclusivement, il y avait aussi des socialistes - Déat, Doriot - tandis que des hommes de droite traditionaliste ont été de grands résistants). Les communistes, eux, pourtant internationalistes et pro-soviétiques, ont en grand nombre défendu la patrie et parmi eux se trouvaient des Français de très fraîche date (Italiens, Polonais etc...). Avez-vous aussi entendu parler de l’Affiche rouge, de Manoukian ?
      Enfin, aujourd’hui, l’Europe existe, il n’est donc plus question de conflits armés à nos frontières françaises. Mais la France est sur plusieurs fronts militaires actuellement, en Afrique comme en Syrie. Et il est bon de savoir qu’une forte proportion des simples soldats français (ceux qui meurent au combat, les généraux étant à l’abri) sont aussi des Français de « fraîche date », des bi-nationaux, des beurs de la troisième ou désormais quatrième génération. Ils sont français, d’origine arabe, de confession musulmane, et donnent leur sang pour leur patrie qui est désormais française (ou qui l’est depuis leur naissance en raison du droit du sol). Voilà de quoi donner à réfléchir aux vieux nationalistes rabougris et aux racistes en tous genres qui pensent qu’un jeune « arabe » vivant en France est nécessairement un voyou anti-France.
      La nation française est multiculturelle, comme l’est l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre, les Etats-Unis etc... Et ce sont des pays riches et paisibles (malgré la crise économique), de vraies démocraties sans trop de corruption par rapport à d’autres pays (suivez mon regard...). Alors, quel choix fera Madagascar ? Le repli frileux et la mendicité ou l’ouverture aux autres et la démocratie sans corruption très active ? A vous de choisir.

    • 4 mars à 11:25 | Dadabe (#9116) répond à vatomena

      Vrai à un détail près : cet escroc peut être jugé en Israël. De même pour des Français ayant commis des délits à l’étranger et s’étant réfugiés en France : la France les jugera mais ne les extradera pas vers le pays où ils ont commis ces délits.
      PS - Inexpugnable est inapproprié. On parle d’extradition.

    • 4 mars à 17:25 | DIPLOMAT (#846) répond à Dadabe

      La situation est très complexe.
      La France ne fait pas face à une vague, ni des vagues, mais un flux constant d’immigration depuis 30 ans.
      Le constat est devenu édifiant. Des 30% des collégiens de certains quartiers, ne se sentent pas français. Car en effet, chez eux, ils ne parlent Français, ils ne regardent plus les chaines Françaises (sf le foot) , ils ne connaissent pas la culture, et n’ont même plus d’amis qui s’appelleraient Benoit, ou Laurie...
      Certains quartiers qui connaissaient la « mixité sociale » ont aujourd’hui été complètement déserté et remplacé par des nouveaux habitants d’une seule religion ...
      La question est donc celle ci : Qui sont les racistes ?
      Quelle problème rencontre aujourd’hui les agents de la RATP avec certains de leur confrère qui ne veulent plus conduire des bus qui viennent d’être rentrés au dépot par une femme ?
      Et enfin que dire des attentats qui frappent la France depuis 1994 ?
      Que dire de ces jeunes qui sont nés en France , qui ne savent même pas situer le Vercors, ni la Lorraine, qui n’ont jamais eu à défaire avec des Juifs, mais qu’ils leur voue un haine féroce. Les mêmes qui détestent d’autres Français, les traitant de.... Gaulois, en brûlant le drapeaux , en faisant les caïds dans les cités, et d’autres voulant imposer leur loi dans les hôpitaux !
      Qui est racistes ?
      Quel message derrière le voile ?
      Ces types de choix , malheureux, de types stupides, ternissent les autres... Tous les autres qui vivent parmi les Français parcequ’ils son Français, en harmonie ...

    • 5 mars à 01:39 | Albatros (#234) répond à Dadabe

      Bonsoir Dadabe,
      Il est tard et vous ne lirez pet être pas ma réponse mais elle est la suivante :
      Je ne conteste pas le « droit du sol » pour les enfants nés sur le sol français mais, comme vous le dites dans une de vos réponses, « Un enfant né sur le sol français ......sera Français, s’il le souhaite, à sa majorité ». Je ne le conteste pas !. Ce que je conteste c’est la possibilité de conserver OU d’acquérir une double nationalité à cette majorité.
      Johnny Hallyday, Gérard Depardieu, Bernard Arnaud, Ziad Takieddine, Didier Ratsiraka, etc...etc... autant d’exemples de ce que je déteste dans la « double nationalité » de confort.
      Pour l’instant le passeport « Citoyen du Monde » n’est pas reconnu. En attendant son entrée en service, je reste opposé à la double nationalité (sauf pour les mineurs - en attendant qu’ils fassent leur choix).
      Cordialement.

    • 5 mars à 01:40 | Albatros (#234) répond à Dadabe

      « cet escroc peut être jugé en Israël » !!!.
      Eh oui !. Peut être.... mais ne le sera pas !!!.

