Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 8 décembre 2016
Antananarivo | 12h30
 

Economie

Centrale thermique de Mandroseza

A l’huile lourde de Tsimiroro depuis 2 jours

mercredi 28 septembre | Bill

Enfin les ressources en hydrocarbures de Tsimiroro sont valorisées et profitent à l’intérêt général. Dans des communiqués diffusés dans les médias, la compagnie pétrolière Madagascar Oil qui extrait cette huile lourde légendaire et la compagnie américaine Symbion Power qui exploite la Centrale thermique de Mandroseza, annoncent ce 27 septembre, le succès de la première utilisation de cette ressource locale. Déjà utilisée avec succès sur le site de Tsimiroro dans la production de vapeur, l’huile lourde est dorénavant utilisée depuis près de deux jours pour alimenter l’un des groupes de la Centrale de Mandroseza. L’étape est jugée cruciale dans le développement du bloc pétrolier de Tsimiroro ; mais également pour les besoins énergétiques de Madagascar qui peut désormais espérer des retombées économiques importantes.

Zelda Weitz, Chief Operations Officer de Symbion Power, se félicite du succès et ne manque pas de vanter son produit : « Le coût de l’électricité produite à Mandroseza est le prix le plus bas dans le pays. Ceci est une étape importante pour Madagascar, vers une autosuffisance énergétique future. Symbion prévoit de nouveaux investissements relatifs à la production d’électricité et basés sur cette ressource de nationale. » Quant aux volets environnementaux, les tests ont confirmé que l’huile lourde de Tsimiroro est un produit de bonne qualité, avec une faible teneur en soufre, une faible teneur en cendres et une combustion « propre ».

En tout cas, l’huile lourde de Tsimiroro est une ressource énergétique nationale vitale et son utilisation à usage industriel constitue la première étape d’une exploitation croissante des ressources énergétiques nationales au profit du peuple malgache et du développement du secteur de l’électricité qui est une grande priorité.

La centrale thermique de Mandroseza a été remise en service au début du mois d’août et atteindra sa pleine puissance après l’achèvement du programme de réhabilitation à la fin de 2016.

33 commentaires

Vos commentaires

  • 28 septembre à 10:45 | RAMBO (#7290)

    Heureusement il n’y a pas de Menalamba style Gista à Tsimiroro...qui veut dire « Qui ne sommeille pas » Voici une région qui ne reste pas dans la « tradition » et qui va contribuer au développement de Madagascar. C’est du temps de l’Amiral que nous avons entendu parler de Bemolanga et Dada Jao a réalisé Tsimiroro.
    Bravo !

    • 28 septembre à 11:47 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à RAMBO

      Bjr,

      Rendez à Dieu ce qui est à Dieu, à César ce qui était à César et à Rajao ce qui est à Rajao mais pas Tsimiroro (un projet privé à la limite 3p).

    • 28 septembre à 11:55 | Saint-Jo (#8511) répond à RAMBO

      Evidemment cet ignare de RAMBO ignore totalement ce que « préservation de l’environnement et pollution de l’air et santé publique » veut dire !
      Pour cet abruti , tout cela n’est que du charabia !
      Ce couillon de RAMBO , foza de Rajao-la-terreur , n’est là que pour tenir la cire et la brosse à reluire les bottes de son seigneur et maître !
      Ajouter de la pollution à la pollution : et cet inconscient de RAMBO est content , comme l’est l’idiot du village à la découverte de quelque nourriture dans un lieu de collecte de déchets publics .

    • 28 septembre à 12:16 | Bena (#494) répond à RAMBO

      on verra bien combien de temps ils vont tenir quand la jirama ne paiera rien, mais vraiment rien.

    • 28 septembre à 14:12 | Saint-Jo (#8511) répond à RAMBO

      Dans ce pays , on ne saura jamais le taux des morts , victimes des pollutions de notre environnement
      ( c’est-à-dire pollution de l’eau , pollution du sol , pollution de l’air ) .

      Le nombre de ces victimes est le cadet des soucis des ignares et des cupides qui nous gouvernent .

