Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 07h16
 

Environnement

COP 21

2 degrés, c’est encore trop pour les pays vulnérables

mercredi 2 décembre 2015 | Domoina Ratovozanany

La COP 21 a été officiellement lancée avec le défilé et le discours de près de 150 chefs d’Etats et de gouvernements qui ont présenté chacun les ambitions de leurs nations pour les deux prochaines semaines. Mais la surprise de ce premier jour a été la déclaration signée par 43 pays vulnérables en fin de journée.

Cent pour cent d’énergie renouvelable à l’horizon 2050, une complète décarbonisation de l’économie mondiale, zéro émission de gaz à effet de serre d’ici le milieu du siècle, et la limite de la hausse de la température planétaire à 1,5°C. Telles sont les principales exigences formulées dans la déclaration signée par les 43 pays membres du Forum de la Vulnérabilité Climatique (CVF) en fin d’après-midi du 30 novembre 2015 au Bourget.
Le CVF regroupe les pays qui sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique, entre autres Madagascar, Maldives, Ethiopie, Rwanda, Tanzanie, Kenya, Ghana, Costa Rica, Barbade, Bangladesh, Philippines, Népal. Dans leur déclaration appelée « Déclaration de Manilles-Paris » les 43 pays se sont également engagés à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre et à établir des objectifs plus ambitieux, ainsi que de rechercher des solutions de financement entre eux mais de ne pas attendre uniquement les financements reçus des pays développés.
« Le changement climatique ne nous affecte pas de la même manière. Ces pays qui ont contribué le moins au problème sont souvent les plus affectés. Nous sommes ici pour coopérer. Nous sommes ici pour partager des expériences. Même si nous contribuons le moins et souffrons le plus, nous ne tournons pas au ralenti », a déclaré Kare Chawicha, Ministre d’Etat de l’Environnement en Ethiopie et nouveau président du CVF pour la période 2016-2017.
L’avènement de cette déclaration après une journée de beaux discours de près de 150 chefs d’Etat et de gouvernement parmi ceux qui ont soumis leurs Contributions prévues déterminées nationales (CPDN) a été une occasion pour la société civile de rappeler l’importance d’avoir un accord de qualité et réellement bénéfique, et non seulement de signer un accord.
Selon Mohamed Adow, conseiller principal sur le changement climatique au sein de Christian Aid, « c’est la souffrance des pays vulnérables qui nous a amenés à être ici à Paris pour lutter contre le changement climatique. Mais la cruelle ironie est que sous sa forme actuelle, l’accord de Paris ne sera pas suffisant pour eux. Les engagements actuels accroitront la température à 2,7 degrés, alors que ces pays ont besoin de 1,5 degré pour survivre. C’est comme une queue de lézard capturée par un prédateur – celui-ci devra la rompre pour s’échapper. Ces pays vulnérables sont en danger de devenir la queue de lézard et d’être sacrifiés alors que le reste du monde échappe aux dangers du changement climatique ».

Engagements de soutien au développement des énergies propres

Outre la déclaration du CVF, des engagements de soutien au développement des technologies sur l’énergie propre, à la réduction des émissions dans les pays les plus pauvres et à la réduction des risques climatiques émanant des secteurs public et privé ont marqué la journée du 30 novembre.
Bill Gates et d’autres investisseurs de technologie ont lancé un fonds d’énergie propre soutenu par 28 des plus riches investisseurs de la planète, qui verra un doublement de l’argent pour le financement de la recherche sur l’énergie propre dans les cinq prochaines années dans 20 pays y compris les Etats-Unis, la France, le Canada, la Grande Bretagne, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud.

L’Inde a officiellement lancé une Alliance internationale solaire hier dans le cadre de ses efforts pour promouvoir une économie sobre en carbone alimentée essentiellement par l’énergie solaire, invitant plus de 100 pays solaires riches pour faciliter la mise en œuvre généralisée de projets et d’infrastructures solaires. Les pays entre les Tropiques du Cancer et du Capricorne ont été invités à se joindre à l’initiative, y compris de nombreux pays africains et asiatiques, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Brésil, la France, la Chine et les États-Unis.

Un nouveau fonds de la Banque mondiale de 500 millions de dollars, soutenu par quatre nations européennes - Allemagne, Norvège, Suède et Suisse - aidera les pays en développement en réduisant leurs émissions de carbone.

Enfin, l’ensemble des 150 chefs d’Etat se sont accordés sur l’urgence de trouver un accord pour sauver la planète dans leurs discours. « Ce ne sera pas une promenade dans le Parc pour aboutir à un accord. C’est un temps de crise, et des négociations brutales viennent de commencer, parce que des vies sont en jeu. Nous avons besoin d’un objectif sur le long terme pour éliminer les émissions dues aux combustibles fossiles, car nous avons besoin de savoir où cet accord nous mène », conclut Tim Gore, conseiller international sur la politique en changement climatique d’Oxfam.

Domoina Ratovozanany

Climate Tracker COP 21 Fellow du Global Call for Climate Action (GCCA)

2 commentaires

Vos commentaires

  • 2 décembre 2015 à 11:20 | Isambilo (#4541)

    Sauf que le solaire, comme l’éolienne, a beaucoup besoin de « terres rares » dans l’état actuel de la technologie. Et l’exploitation de ces « terres rares » pollue.
    Si je ne me trompes, la société qui avait procédé à des carottages dans la région d’Ampasindava pour trouver ces « terres rares » a abandonné. Et tant mieux.
    La Chine l’a bien compris puisqu’elle a fermé beaucoup de mines dans ce domaine. A moins que ce soit un coup pour faire grimper les prix.

  • 2 décembre 2015 à 15:52 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Tous ceux qui peuplent les tombes avaient également cru à un lendemain meilleur et leurs intentions de faire évoluer le monde étaient toujours imitées mais jamais égalées.
    Sauf qu’actuellement le monde est à la croisée des chemins entre développement et protection de l’environnement, des objectifs difficiles à concilier apparemment à court et moyen terme : Pourrait-il y avoir des résultats à long terme sans des réalisations à Court et Moyen Terme ?

    Donner du temps au temps est l’arme des faibles devant la réaction de la DAME NATURE (qui obéit à l’ordre du Tout Puissant en répondant toujours présent et en sonnant l’alarme de ce qui va arriver demain) qui apporte ses lots de désolation au quatre coin du globe.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 227