Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 1er mai 2016
Antananarivo | 12h48
 

Editorial

Alpha Omar Konaré, subtilement !

vendredi 28 septembre 2007 | RAW

L’assemblée générale des Nations unies se déroule non sans interpeller les Africains, d’autant que les discours prononcés par certains chefs d’Etat surprennent par leur ton. Bien sûr ce n’est pas la première fois que des discours sont boycottés par une ou plusieurs délégations. En tout cas, l’appel du Secrétaire général de l’Onu pour une trêve de conflits est demeuré sans écho. Outre les violences verbales au sein même des Nations Unies, l’opinion est atterrée en apprenant la charge militaire birmane contre les moines bouddhistes. Pendant ce temps, les violences contre les civils en Irak ou contre les Palestiniens se poursuivent comme si c’étaient des faits-divers sans intérêt. Le cas de l’Afghanistan en est un exemple.

Bien sûr, les Africains peuvent dire que c’est loin et que cela se passe ailleurs que sur leur continent, pas dans leur pays. La fièvre d’Ebola, les inondations ou l’inflation ou encore la pénurie ou la pression de régime dictatoriaux sont plus préoccupantes car ces maux touchent aujourd’hui le corps social africain lui-même et portent atteinte à son intégrité physique et morale. L’effritement de la monnaie zimbabwéenne ou les maux qui sévissent sur le corps social malgache (corruption, mauvaise gouvernance) ou la sortie de la guerre civile au Congo démocratique, sont autant de soucis qui focalisent l’opinion.

Toujours est-il que ce qui se passe à côté ou ailleurs est également une question de vie humaine. Se souvient-on encore de ce que le Tchad, ou plus récemment la Côte d’Ivoire, ou plus profond dans nos mémoires le Congo Brazzaville, ont vécu pour la simple raison que des bases militaires étrangères installées dans ces pays ou dans les parages sont intervenues dans des conflits internes ?

En tout cas, Alpha Omar Konaré, au nom de l’Union africaine et des citoyens africains, a dénoncé les tentatives subtiles de militarisation de l’Afrique. Evidemment, il a très certainement à l’esprit les bases militaires françaises mais par la même occasion, il prévient subtilement les Américains qui sont en train de mettre en œuvre le projet Africom ou Commandement militaire US pour l’Afrique. Vraisemblablement que cet homme d’Etat africain a tenu compte des réactions négatives de nombre d’Etat d’Afrique par rapport aux intentions américaines d’installer des bases et des GI’s sous formes diverses sur le continent. Et cela au nom de la lutte contre le terrorisme ou pour y établir de manière durable la démocratie du nouveau monde ou à la mode américaine.

En fait, beaucoup craignent une réalité prochaine quand des soldats américains viendraient en Afrique pour installer « la démocratie à l’irakienne ». Une démocratie par les armes et la persuasion par l’intimidation. Et une frange d’observateurs estime déjà que la cible prochaine serait le Soudan au lieu du Zimbabwe.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives

mai 2016 :

Rien pour ce mois

avril 2016 | juin 2016

 

Visiteurs connectés : 196