    • 28 septembre à 17:57 | Isandra (#7070) répond à RAMBO

      Rambo,

      Quand le contrat n’est pas signé par ce régime, tout se passe bien comme lettre à la poste, car les autres respectent bien toutes les procédures y afférentes,...

    • 28 septembre à 21:08 | RAMBO (#7290) répond à RAMBO

      Partout il y a de la pollution...nous savons qui est le grand pollueur sur MT.com.
      Demandez d’abord à Lalao TIKUA de sortir un arrêté municipal interdisant les vieux camions et les épaves qui circulent dans la capitale avant de parler de pollution à Madagascar...Son homologue Anne Hidalgo de Paris a pris ce risque mais n’a pas osé aller trop loin.
      Vous qui soi disant vivant dans la capitale...allez voir Lalao avec vos amis expat et fifohazana vos soi disant compagnons de lutte. si vraiment ils existent

    • 28 septembre à 21:09 | RAMBO (#7290) répond à RAMBO

      Partout il y a de la pollution...nous savons qui est le grand pollueur sur MT.com.
      Demandez d’abord à Lalao TIKUA de sortir un arrêté municipal interdisant les vieux camions et les épaves qui circulent dans la capitale avant de parler de pollution à Madagascar...Son homologue Anne Hidalgo de Paris a pris ce risque mais n’a pas osé aller trop loin.
      Vous qui soi disant vivant dans la capitale...allez voir Lalao avec vos amis expat et fifohazana vos soi disant compagnons de lutte. si vraiment ils existent

  • 28 septembre à 10:47 | punchline (#9673)

    cela s’appele toliara tsimiroro,
    maintenant c’est simple, comment se fait-il qu’on doit transporter jusqu’à Mandroseza ce source de carburant, au lieu de produire l’électricité sur place ou disons à tulear ou Majunga, c’est moins cher, c’est proche de l’Afrique du sud, et c’est moins risqué

    • 28 septembre à 12:37 | lanja (#4980) répond à punchline

      Cette ressource doit appartenir exclusivement à l’état fédéré de Tsimiroro ? ou de Majunga ? je vous encourage de militer dans ce sens, c’est ce qui correspond à vos idées

    • 28 septembre à 12:55 | Saint-Jo (#8511) répond à punchline

      « 28 septembre à 12:37 | lanja (#4980) répond à punchline »
      « Cette ressource doit appartenir exclusivement à l’état fédéré de Tsimiroro ? ou de Majunga ? »

      Vous faîtes de la politique fiction : il n’y pas d’état fédéré à Madagascar !

    • 28 septembre à 13:35 | punchline (#9673) répond à punchline

      @lanja:hey gros, le vocab exclusivement est le mot clé dans votre post ,

      d’acc aec toi, tsimiroro ne doit pas en être le seul bénéficiaire,de même que tana (mandroseza) seule non plus !

      ps : pour tes leçons tsimiroro c’est c’est menabe, ce n’est pas majunga ni tulear ; d’où le terme tsimiroro

      c’est tsiranana et les colons qui ont tout melangé

  • 28 septembre à 11:02 | kartell (#8302)

    • 28 septembre à 14:28 | Jipo (#4988) répond à kartell

      Kartell iaorana.
      Vous n’ etes pas sans savoir que ce qui est fait à Madagascar, que dis-je Madagascar, je devrais parler du paradis gasy ,depuis que les infernaux colons l’ ont quitté, ne peut sortir, voir produire que des denrées angéliques, pour ne pas dire paradisiaques, et ce pour le bien de la population, comment eussiez vous pu : l’ oublier ???
      Donc dans l’ intérêt général, pour le bien commun, et particulièrement le décollage imminent du Pays, cette huile est une bénédiction du « Bondieu ».
      Fini le dur travail dans les champs, fini le mangataka, tout le monde à l’ image et l’ exemple : des politiques va pouvoir se gaver / la bête en regardant les mouches voler, le moramora enfin bientôt rétabli et retrouvé, l’ entité et l’ Ame Malagasy remises à sa juste place, les rouages de la mécanique réactivés, grâce à : « mets de l’ huile » vita gasy, fini les taxes à l’ importation, on va bientôt pouvoir alimenter toutes les industries, particulièrement celles qui vont venir se bousculer au portillon pour s’ installer chez nous et participer à un décollage fulgurant de l’ économie...
      La population bien entendu, sera mise à contribution pour patienter docilement, que ces entreprises se soient développées, pour espérer dans quelques générations pouvoir bénéficier comme promis de cette richesse sensée leur appartenir, en commençant / nettoyer ce que ces exploitations n’ auront pas eu le temps de faire, trop occupées à produire pour le bien et l’ intérêt général, bien entendu 💸 ...

