Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 8 décembre 2016
Antananarivo | 02h27
 

Société

Incendie

55 personnes décédées depuis janvier 2016

mercredi 28 septembre | Yvan Andriamanga

Les incendies se suivent et se ressemblent à Madagascar avec son lot de morts, de sinistrés, de sans abri. La dernière en date a touché, pour la deuxième fois cette année, le quartier d’Ankasina au 67 ha. Dans la capitale, ce sont surtout les quartiers populaires où la promiscuité des habitations voire de taudis qui empêchent les pompiers de travailler normalement dans un délai raisonnable. Les constructions sauvages sans normes, en bois et/ou encastrées les unes sur les autres règnent en maître à Antohomadinika III G Hangar, Antohomadinika Atsimo, Ankasina, Antsalovana et les environs de tous ces bas quartiers. Les habitations y font les frais d’incendies fréquents sans que personne ne prenne de disposition.

En tout cas dans tout Madagascar, 55 personnes ont péri dans différents incendies rien que pour cette année. Des milliers d’habitations ravagés, des dizaines de milliers de personnes sans abri répartis dans toute l’île. Comme l’assurance incendie et l’assurance tout court est une notion inconnue de la population, les sinistrés sont laissés à leur sort. Rares sont les autorités qui prennent la peine de les venir durablement en aide ou du suivi des sorts des sinistrés. Les logements sociaux à loyer modéré ou en vente location modéré destinés aux petites gens sont d’une autre époque.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 1er octobre à 16:06 | Abukéom (#9671)

    a tamatave, dans des quartiers comme tanamakao ou tanambao, un incendie se propagerait à une vitesse infernale et ferait des dizaines de victimes tellement les habitations, souvent des taudis, des cabanes, sont imbriquées les unes dans les autres sans mème un accès pour les secours... qui est responsable du plan d’occupation des sols, du controle des permis d’occuper, des titres de propriété ?
    quand on pense que les relevés d’imposition à la taxe d’habitation n’ont pas été édités et percus depuis 2013 et que la commune manque de moyens, on se demande vraiment ce que font ceux qui sont payés pour faire ce travail dehors de trafiquer pour leur propre compte. ne parlons pas de la saleté omniprésente et des déchets qu’on enterre sous les ruelles pour éviter de payer le déblaiement. par contre pour les sonorisations tonitruantes et hurlantes à toute heure les gens ont bizzarement de l’argent... vraiment, là où l’autorité est absente et incompétente, c’est le cloaque, la chienlit. mais qu’on se rassure, en cas d’incendie on fera appel à rous ceux qui urinent un peu n’importe où.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 131