    • 5 mars à 06:01 | Dadabe (#9116) répond à DIPLOMAT

      Bonjour Diplomat. Je vous réponds fort tard, c’est à dire ce samedi matin, car mes petites puces de 16 mois accaparent avec bonheur tout mon temps et, hier, il faisait beau à Antsirabe (je suis donc allé acheter des plants de jasmin et de liane Aurore - Superbes !) Cultiver son jardin est une vertu, selon le Candide de Voltaire...
      Pour autant, je ne suis pas si candide que cela et mon idéalisme est tempéré par la raison (je suis plus cartésien et kantien qu’il n’y paraît...). Je n’ignore donc rien de ce que vous signalez, très justement. Mais, et vous le dites vous-mêmes, il s’agit-là d’une minorité (très visible et agaçante, il est vrai). Pour ces voyous haineux de la France, il existe des lois (dont peut-être celle de la future déchéance de nationalité). Pour tous les autres, et ils sont bien plus nombreux, il ne s’agit que de n’être pas xénophobe, de tendre la main, d’éduquer, d’offrir du travail, comme à tout autre jeune, quelles que soient ses origines.
      A notre tour, ne nous « voilons » pas la face : seule l’intelligence du cœur, la farouche volonté de paix dans ce monde (de brutes !) et l’esprit de partage sauveront l’humanité et lui éviteront de répéter les horreurs du 20ème siècle : des dizaines et des dizaines de millions de morts pour quoi ? Pour un petit bout de terrain ? Pour faire marcher le petit commerce ? Pour asservir l’autre en raison de sa « race », de sa religion ou de ses opinions ? Quelle victoire !

    • 5 mars à 06:11 | Dadabe (#9116) répond à Albatros

      Bonjour Albatros,
      Mille excuses, comme à Diplomat, pour ma réponse trop tardive...
      Votre opinion est aussi respectable que la mienne. Je ne partage pas la vôtre car j’aimerais ne pas mourir avant de connaître ce fameux « passeport de Citoyen du Monde » (ne rêvons pas trop...).
      Je ne partage pas votre opinion car, bien que peu attaché à la notion de nationalité, il se trouve que je suis Français par ma naissance (avec un peu de sang espagnol et irlandais dans les veines) et que je serais honoré de pouvoir finir ma vie en tant que Malgache (de cœur, cette fois) fraîchement naturalisé auprès de ses enfants adoptifs. Je sais que cela ne se fera pas avant très longtemps et sans doute jamais. Tant pis pour moi. Mais ma volonté demeure intacte, mon opinion aussi. Bonne journée à vous !

    • 5 mars à 07:56 | vatomena (#7547) répond à Albatros

      En effet ,Albatros ,cet escroc ,en Israel ,il n’a pas été jugé ni inquiété

    • 5 mars à 16:15 | DIPLOMAT (#846) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabé,

      Les papiers... sont fait pour nous cataloguer, nous mettre dans une case.
      Le coeur... est au delà des frontières...
      Il est universel.
      Il est celui qui devrait être la patrie de l’univers.
      Vous êtes donc un Dadabé du monde...
      Que faire d’être de papiers Français, Malgache, Haitien ou.... autre ; vous êtes bien à Antsirabé, votre entourage vous le rend bien, alors... que faire d’un papier d’un « con » de fonctionnaire ?

      J’aspire un jour d’avoir cette force ou cette inconscience (je ne veux pas savoir) d’aller comme vous, au devant des autres, avec leur travers, et leur bonté, leur malheur et leur bonheur , et d’y partager un destin commun, un bout de vie .... un sens !

      Bien à vous

  • 4 mars à 11:40 | sanois (#8546)

    A quoi sert de discuter sur les problemes des francais si peu aimes !

    Il serait plus sage de demander au elus et autres hauts fonctionnaires de ne pas avoir la nationalite
    francaise ou autre. Cela eviterait de les soupconner de quelques entorses (par ci par la) a la loyaute due ......
    aux pays dont ils se revendiquent........

    • 6 mars à 13:24 | Belakana (#7721) répond à sanois

      Bonjour Sanois, je vous cite : « Il serait plus sage de demander au elus et autres hauts fonctionnaires de ne pas avoir la nationalite francaise ou autre. Cela eviterait de les soupconner de quelques entorses (par ci par la) a la loyaute due ......aux pays dont ils se revendiquent....... »

      Voilà une très bonne idée à creuser et surtout à inculquer, à vulgariser et à éparpiller auprès des Malgaches. Entre autre : tout candidat à l’élection présidentielle de Madagascar ne doit avoir que la Nationalité Malgache. Si il a la double nationalité (française, américaine ou autre...), il se doit avant de faire campagne de se défaire de cette autre nationalité. Cela doit être inscrit dans la Constitution Malgache. La suppression de cette double nationalité sera aussi appliquée aux membres du gouvernement, aux députés, aux sénateurs, aux hauts fonctionnaires et à tous les officiers supérieurs.

    • 7 mars à 00:11 | Albatros (#234) répond à Belakana

      Clap ! clap ! clap !!

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 313