    • 28 septembre à 15:16 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ jipo,

      Aujourd’hui, nous sommes dans la situation suivante :
      Il y a le feu dans la maison mais au lieu d’appeler les secours, les heureux propriétaires quinquennaux mettent à profit la panique générale pour piller ce qui peut l’être encore, et ensuite, ils appelleront à l’aide et à la reconstruction tout en accusant les pompiers de ne pas avoir fait correctement leur job et les bailleurs d’avoir les poches cousues !….
      Aujourd’hui, on fait la une de la presse avec cette rustine polluante qu’est le sable bitumeux mais cela n’est qu’une illusion optique pour myope en laissant croire à une esquisse de redressement du pays mais en réalité, ce n’est qu’un piteux gadget pour flatter une fibre nationale endeuillée, mise à rudes épreuves, ces temps-ci, et qu’il faut savoir ménager, un peu ! ….
      La fin de ce quinquennat sera jalonnée de ces « bonnes petites nouvelles », exploitées, médiatiquement, jusqu’à la corde, pour tenter de séduire une opinion publique prise en tenaille serrée entre un état devenu inerte et une opposition sans programme !….

    • 3 octobre à 11:48 | mandrozeza (#5123) répond à kartell

      Si il y a un domaine où nous sommes bons, c’est l’humour. Mais là vous surclassez tout le monde.
      Un peu d’humour noir, je parie 10 L de cette huile que d’ici quelques mois 1 L de cette huile va se retrouver (par erreur) en huile alimentaire.

  • 28 septembre à 11:16 | takaka (#8449)

    L’huile lourde à combustion propre ! Du n’importe quoi !
    Il fallait dire que suite aux problèmes socioéconomiques de Dago, nous avons besoin d’électricité à tout prix. Point final.
    Messieurs et mesdames les journaliers pas journalistes, vous êtes......

  • 28 septembre à 11:23 | ANATOL (#593)

    INONA INTSONY MOA ZANY NY OLANA AM RESAKA CARBURANT HO AN’I JIRAMA, TOKONY HIDINA NY VIDIN’I JIRO

  • 28 septembre à 11:39 | valoha (#7124)

    Koa na Tsimiroro io, na Miroro io, dia mazava be ny politikan’ity fitondrana itysy ny andraikitra napetraka ho tanterahany, izay politikan’olom-bitsy, politika tantanan’ny avy any ivelany - ny fanodinana Ny Orin’asa Malagasy ho tsy miankina avokoa. Any no tanjon’ny fitondrana, any no mahatonga ny delestazy, ny tsy mety rehetra @ ny fitantanana ny orin’asa misy eto.
    Efa natsofoka ho raiki-tapisaka ao @ ny mokon-dohan’ny fitondrana fa ny privatisation ihany no hiisy fihinana sy hampahantra kokoa Ny Malagasy, koa manao ny heriny tsy ho zavatra ireo mba ho tanteraka io(Air Mad, JIRAMA, SIRAMA,....).

  • 28 septembre à 11:41 | vorona (#8254)

    Carburant idéal (même s’il y a beaucoup à dire sur la pollution atmosphérique qu’il génère) pour toutes les centrales thermiques JIRAMA car au moins celui là on peut pas l’utiliser dans les véhicules diesels !

    • 28 septembre à 12:38 | rapa (#9695) répond à vorona

      sourire !!! mon diesel fonctionne avec moitié huile de friture...Donc ça servira encore pour eux...faut trouver un autre carburant...

  • 28 septembre à 13:26 | punchline (#9673)

    et c’est toujours la même chose :

    — tsimiroro produit, en ne s’endormant pas, à passer une nuit blanche et froide, à l’intérieur d’une ville dans le noir

    —et Iarivo(mandroseza) est mirehitra jiro , donc illuminé, dans une nuit bien réchauffée, bénéficiant seule ce progrès

  • 28 septembre à 13:56 | Ibalitakely (#9342)

    Izao kosa aloha e, aza dia manao tahaka ny pot de chambre ka amanizana vao velon-kira. Izaho na dia tsy nankasitraka na ny firotsahan-ko fidian’izao mpitondra vohalohany ny Repoblika faha efatra izao aza DIA NY 2018 IHANY NO 2018 ; ary mba misy zavatra vita ihany eto na izany na tsy izany. ARY MBA ERITRERETO KELY FOTSINY INDRAY OHATRA HOE LASA NANGORON4ENTANA HONO I MADAGASCAR OIL FA TSY NAMOKATRA MIHINTSY (tahaka ny izany AMOCO izany ohatra) DIA INONA INDRAY NY VAVA ATAON’NY SASANY ??? Misy ahobolana iray avy any Antsimo izay manao hoe :« mpandihy lava volon-kelika mahay mahazo tsiny tsy mahay mahazo tsiny » izany hoe ny olona avy any dia tahaka ny any @ faritra maro eto Madagasikara izay tia manao sikina lambaoany ka ny avy any Antsimo rehefa mandihy dia tia manainga sandry ary mampagovingovitra tànana izay fa rehefa tonga ny mpijery ka sendra tsy dia mahavoa loatra ilay mpandihy dia « tsy mahay fa mialà » ary rehefa sendra mahay loatra kosa indray dia any amin’izay zavatra hafa na tsy mikasika dihy akory aza no itsikerana azy, any @ volon-keliny ohatra fa tsy maintsy mahita ho lazaina foana !!!

  • 28 septembre à 14:01 | Ibalitakely (#9342)

    Raha oarina tamin’ny tAtezamihitatra 5 taona ny fitondrana 2 sy tapany mba misy tsara vita noho ny kianja maky & hopital manaraka ... ny namboatra azy.

    • 28 septembre à 19:12 | takaka (#8449) répond à Ibalitakely

      D’accord leitsy beby ê ! Ekena iny.

  • 28 septembre à 14:08 | harmelle (#5862)

    Nous étions un certain nombre à nous demander pourquoi Madagascar Oil continuait d’exploiter à perte . Depuis nous avons compris , les magiciens vont convertir les pertes en profits ....
    clap clap clap :-(((

    • 28 septembre à 15:02 | Paulo Il leone (#6618) répond à harmelle

      Bill est impayable avec ces belles formules ampoulées chères aux Malgaches.... mais là chapeau ! « ... cette huile lourde (je cite) »légendaire« MDR ! pourquoi pas »cette huile mythique" pendant qu’on y est !
      T’es une sacrée « légende » Bill ! Continue à nous faire rire .... on en a besoin !

    • 28 septembre à 19:13 | takaka (#8449) répond à harmelle

      Salut Paulo ! Vous êtes là ! En plus de plus en plus rigolo. He he he he !

  • 28 septembre à 15:49 | Albatros (#234)

    Question à Rambo !.
    Votre « Dada Jao » a-t-il des intérêts dans le « non entretien » des bacs de la RN12 entre Farafangana et Fort Dauphin ?. Allez vous mettre ça aussi sur le compte de ses prédécesseurs ?.

  • 28 septembre à 16:42 | diego (#531)

    Bonjour,

    Je vous ai bien lu - sorobila - il est plus que clair que Madagascar est devenu un pays économiquement et politiquement en faillite.

    Pour lutter contrer la pauvreté, il faut agir simultanément sur la politique et l’économie, l’un ne va pas l’autre. Vous ne pouvez pas sortir de la pauvreté, aussi intelligent et riche que vous êtes, si votre pays est pris en otage par une crise politique institutionnelle en permanence !

    Le président et son équipe tentent de faire croire qu’ils travaillent pour le pays. Mais les entreprises chinoises ne passent pas, l’annonce de l’arrivée des hommes d’affaires turques et autres inquiète au lieu de rassurer et encourager les Malgaches.

    Madagascar n’aura pas des infrastructures, un bon système de santé, des écoles performantes et une économie capable de faire face à la pauvreté si la caisse de l’État est vide en permanence.

    La santé économique d’un pays repose avant tout sur la stabilité politique et les soliditer de ses Institutions. C’est quelque chose que la classe politique malgache et les dirigeants ont du mal à comprendre.

    Vous pouvez faire venir à Madagascar toutes entreprises chinoises qui ont les reins solides et fiables, si à la tête du pays, les gouvernants n’ont pas de politique de développement permettant à l’enrichissement de l’État et d’auguementer substantiellement le PIB, le pays restera pauvre.

    Il n’y a pas besoin de faire une longue discours pour faire comprendre aux Malgaches que le developpement du pays, des provinces dépend de la richesse de l’État. Si l’État est riche, il peut aider les villes, les différentes communautés en difficulté à travers l’Ile, à travers les dotations de l’État.

    Ceci nous ramene directement au budget. Pourquoi le pays, les grandes villes n’ont pas de budget ? Cela veut tout simplement dire que personne n’est au commande dans les affaires du pays.

    Il y a-t-il encore un État dans le pays ? Il y a-t-il un gouvernement, des politiciens dans ce pays ? Comment et par qui les prochaines élections vont-elles être organisées ?

    Et plus loin, comment faire, comment s’y prendre pour proteger nos institutions, notre État, notre pays et son peuple de l’envahissement de l’intelligence étrangère ? Il est constaté depuis 2002 jusqu’à aujourd’hui, et la chose ne cesse de s’aggraver, que Madagascar n’est plus un pays souverain. Ce qui veut dire, que les décisions prises par les dirigeants et les votes des parlementaires malgaches sont, ni plus ni moins, infuencées par l’intelligence étrangère.

    Ce qu’il faut comprendre, l’intelligences étrangères ne sont pas toutes bienveillantes :

    - il faut remarquer toutefois que la France a répondu présente chez nous dans le Sud.

    Si je devais faire la politique, je présenterais ma candidature quelque part dans une petite ville du Sud. Premier acte en tant qu’élu, se doter de l’électricité, création des petites écoles et des cantines qui les accompagnent. Je trouverais facilement des financement pérenne pour solidifier les écoles et les cantines et aller au-delà, obtenir des matériaux scolaires, des matériaux informatiques

    En fait le problème n’est pas financier, vous l’auriez compris, mais politique. S’il est facile, si j’ose dire, de trouver des millions pour les enfants et les femmes Sud, il n’est pas facile de convaincre le pouvoir central et les parlémentaires de libérer les forces vives et l’initiatives dans le pays. C’est une logique meurtrière dans un pays où le pouvoir politique est instable, où les politiciens ne sont plus protéger par les Institutions et la Constitution :

    - aucun élu n’a le garanti de pouvoir finir son mandat, aucun. Car l’État et les institutions ont cessé de jouer leurs rôles.

    • 28 septembre à 22:57 | kartell (#8302) répond à diego

      La faillite du pays est une chose acquise puisque « ce bon président » quémande 10 milliards de $ pour « assurer » un début de redémarrage économique de l’île…
      D’où tient-il ces chiffres et avec quelle base sérieuse ?, je vous laisse le loisir d’en faire le commentaire…
      Le handicap majeur actuel, c’est l’opacité de la situation actuelle où l’on masque les gros déficits, manipule les chiffres et les bilans surtout lorsqu’il s’agit d’entreprises publiques…
      On fait tourner les entreprises à perte quitte à les renflouer avec des aides destinées à d’autres secteurs, on nomme des dirigeants étrangers pour faire semblant qu’un redressement est pour demain sans jamais le confirmer ….
      On s’amuse à bricoler pour éviter le clash qui, dans toute économie normale, serait l’unique solution de sortie, ici, on préfère jouer sur la corde très sensible du nationalisme insulaire pour noyer le poisson et les responsabilités…
      Le pays n’a pas de colonne vertébrale, aucune étude n’est fiable à tel point qu’on ne sait plus où est la vraie urgence, : la faim, le chômage, l’insécurité, la gabegie ?
      Tout se rejoint dans un méli-mélo qui n’inspire confiance nulle part, les bailleurs l’ont compris et ne feront pas les mêmes erreurs passées….
      La situation est chaotique en ne faisant qu’empirer parce qu’il n’existe aucun garde-fou possible…
      Nous sommes dans la situation d’un pays dévasté économiquement, socialement sans que cela perturbe un pouvoir qui minimise, anesthésie en faisant croire qu’il est en capacité de changer une donne qui lui a totalement échappé !….
      Et demain, le sommet francophone lui apportera un peu de répit et par sa participation, le monde francophone contribuera à son soutien éphémère, c’est dommage parce que notre société ne mérite pas d’entendre cela car surtout pas d’ingérence de la part des « invités » ! …..
      Le pays est à reconstruire de fond en comble, le travail est immense sinon, nous poursuivrons sur la sempiternelle voie de l’aide continuelle, de la dégradation corrosive du pays et de l’indépendance à géométrie variable….

    • 29 septembre à 07:07 | vatomena (#7547) répond à diego

      @ Kartell ----Si la Syrie se meurt à cause d’une guerre civile Madagascar se meurt non par la guerre mais par l’incivisme et l’incompétence des chefs .A se demander si l’Indépendance est viable chez nous .Elle apparait de plus en plus comme un cadeau empoisonnée.L’électricité ,les routes carrossables ,les grands hôpitaux ,la bonne université c’est pour les autres —pas pour nous .

  • 29 septembre à 00:21 | diego (#531)

    Bonjour kartell,

    Que dire de plus, vous avez résumé un peu la chose !!

    Vous savez, je viens d’assister à deux jours de réunion de la Société Civile de ma petite ville. La politique est attentive de tout ce qui sort de ce genre de réunion, tout simplement, parce qu’ ici la colonne vertébrale du pays, des grandes et petites villes, des grandes et des petites localités :

    - est la Société Civile !

    La stabilité et la solidité de l’État et des Institutions ainsi que le respect envers la Constitution du pays repose largement, pour ne pas dire entièrement, sur les épaules de la Société Civile du pays.

    Écoutez, chaque pays a sa propre histoire et ses propres trajets, mais tous les pays ont une chose en commun, quand la Société Civile est absente ou inexistante :

    - vous avez fatalement une instabilité politique, conséquence directe de cette vacance !

    Je suis, personnellement, toujours choqué, surpris, a chaque fois quand je pense, qu’il était possible, c’est toujours et bel et bien le cas aujourd’hui, j’espère me tromper bien sur, que des non-élus puissent rester à la tête de l’Éat Malgache durant cinq belles années, sans que la Société Civile du pays ne dise un mot !

    On sait que l’Armée et la Justice sont des girouettes. Elles peuvent donc être dangereuses, et jusqu’ici, les Malgaches s’en méfient, c’est peu de le dire. Ce sont des institutions qui passent leur temps à menacer tout le monde.......elles jouent leurs propres cartes selon leurs intérêts, à cout ou à moyen terme. Cela ne devrait pas être comme cela, mais tout fonctionne de travers à Madagascar depuis quelque temps.

    Là où nous sommes, il n’y a que la Société Civile qui pourrait sauver le pays. Les corps des métiers du pays devraient se parler et élaborer des stratégies pour sortir de cette crise et présenter ces stratégies au président et son gouvernement.

    C’est urgent. Regardons ce qui se passe autour de nous. En moins de cinq ans, la Syrie est détruite. Un piège a été tendu à ce pays et son peuple. Ils sont tombés dedans. Aujourd’hui, personne ne sortira vainqueur de la guerre civile en Syrie. Une perte sèche pour tout le monde et cette Nation. Il y a une ou deux générations sacrifiées.

    Alors il est urgent de tenter tout pour sortir le pays du même piège.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 449